Au sujet des images

Le
martes
Veuillez m'excuser si ce n'est pas le bon forum, mais je voudrais savoir
ceci :
On enregistre une image avec un taux de compression "X" ; on la travaille,
puis on la réenregistre, sans changer le taux de compression.
Question : est-ce qu'elle va être encore compressée (2 fois X) ou non ?
Autrement dit, pour ne pas la sur-compresser, est-ce qu'au 2ème
enregistrement on doit choisir un taux de compression 0 ?
Cordialement.
martes
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 4
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Jean-Pierre Roche
Le #20917131
martes a écrit :
Veuillez m'excuser si ce n'est pas le bon forum, mais je voudrais savoir
ceci :
On enregistre une image avec un taux de compression "X" ; on la travaille,
puis on la réenregistre, sans changer le taux de compression.
Question : est-ce qu'elle va être encore compressée (2 fois X) ou non ?
Autrement dit, pour ne pas la sur-compresser, est-ce qu'au 2ème
enregistrement on doit choisir un taux de compression 0 ?



En principe non. Les *bons* logiciels savent reconnaître le
taux de compression d'une photo et l'adopter automatiquement
lors d'un réenregistrement. Cela dit, si on doit effectuer
un grand nombre de modifications sur une image au cours de
sessions successives, il vaut mieux choisir un format sans
pertes et ne la recompresser qu'une fois les travaux terminés.

Poste plutôt sur fr.rec.photo.numerique qu'ici où on doit
parler de Windows...


--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
Sergio
Le #20917121
martes a écrit :
Veuillez m'excuser si ce n'est pas le bon forum, mais je voudrais savoir
ceci :
On enregistre une image avec un taux de compression "X" ; on la travaille,
puis on la réenregistre, sans changer le taux de compression.
Question : est-ce qu'elle va être encore compressée (2 fois X) ou non ?



On la recompresse. Mais comme pour la travailler on l'a décompressé (en interne)
Sinon voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/NABOB

Autrement dit, pour ne pas la sur-compresser, est-ce qu'au 2ème
enregistrement on doit choisir un taux de compression 0 ?



On choisit le même taux, histoire d'avoir à peu près les même "pertes" (si on travaille en jpeg ou toute autre format à compression
destructive, bien sûr !)

Pour travailler et retravailler les images, mieux vaut utiliser un format non destructif (.png par exemple, ou mieux le format
propriétaire du logiciel de retouche) pour stocker les travaux intermédiaires, et compresser l'image finale en JPEG.

--
Serge http://leserged.online.fr/
Mon blog: http://cahierdesergio.free.fr/
Soutenez le libre: http://www.framasoft.org
Lou Ravi
Le #20922201
Jean-Pierre Roche wrote:
martes a écrit :
> Veuillez m'excuser si ce n'est pas le bon forum, mais je voudrais
> savoir ceci :
> On enregistre une image avec un taux de compression "X" ; on la
> travaille, puis on la réenregistre, sans changer le taux de
> compression. Question : est-ce qu'elle va être encore compressée (2 fois
> X) ou
> non ? Autrement dit, pour ne pas la sur-compresser, est-ce qu'au
> 2ème enregistrement on doit choisir un taux de compression 0 ?

En principe non. Les *bons* logiciels savent reconnaître le
taux de compression d'une photo et l'adopter automatiquement
lors d'un réenregistrement. Cela dit, si on doit effectuer
un grand nombre de modifications sur une image au cours de
sessions successives, il vaut mieux choisir un format sans
pertes et ne la recompresser qu'une fois les travaux terminés.



C'était une bonne question, une que je me suis posée parfois, donc
merci pouir la réponse.

Mais si on l'enregistre sous un *autre* nom c'est pareil?
CriCri
Le #20922471
Salut

Jean-Pierre Roche a écrit :

En principe non.



Ben si.

Les *bons* logiciels savent reconnaître le taux de compression d'une
photo et l'adopter automatiquement lors d'un réenregistrement.



Toute à fait d'accord.
Mais si le logiciel (p. ex. PhotoShop) ouvre un fichier déjà compressé
et le ré-enregistre avec le même taux de compression il aura été
compressé deux fois avec davantage de pertes.
Donc après avoir ouvert un fichier déjà compressé il faudrait ensuite le
ré-enregistrer _sans compression supplémentaire_ (il a déjà été réduit).
Car la compression - si on parle de JPEG - n'est pas réversible: la
perte est définitive et l'image ne peut pas être 'décompressé'. Cette
compression dépend de la similarité des séquences qui sont ainsi
réduites à ce qu'ils ont en commun.
(La compression LZW des TIFF n'a rien à voir: il n'y a pas de perte:
c'est une compression uniquement numérique et entièrement reversible.)

Cela dit, si on doit effectuer un grand nombre de modifications sur
une image au cours de sessions successives, il vaut mieux choisir un
format sans pertes et ne la recompresser qu'une fois les travaux
terminés.



