Hilary Rosen: de la RIAA à l' IFPI

Le par  |  2 commentaire(s) Source : BetaNews
Hilary Rosen

Hilary Rosen, l'ancienne patronne de la RIAA, vient d'annoncer ce jeudi la création de sa propre agence anti-piratage.

Hilary Rosen, l'ancienne patronne de la RIAA, vient d'annoncer ce jeudi la création de sa propre agence anti-piratage.

Objectifs pour son nouveau bébé : " consulting " auprès des entreprises, sensibilisation sur la protection de la propriété intellectuelle mais également élaboration de stratégies anti-piratage.
Hilary rosen

De 1998 à 2003, Hilary Rosen a dirigé la " Recording Industry Association of America " que l'on peut considérer comme l'équivalent de la SNEP ( Syndicat National de l'Edition Phonographique ) française mis à part que son champ d'action est beaucoup plus large.

Sous sa présidence, la RIAA a écrit quelques unes de ses plus belles pages. A son tableau de chasse, nous pouvons citer le démantèlement de systèmes d'échanges de fichiers comme Napster ou Audiogalaxy ( devenus payants par la suite ), des poursuites judiciaires contre Grokster ou encore un appui au développement des désormais fameuses DRM ( Digital Rights Management ).

Malgré ces faits d'armes et la " peur du gendarme " qu'elle a su insuffler, la tactique agressive adoptée par Hilary Rosen n'a pas pleinement convaincu de son efficacité. Cette dernière, invoquant des raisons familiales, a donc décidé de quitter la RIAA en 2003, deux jours après avoir proposé au Midem, le marché international de l'édition musicale, une taxe sur la bande passante ( très au goût du jour ) peu appréciée par les producteurs.

Hilary Rosen sort donc aujourd'hui de sa retraite dorée et forte de son expérience au sein de la RIAA lance avec Jay Berman, président de l' IFPI ( International Federation of the Phonographic Industry ) une nouvelle société qui risque de faire parler d'elle dans le futur.

La " Berman Rosen Global Strategies ", n'a toutefois aux dires de Hilary Rosen, pas les mêmes objectifs que la RIAA ( ouf ! diront certains) . En effet, son action s'inscrit plus dans un esprit de conseil abandonnant donc l'attitude de lobbying de la RIAA.

Avec l'aide de l'économiste, Barry Massarsky ( encore un contact de la RIAA ), nos compères ont, entre autres, développé tout un ensemble de critères destinés à aider les investisseurs sur la prédiction de l'impact du piratage sur leurs produits régis par le droit de la propriété intellectuelle.

Tremblez donc pirates de tous genres, l'implacable Hilary est de retour ...

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #84180
Arrivisme quand tu nous tient...
Le #84206
La répression n'a jamais été efficace contre le piratage de masse. Autant donné des coups de pied dans une fourmilière. On a plus grand chose à craindre de H Rosen. Elle s'est faite une réputation à la RIIA, maintenant elle assure sa retraite en faisant du consulting. (juste pour le fric, c'est dans la mentalité américaine)
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]