Rosetta : tout n'est pas si rose pour Philae

Le par  |  14 commentaire(s) Source : Le Monde
Rosetta Philae comète

Après l'euphorie de l'atterrissage du module robotique Philae sur la comète 67 P, hier était à l'heure du bilan pour le robot : une phase de check up qui a révélé que tout ne s'était finalement pas passé comme prévu pour le module.

Ce mercredi, Philae, le module robotique à bord de la sonde Rosetta depuis plus de 10 ans s'est finalement posé avec succès sur la comète 67 P qu'il pourchassait, avec pour objectif d'y mener plusieurs études.

Rosetta Pendant la journée d'hier, le module a réalisé un premier tour d'horizon du site d'atterrissage, puis s'est tourné vers ses outils pour en vérifier le bon fonctionnement.

Premier élément perturbant, il apparait que les harpons du robot n'ont pas fonctionné comme prévu, et que la stabilité du module n’est pas totalement assurée. Les harpons doivent permettre à Philae de se stabiliser sur la comète afin de lui permettre de procéder à des opérations de forage.

Sur dix instruments embarqués, huit ont déjà été testés avec succès et cinq ont déjà été activés. À plus de 510 millions de kilomètres de la Terre, le robot engage donc sa mission.

Les cinq instruments déjà en opération sont les suivants :

Civa : un ensemble de sept caméras miniatures permettant de réaliser des panoramas de la surface de la comète et de proposer des recompositions en 3D. L'outil développé par l'Institut d'astrophysique spatiale à Orsay est également équipé d'un microscope visible et d'un imageur hyperpsectral afin d'analyser la composition moléculaire et minéralogique des échantillons prélevés.

Consert : Il s'agit d'un radar qui a pour but de sonder le coeur de la comète. Il travaille de concert avec Rosetta qui continue de tourner autour de la comète. Le radar envoie ainsi un signal qui traverse la comète pour atteindre Rosetta et révèle la structure de 67 P. En calculant le délai de propagation de l'onde, on peut identifier la composition, la densité de la comète.

Rolis : Une caméra orientée vers le bas qui a permis de partager les photos de la phase d'approche de Philae, elle devrait prochainement proposer des rendus en haute définition de la structure et de la minéralogie de la surface.

Romap : Un dispositif voué à l'étude du champ magnétique de la comète et des ondes plasma émises par cette dernière en fonction de son rapprochement avec le soleil.

Sesame : Il s'agit d'un ensemble de 3 instruments qui mesurent les propriétés des couches externes de la comète ( mécaniques et électriques). Un des instruments étudie la distribution de masse et de vitesse des particules de poussières qui forment le voile de la comète.

Trois instruments sont fonctionnels, mais sont actuellement en attente du prélèvement du premier échantillon

Cosac : un outil permettant d'identifier et de quantifier les composés cométaires volatils et les molécules organiques complexes.

Ptolemy : un analyseur de gaz qui permettra de définir la géochimie des éléments légers relâchés par la comète pendant sa course comme l'hydrogène, l'azote, l'oxygène ou le carbone.

SD2 : La perceuse du robot, l'élément sans lequel la collecte d'échantillons sera impossible. Elle devrait permettre de creuser à une profondeur de 250 mm sous la surface. Suite au défaut d'amarrage du module, elle n'a pas été activée.

Tant que Philae ne sera pas parfaitement stabilisé à la surface de la comète, les autres éléments ne seront pas activés. Ils sont constitués d'éléments mobiles qui nécessitent un déploiement qui pourraient influer sur la position de Philae et le voir se décrocher ou percuter la comète.

APXS : Un outil pour relever les échantillons et en établir la composition chimique. Son utilisation régulière permettra de mettre en évidence les changements de composition à mesure que la comète se rapproche du soleil.

Mupus : Un pénétrateur situé sur un bras équipé de capteurs qui devraient permettre de comprendre les propriétés de la matière et son évolution au fil de la progression de Tchouri 67P.

C'est donc désormais une course dans laquelle les scientifiques se sont lancés, tout sera maintenant mis en place pour que Philae s'assure un point d'ancrage stable, sans quoi une partie de sa mission sera vouée à l'échec.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1817377
Philae remplira sa mission (hélas, de façon éphémère) car destinée à "mourir" sur place !
Aucune possibilité de retour ....
Pendant sa productivité maximale qu'elle nous "ramène" un summum d'information sur nos origines, avant de s'éteindre à tout jamais glorieusement
Le #1817379
Perso, je trouve ça impressionnant. Réussir, à 10 ans, à lancer et faire réussir cet atterrissage est déjà, pour moi, quelque chose d'exceptionnel.

Apparemment, ils ont quand un bon problème au niveau de l'énergie, car les panneaux solaires n'auraient pas bien fonctionné, c'est dommage, mais déjà beau ce qui a été réalisé.
Le #1817381
Ils ne savent pas s'ils pourront ou non activer les outils restant car la sonde n'aurait presque plus d'énergie (peut être mauvaise captation de la lumière du soleil dû à son atterrissage ....
Le #1817385
J'espère que les ingénieurs trouveront une solution pour mieux exposer Philae à la lumière. Ceci dit, cela reste une "Première" dans le genre et j'ai vécu le direct comme mes parents ont vécu le premier pas sur la Lune. 100 % pur bonheur !

Ca fait plaisir de voir qu'en Europe nous avons encore de l'excellente matière grise qui n'a pas à envier aux ricains. ... Et comme dirait Brett Sinclair dans "Amicalement vôtre" : "Dany, prends une leçon ! " (1er épisode)
Le #1817386
La phase "d'approche" a été de 100%

On ne peut pas toujours être aussi précis...

Faut pas être défaitiste ; on a déjà des données ; les choses peuvent toujours évoluer...
Le #1817404
Exhaustivité *.*
Le #1817456
Bonne nouvelle le forage a fonctionné et philae a pu transmettre ses infos cette nuit les opérateurs l'ont faite pivoter pour mieux l'orienter et elle est maintenant en hibernation jusqu'à d'éventuels meilleurs temps, notamment un rapprochement du soleil.
En attendant, la mission est d'ors et déjà un succès à quasi-100%
Le #1817457
Atterrissage ? Une chute gravitationnelle plutôt, un atterrissage est normalement contrôlé.

Le #1817460
tmtisfree a écrit :

Atterrissage ? Une chute gravitationnelle plutôt, un atterrissage est normalement contrôlé.


Oui bon... N’empêche qu'il a fallut un largage au bon moment tout en sachant (à l'avance) la vitesse de descente que Philae allait prendre, quelle face Tchouri allait présenter car ils ont remarqué que son axe de rotation changeait (lors de son périple autour du soleil ou en croisant une de nos Géantes), que le petit propulseur de maintient n'était pas fonctionnel (d'où ses rebonds), etc...

Avec autant de variables (et j'en passe), je trouve que ce n'est pas vraiment une simple chute gravitationnelle

Quand tu te poutres en pleine rue... Là, c'est une chute gravitationnelle incontrôlée
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]