Encore une fois toute à fait d'accord.
Le format TIFF (même avec compression) n'entraîne pas de pertes, quel
que soit le nombre d'ouvertures et de sauvegardes: et à la fin on peut
choisir JPEG avec le taux de compression voulu.
(A propos JPEG 2000 peut être utilisé sans perte.)

Cdlt
CriCri

--
bitwyse [PGP KeyID 0xA79C8F2C]
http://www.le-maquis.net
C'est comme au CNRS: des chercheurs qui cherchent on en trouve
mais des chercheurs qui trouvent on en cherche.
Quartzkyte
Le #20923101
Sergio a écrit :
martes a écrit :
Veuillez m'excuser si ce n'est pas le bon forum, mais je voudrais savoir
ceci :
On enregistre une image avec un taux de compression "X" ; on la travaille,
puis on la réenregistre, sans changer le taux de compression.
Question : est-ce qu'elle va être encore compressée (2 fois X) ou non ?





On la recompresse. Mais comme pour la travailler on l'a décompressé (en
interne) Sinon voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/NABOB



Autrement dit, pour ne pas la sur-compresser, est-ce qu'au 2ème
enregistrement on doit choisir un taux de compression 0 ?





On choisit le même taux, histoire d'avoir à peu près les même "pertes" (si on
travaille en jpeg ou toute autre format à compression destructive, bien sûr
!)



Désolé mais si tu fais cela sur une compression à perte tu recompresses et tu
re-perds... c'est du %
Si tu fais 20% de destruction sur un fichier déjà à 20% de destruction, tu es à
36% de destruction, etc.

A tout prendre il vaut mieux ne pas recompresser, mais surtout faire des copies
des originaux et toutes les retouches non compressées. Le bon sens bat toujours
la technique...

--
Quartzkyte (si c'est compliqué appelez-moi Michel)


Newsgroups win7 et office2010 créés par Michel Claveau :
news:\ponx.frwin7 - Utilisateur et Passe : v (comme visiteur)
La FAQ Outlook de JièL : http://faq-outlook.fr/
7 Extra, mon annuaire Windows 7 :
http://www.corpfrance.com/7extra/
Le Gaulois
Le #20924901
CriCri a écrit :

Le format TIFF (même avec compression) n'entraîne pas de pertes, quel
que soit le nombre d'ouvertures et de sauvegardes: et à la fin on peut
choisir JPEG avec le taux de compression voulu.
(A propos JPEG 2000 peut être utilisé sans perte.)



Non. TIFF est un container fourre-tout à l'intérieur duquel
on peut avoir n'importe quoi : des images non compressées,
des images compressées sans pertes, des images compressées avec
pertes.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tagged_Image_File_Format
Jean-Pierre Roche
Le #20925121
CriCri a écrit :

si le logiciel (p. ex. PhotoShop) ouvre un fichier déjà compressé
et le ré-enregistre avec le même taux de compression il aura été
compressé deux fois avec davantage de pertes.



C'est une légende urbaine. Donc c'est faux. La chose est
aisément démontrable (et à été démontrée) si on a le temps
et la patience pour le faire. J'ai perdu les références de
cette opération hélas.
Il n'y a dégradation dans une nouvelle recompression que si
le contenu de l'image a été modifié (et encore il y a des
modifications qui n'entraînent pas de dégradation mais on
entre dans les choses compliquées là).

(La compression LZW des TIFF n'a rien à voir: il n'y a pas de perte:
c'est une compression uniquement numérique et entièrement reversible.)



Oui mais le gain d'une compression LZW est de l'ordre de 30
% ce qui est, en pratique, fort peu par rapport ce ce que
sait faire le JPEG.


Le format TIFF (même avec compression) n'entraîne pas de pertes, quel
que soit le nombre d'ouvertures et de sauvegardes: et à la fin on peut
choisir JPEG avec le taux de compression voulu.
(A propos JPEG 2000 peut être utilisé sans perte.)



Pour les sessions successives le mieux est le format natif
du logiciel utilisé qui permet de conserver (du moins avec
certains logiciels) toutes les opérations réalisées et donc
de corriger une erreur éventuelle.
Sinon les histoires de TIFF et de JPEG si on veut entrer
dans les détails ça peut devenir compliqué puisqu'il existe
du JPEG sans pertes et du TIFF compressé JPEG. Certes fort
rares...

--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
Quartzkyte
Le #20925571
Jean-Pierre Roche a écrit :
CriCri a écrit :



si le logiciel (p. ex. PhotoShop) ouvre un fichier déjà compressé
et le ré-enregistre avec le même taux de compression il aura été
compressé deux fois avec davantage de pertes.





C'est une légende urbaine. Donc c'est faux. La chose est
aisément démontrable (et à été démontrée) si on a le temps
et la patience pour le faire. J'ai perdu les références de
cette opération hélas.
Il n'y a dégradation dans une nouvelle recompression que si
le contenu de l'image a été modifié (et encore il y a des
modifications qui n'entraînent pas de dégradation mais on
entre dans les choses compliquées là).



