Science : Révolution dans l'interface Homme-machine

Le par  |  1 commentaire(s) Source : Technologyreview
electrode

Connecter un cerveau à une machine est une opération complexe sur plusieurs points, tant matériels que biologique qui nécessite une interface aussi résistante dans le temps que suffisamment délicate pour ne pas endommager les tissus.

Des chercheurs viennent de présenter ce qu'ils désignent déjà comme une "Interface neuronale furtive" constituée d'une simple fibre de carbone recouverte de composants chimiques la protégeant des agressions des protéines du cerveau.

Sous la forme d'un filament de seulement 7 micromètres de diamètre, l'électrode est 100 fois plus petite que la plus fine des électrodes produites jusqu'ici.

Une taille tout à fait appropriée à sa fonction, puisque cette microélectrode vise à capter le signal d'un unique neurone.

Révolutionnaire de par sa taille, l'électrode développée par Takashi Kozai de l'Université de Pittsburgh offre également des caractéristiques intéressantes en terme de résistance puisqu'elle serait capable de rester en place dans le cerveau des sujets pendant près de 70 ans.

Des interfaces homme-machine ont déjà montré des résultats probants, permettant à des sujets paralysés de prendre le contrôle de membres robotisés ou d'une souris d'ordinateur. En captant l'activité de chacun des neurones du cerveau, les scientifiques ont pu analyser et décoder leurs signaux pour les associer à des mouvements.

Des limites apparaissent toutefois avec cette microélectrode, sa taille ayant entrainée des casses au moment de leur mise en place dans le cerveau d'animaux, mais représentent néanmoins la meilleure solution pour connecter un cerveau à une machine.

La taille des électrodes est en effet déterminante dans le succès de l'opération puisque le cerveau a tendance à rejeter les interfaces utilisées actuellement, les rendant inopérationnelles au bout de quelques années.

De par leur finesse, ces microélectrodes semblent ne pas être détectées par le système immunitaire du cerveau, et donc proposer une durée d'étude plus vaste du sujet. Une durée de vie cruciale pour les chercheurs, permettant de concentrer leur travail sur l'interface logicielle et mécanique, mais qui vise également à permettre au patient implanté de conserver une prothèse bionique tout au long de son existence

Ces microélectrodes devraient permettre de nouvelles avancées dans le milieu de la bionique et nous rapprochent un peu plus de la science-fiction chaque jour.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1083352
Rien ne nous rapprochera jamais de la science fiction, celle ci avancera parallèllement avec la science !
Encore heureux !
Sinon la Guerre des Étoiles 9 aura l'air d'être un journal d'actualités ! lol
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]