Test collimateurs Autofocus AF

Le
md200775
Test collimateurs Autofocus AF.

Attention, plus il y en a, plus c'est "merdique" (terme utilisé par les
hexagonautes qui suggère la mauvaise qualité).

Boîtiers : Canon 5D, Fuji S5 pro, Nikon F5.



Le Nikon F5 vainqueur. Ses collimateurs AF sont en croix. Il s'en sort
toujours bien.

Fuji S5 pro (comme le Nikon D200) : attention à l'utilisation des
collimateurs excentrés (latéraux). Ils ne sont pas en croix et même si la
sujet est une mire parfaitement contrastée, il y a des problèmes de MAP avec
les collimateurs excentrés.

On choisira donc le collimateur central pour opérer la meilleure mise au
point.



annexe :

in magazine Zoom (excellente revue) numéro 2, mars avril 1970. Gilles Caron,
page 126 : extrait.

Zoom : si on parlait un peu du matériel que vous employez.

Caron : J'utilise toujours des objectifs à focale courte. Il y a des types
qui partent en guerre avec un 300 ou un 500 en s'imaginant qu'ils pourront
faire des photos de loin sans prendre de risques. C'est impossible, il faut
toujours coller au sujet pour avoir quelque chose de valable. J'ai choisi le
Nikon parce que c'est l'appareil qui a la gamme d'objectifs la plus adaptée
à mon travail, mais ce n'est pas encore parfait. La chose la plus importante
pour un objectif, c'est d'abord l'ouverture. Il faut être sûr qu'il
permettra de faire des photos la nuit, même quand il n'y a presque plus de
lumière. Très longtemps j'ai travaillé avec un 28 mais il n'ouvre qu'à 3,5,
de sorte qu'on ne peut plus faire de photos à partir de cinq heures trente
les soirs d'hiver ou dès qu'on entre dans un intérieur. J'ai pris un 35 qui
ouvrait à 2 ; cela me gênait parce que c'est un angle un peu bâtard : ce
n'est pas un 50 et pas vraiment un grand angle. Après, j'ai utilisé un 24
qui ouvre à 2,8, qui est une optique formidable mais qui est tout de même un
peu large. On ne serre pas assez le sujet. Après, quand on étudie le
négatif, on s'aperçoit que le type que l'on voulait prendre est gros comme
une tête d'épingle. L'idéal pour moi serait un 28 avec une grande ouverture.
Ça existe chez Leica, mais ce n'est pas adaptable chez Nikon et je ne
pourrai pas travailler avec des appareils de marques différentes, passer de
l'un à l'autre. Ça perturbe les réflexes.

Fin de l'extrait.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Fernand Naudin
Le #1795445
"md200775" 465b3423$0$27402$
annexe :

in magazine Zoom (excellente revue) numéro 2, mars avril 1970. Gilles
Caron, page 126 : extrait.



En ce temps là, la hifi et la photographie étaient les deux mamelles
du geek.
On s'enfermait de longues heures dans une petite pièce à
l'atmosphère rougeoyante et saturée de vapeurs délétères, puis après
avoir massacré un ou deux mètres carrés de papier et fait couler de quoi
remplir une dizaine de baignoire, on commençait vers les une heure du
matin à faire chaufer la glaceuse pour donner à nos clichés, encore sans
grande tenue, un début de prestance...Quand tout allait bien, vers le coup
de cinq heures, après avoir jeté un dernier coup d'oeil à nos immortels
chef-d'oeuvres on allait enfin se coucher.
Juste avant de s'endormir, une pensée, parfois venait nous effleurer...
Elles ne sont peut-être pas si terribles !

md200775
Le #1795441
Zoom : vous utilisez souvent le moteur ?

Caron : Quand j'utilise un moteur, ce n'est jamais avec un grand angle. Avec
un grand angle au 250ème à 8, on n'a pas besoin de faire le point. On met la
bague à 3 mètres et on peut shooter à volonté, les photos sont forcément
nettes. J'utilise le moteur uniquement avec des longues focales ou avec un
85. Cela permet de faire le point très rapidement, puisqu'on n'a pas besoin
de s'occuper de réarmer ; c'est un peu comme si on travaillait avec une
caméra, alors que sans moteur, le temps de réarmer et de déclencher on a
perdu le point, ce qui réduit considérablement le nombre de photos que vous
pensez faire et comme je défie n'importe qui de véritablement choisir une
photo d'action à la prise de vue, il faut mieux faire un choix sur les
planches contact ............

Fin de l'extrait. L'âge d'or où l'AF n'existait pas encore sacrifié sur
l'autel de l'hyperfocale (dommage que les programmes des boîtiers ne
possèdent pas ou plus cette fonction (autrefois Canon avait le mode DEPTH).

"Fernand Naudin" f3fdle$2ha$

"md200775" 465b3423$0$27402$
annexe :

in magazine Zoom (excellente revue) numéro 2, mars avril 1970. Gilles
Caron, page 126 : extrait.



En ce temps là, la hifi et la photographie étaient les deux mamelles
du geek.
On s'enfermait de longues heures dans une petite pièce à
l'atmosphère rougeoyante et saturée de vapeurs délétères, puis après
avoir massacré un ou deux mètres carrés de papier et fait couler de quoi
remplir une dizaine de baignoire, on commençait vers les une heure du
matin à faire chaufer la glaceuse pour donner à nos clichés, encore sans
grande tenue, un début de prestance...Quand tout allait bien, vers le coup
de cinq heures, après avoir jeté un dernier coup d'oeil à nos immortels
chef-d'oeuvres on allait enfin se coucher.
Juste avant de s'endormir, une pensée, parfois venait nous effleurer...
Elles ne sont peut-être pas si terribles !







Fred
Le #1795427
md200775 wrote:

possèdent pas ou plus cette fonction (autrefois Canon avait le mode DEPTH).


Existe toujours (20D, 30D...), si on parle de la meme chose...

--
Frédéric

Publicité
Poster une réponse
Anonyme