Il y a obligatoirement des modifications, sinon on ne ré-enregistre pas le
fichier... :D
Je viens de faire un test sur une petite JPG, je suis passé de 5.5 à 4.9 ko...
;o)
C'est sûr qu'il y a une limite, une fois que tu as déjà sous-échantillonné un
maximum de couleurs... y'a plus rien à supprimer et le fichier n'arrivera pas à
0 ko. :')

(La compression LZW des TIFF n'a rien à voir: il n'y a pas de perte:
c'est une compression uniquement numérique et entièrement reversible.)





Oui mais le gain d'une compression LZW est de l'ordre de 30
% ce qui est, en pratique, fort peu par rapport ce ce que
sait faire le JPEG.



Le format TIFF (même avec compression) n'entraîne pas de pertes, quel
que soit le nombre d'ouvertures et de sauvegardes: et à la fin on peut
choisir JPEG avec le taux de compression voulu.
(A propos JPEG 2000 peut être utilisé sans perte.)





Pour les sessions successives le mieux est le format natif
du logiciel utilisé qui permet de conserver (du moins avec
certains logiciels) toutes les opérations réalisées et donc
de corriger une erreur éventuelle.
Sinon les histoires de TIFF et de JPEG si on veut entrer
dans les détails ça peut devenir compliqué puisqu'il existe
du JPEG sans pertes et du TIFF compressé JPEG. Certes fort
rares...



Et du JPG plus ou moins compressé dans les PDF, un souci souvent majeur pour
les imprimeurs (sans compter la conversion de palette)...
Il est toujours plus payant de travailler des copies au format original (RAW
Canon ou Nikon, BMP, SVG, dessin type PSD ou AI) et convertir ensuite...

--
Quartzkyte (si c'est compliqué appelez-moi Michel)


Newsgroups win7 et office2010 créés par Michel Claveau :
news:\ponx.frwin7 - Utilisateur et Passe : v (comme visiteur)
La FAQ Outlook de JièL : http://faq-outlook.fr/
7 Extra, mon annuaire Windows 7 :
http://www.corpfrance.com/7extra/
Jean-Pierre Roche
Le #20925551
Quartzkyte a écrit :

Il y a obligatoirement des modifications, sinon on ne ré-enregistre pas le
fichier... :D
Je viens de faire un test sur une petite JPG, je suis passé de 5.5 à 4.9 ko...
;o)
C'est sûr qu'il y a une limite, une fois que tu as déjà sous-échantillonné un
maximum de couleurs... y'a plus rien à supprimer et le fichier n'arrivera pas à
0 ko. :')



Mais non. Je répète que ces tests on été faits par des
photographes et techniciens sérieux, en utilisant des
logiciels sérieux. Ce qui se passe exactement dans *ton* cas
je n'en sais rien. Il faut une procédure parfaitement
maîtrisée si on veut tirer des conclusions générales... Et
cette conclusion est qu'après une dégradation initiale, le
qualité reste constante pendant des dizaines de
réenregistrements.

Le format TIFF (même avec compression) n'entraîne pas de pertes, quel
que soit le nombre d'ouvertures et de sauvegardes: et à la fin on peut
choisir JPEG avec le taux de compression voulu.
(A propos JPEG 2000 peut être utilisé sans perte.)







Amha le TIFF n'a aujourd'hui presque plus d'intérêt... En
dehors de cas particulier, on utilise soit un format natif
(le plus souvent RAW des équipements numériques), soit des
formats spécifiques aux logiciels (comme le PSD) soit, en
sortie, du JPEG.

Et du JPG plus ou moins compressé dans les PDF, un souci souvent majeur pour
les imprimeurs (sans compter la conversion de palette)...



Le PDF c'est tout autre chose. Ca ne dépend guère que de ce
qu'on y met. Ce n'est pas un format d'image.

Il est toujours plus payant de travailler des copies au format original (RAW
Canon ou Nikon, BMP, SVG, dessin type PSD ou AI) et convertir ensuite...



Le RAW des équipements numériques c'est tout autre chose.
C'est le choix du photographe et il ne devrait pas fournir
du raw mais l'image qu'il en a tiré. En JPEG ou
éventuellement TIFF si nécessaire. A part ça, un photographe
conscient conserve toujours un original, en plusieurs
exemplaires, sur des supports différents...


--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
CriCri
Le #20926641
Le Gaulois a écrit :
CriCri a écrit :

Le format TIFF (même avec compression) n'entraîne pas de pertes...



Non. TIFF est un container fourre-tout à l'intérieur duquel
on peut avoir n'importe quoi : des images non compressées,
des images compressées sans pertes, des images compressées avec
pertes.



Tu as omis de citer ce que j'avais écrit précédemment et que je répète:
--------
(La compression LZW des TIFF n'a rien à voir: il n'y a pas de perte:
c'est une compression uniquement numérique et entièrement reversible.)
--------



--
bitwyse [PGP KeyID 0xA79C8F2C]
http://www.le-maquis.net
C'est comme au CNRS: des chercheurs qui cherchent on en trouve
mais des chercheurs qui trouvent on en cherche.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme