Xynthia

Le
_ _ vocatus
L'info marche sur des oeufs :-((
ecran de fumée total et sinistrés anormalement calmes


A qui incombe le calcul et le suivi des digues ?



Victor
cochon de payeur


.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Broc_Ex_Co
Le #21304421
"_ _ vocatus"
L'info marche sur des oeufs ...:-((
ecran de fumée total et sinistrés anormalement calmes



Beaucoup de sinistrés savaient qu'ils étaient en secteur innondable et l'un d'entre eux a même réussi a faire
abattre le réhassement de la dique à Oléron, qui lui gachait la vue .....

A qui incombe le calcul et le suivi des digues ?



un extrait intéressant sur 'Le point':
"Techniquement, l'entretien de ces digues revient à leur propriétaire, en l'occurrence l'association syndicale
de la vallée du Lay. Trois arrêtés préfectoraux, du 6 juin 2008 , 30 avril 2009 et 4 août 2009 , prouvent par
ailleurs que des travaux de consolidation des digues avaient bel et bien été entrepris récemment par cette
association. Mais la réalité est loin d'être aussi claire. "La commune finance tous les travaux et l'association
syndicale les exécute", écrit la DDE de Vendée dans son rapport d'octobre 2008. Une configuration qui "ne permet
pas de réaliser une politique coordonnée de protection et de suivi des ouvrages", conclut le document. "Les
digues sont des ouvrages de défense contre la mer", rappelle Louis Guédon. "En cela, l'État ne peut pas
s'exonérer de ses responsabilités dans la défense du territoire", rappelle-t-il. Mais, dans les documents
officiels, Paris se dédouane de toute responsabilité directe. "L'entretien et la surveillance des barrages et
des digues sont à la charge de leurs exploitants. L'État est responsable de leur contrôle par le biais de ses
services déconcentrés", est-il écrit dans une publication du ministère de l'Écologie datée de novembre 2009... À
n'y plus rien comprendre. "Les choses sont bien faites", coupe pourtant Louis Guédon, contre toute attente,
avant de lancer : "Il suffit que tous assument leurs responsabilités.""
_ _ vocatus
Le #21305151
"Broc_Ex_Co" 4b8e16ae$0$17876$

"_ _ vocatus" 4b8d4e7c$0$24828$
L'info marche sur des oeufs ...:-((
ecran de fumée total et sinistrés anormalement calmes



Beaucoup de sinistrés savaient qu'ils étaient en secteur innondable et
l'un d'entre eux a même réussi a faire abattre le réhassement de la dique
à Oléron, qui lui gachait la vue .....

A qui incombe le calcul et le suivi des digues ?



un extrait intéressant sur 'Le point':
"Techniquement, l'entretien de ces digues revient à leur propriétaire, en
l'occurrence l'association syndicale de la vallée du Lay. Trois arrêtés
préfectoraux, du 6 juin 2008 , 30 avril 2009 et 4 août 2009 , prouvent par
ailleurs que des travaux de consolidation des digues avaient bel et bien
été entrepris récemment par cette association. Mais la réalité est loin
d'être aussi claire. "La commune finance tous les travaux et l'association
syndicale les exécute", écrit la DDE de Vendée dans son rapport d'octobre
2008. Une configuration qui "ne permet pas de réaliser une politique
coordonnée de protection et de suivi des ouvrages", conclut le document.
"Les digues sont des ouvrages de défense contre la mer", rappelle Louis
Guédon. "En cela, l'État ne peut pas s'exonérer de ses responsabilités
dans la défense du territoire", rappelle-t-il. Mais, dans les documents
officiels, Paris se dédouane de toute responsabilité directe. "L'entretien
et la surveillance des barrages et des digues sont à la charge de leurs
exploitants. L'État est responsable de leur contrôle par le biais de ses
services déconcentrés", est-il écrit dans une publication du ministère de
l'Écologie datée de novembre 2009... À n'y plus rien comprendre. "Les
choses sont bien faites", coupe pourtant Louis Guédon, contre toute
attente, avant de lancer : "Il suffit que tous assument leurs
responsabilités.""



= = = = = =
Bonjour

Interessant ..la partie de ping-pong commence
entre les services " deconcentrés" du Ministere de l'Ecologie
les assureurs, les syndicats, les communes
et les groupements de raleux non encore constitués

1 milliard d'euros ca représente pour les anciens
655 milliards de centimes de francs ou 13 paquebots France .!!!
( vous corrigez si je me trompe ...)

