Rosetta : Philae s'est posé avec succès sur la comète 67P

Le par  |  5 commentaire(s)
Rosetta

C'était une mission à hauts risques, présenté avec 50 % de probabilité d'échec : finalement, le robot Philae a parfaitement réussi son atterrissage sur la comète 67P / Tchourioumov Guérissamenko.

C'est à 17 heures, comme prévu après plus de 6 heures d'un voyage surveillé de près par le centre de commande de l'ESA, le robot Philae a bien quitté la sonde Rosetta pour aller se poser sur le point Agilkia de la comète 67P.

Rosetta Philae comète Il s'agit d'un exploit à plusieurs niveaux, qui concrétise un programme lancé il y a 10 ans avec le lancement de la sonde Rosetta qui aura attendu le passage au plus proche de la comète pendant plusieurs années avant de se réactiver et d'engager une véritable chasse à vive allure à 500 millions de kilomètres de la Terre.

L'étape s'est déroulée alors que les corps se déplaçaient à 70 000 kilomètres par heure, c'est la première fois de l'histoire que l'homme réussit à poser un appareil sur une comète en mouvement. " Nous sommes les premiers à l'avoir fait et c'est cela qui restera pour toujours " a partagé Jean-Jacauqes Dourdain, directeur de l'ESA, débordant d'enthousiasme.

Pendant son approche, Philae a réalisé plusieurs mesures, notamment concernant le champ magnétique et les gaz expulsés par la comète.

Les scientifiques étaient inquiets, le propulseur de Philae semblait ainsi ne pas fonctionner, et du fait de la faible gravité à la surface de la comète, il y avait des risques que le robot rebondisse et ne puisse se fixer sur cette dernière. Les harpons du module ont toutefois parfaitement rempli leur rôle, et Philae est désormais en place.

Désormais, Philae devrait renvoyer des premières images, effectuer une prise de vue panoramique du site sur lequel il s'est posé pour offrir la première vue depuis la surface d'une comète, mais aussi, et surtout pour permettre aux scientifiques de désigner une cible pour le premier forage de la mission.

Comme Curiosity sur Mars, Philae devrait ainsi creuser dans le sol de la comète afin de prélever et analyser la composition de celle-ci. Son module principal opérant sur batterie, il devrait disposer de 60 heures pour procéder aux premiers tests, après quoi il fera appel à ses panneaux solaires pour s'alimenter.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1817076
Beau boulot !!!!
Le #1817079
lebonga a écrit :

Beau boulot !!!!


C'est bluffant,
parvenir à prévoir l’atterrissage sur une comète d'un engin lancé dans l'espace il y a 10 ans c'est tout de même impressionnant.
Le #1817127
Sans remettre en question le travail titanesque, il est seulement à espérer que les 1.5 milliards de $ injectés dans cette mission produiront un retour sur investissement !
Le prix du savoir sur notre existence coute cher !
Le #1817161
DeepBlueOcean a écrit :

Sans remettre en question le travail titanesque, il est seulement à espérer que les 1.5 milliards de $ injectés dans cette mission produiront un retour sur investissement !
Le prix du savoir sur notre existence coute cher !


I au cours des siècles de l'argent n'avait pas été dépensé nous serions encore à nous éclairer à la bougie.
Le #1817266
DeepBlueOcean a écrit :

Sans remettre en question le travail titanesque, il est seulement à espérer que les 1.5 milliards de $ injectés dans cette mission produiront un retour sur investissement !
Le prix du savoir sur notre existence coute cher !


La guerre au Mali a coûté 1,1 milliard d'euros . . . Cherchez l'erreur
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]