Les assureurs etant obligés d'investir dans des biens immo
quid des biens leur appartenant et se trouvant HS dans ces zones inondables?
..une simple ligne comptable ?
ou faut-il le rajouter le montant à la facture estimée
et au compte de resultat ? ;-)


Et le Conservatoire du littoral dans tout cela ?
...aux abonnés absents tous medias confondus ..
C'est bien le role d'un Conservatoire de conserver non ?
Peut-être qu'ils se bougeraient plus le cul s'ils s'agissaient de garantir
les complexes dans l'estuaire de Seine.
.

Les agri là-bas vont perdre au moins deux saisons le temps que le sel
se retire naturellement ...
S'ils ne sont pas aidés comme pendant la secheresse de 76
va encore y en avoir quelques uns qui vont s'accrocher ..:-(

.
C'est quoi au fait la definition d'un " exploitant" de digue ?
Celui qui y fait pousser ses legumes ? ou celui qui profite de son bien
grace
à l'existence de cette digue ?

Le seul point positif est que "la terre" pourrait recuperer dans les années
à venir
une majorité d' artisans qui ont muté vers les equipementiers de la
construction
navale ...


La prochaine cata sera ......

Victor
ariel
Le #21327651
Les digues actuelles n'ont jamais eu pour vocation de "protéger" la côte
d'une brusque montée des eaux de +4,5 m par rapport à la plus haute marée,
mais uniquement de créer un "abri" maritime, face au courant et aux vagues.
Un brise-lame.
Leur destruction par la tempête et les vagues de marée exceptionnelles ne
relèvent donc d'aucun défaut d'entretien. Même réalisées en tungstène de
molybdène bismuthé, elles auraient été partiellement détruite, et surtout
débordées.

Ariel DAHAN

"_ _ vocatus" 4b8d4e7c$0$24828$
L'info marche sur des oeufs ...:-((
ecran de fumée total et sinistrés anormalement calmes


A qui incombe le calcul et le suivi des digues ?

Victor
cochon de payeur
Droger Jean-Paul
Le #21327711
ariel avait énoncé :
Les digues actuelles n'ont jamais eu pour vocation de "protéger" la côte
d'une brusque montée des eaux de +4,5 m par rapport à la plus haute marée,
mais uniquement de créer un "abri" maritime, face au courant et aux vagues.
Un brise-lame.
Leur destruction par la tempête et les vagues de marée exceptionnelles ne
relèvent donc d'aucun défaut d'entretien. Même réalisées en tungstène de
molybdène bismuthé, elles auraient été partiellement détruite, et surtout
débordées.





Restez dans votre spécialité: le droit! A l'évidence pour un ingénieur
génie civil de mes amis, la seule vue de certaines digues montre qu'il
y avait des choses à faire pour qu'elles soient aux même
caractéristiques qu'à leur construction!! D'autres sont aussi là pour
faire valoir, effectivement leur tenue est problématique par manque de
protection style enrochement ou béton suceptible de résister à des
vagues pendant un temps certain.

Maintenant si comme vous le dites ces digues ne servent pas à grand
chose, quid des permis de construire accordés pour des "biens
immobiliers" situés quelques mètres sous le niveau de la mer?

--
Pour m'envoyer un mail, remplacer anti par droger et manama par
wanadoo; to send me directly a mail replace anti with droger and manama
with wanadoo;

Colonel Kilgore
Le #21333061
ariel a écrit :

Les digues actuelles n'ont jamais eu pour vocation de "protéger" la côte
d'une brusque montée des eaux de +4,5 m par rapport à la plus haute marée,
mais uniquement de créer un "abri" maritime, face au courant et aux vagues.
Un brise-lame.



Intéressante remarque.

Je ne sais pas si c'est, dans le cas d'espèce, mais c'est un problème
classique :

- Un certain ouvrage est contruit par l'Etat, ou le département, dans
un but limité,
- Le temps passant, la mémoire collective et municipale lui accorde une
mission plus étendue,
- Des permis de construire ou d'autres droits sont accordés,
- Et le jour du sinistre on vient chercher la responsabilité du maitre
de l'ouvrage, qui tombe des nues...

En milieu rural, on voit ainsi régulièrement des réclamations contre
les départements, parce que le fossé de la route n'a pas absorbé toute
l'eau du bassin versant de 20 hectares en amont. Ce pourquoi il n'a
jamais été fait, et donc effeectivement les pluies décennales traverses
la route et inondent très normalement les parcelles en aval, ou bien
entendu on a laissé s'établir un lotissement sans plus de
précaution....

--
Dix libertés mises ensemble font un déterminisme.
(Pierre Teihard de Chardin)
Publicité
Poster une réponse
Anonyme