SELL et contrôle de l'information

Le par  |  5 commentaire(s) Source : PCINpact

Parmi les enjeux clefs d'aujourd'hui, la sécurité informatique est de loin l'un des plus importants avec notammant la chasse aux spywares.

Parmi les enjeux clefs d'aujourd'hui, la sécurité informatique est de loin l'un des plus importants avec notammant la chasse aux spywares. Pour ceux qui l'ignorent encore, les spywares sont des programmes (pas forcément petits) qui transmettent sans votre accord des informations sur votre système, sur vous, sur les habitudes de votre système, sur vos habitude.

Savoir c'est pouvoir
. Les entreprises, les Etats, l'ont bien compris et la collecte de ces informations rend possible toutes les dérives imaginables.

C'est dans ce contexte qu'on apprend l'éventualité d'une officialisation des spywares. Il est vrai que, lorsque l'existence de quelque chose est gênante, il n'y a guère que deux solutions : l'éradication, ou l'appropriation.

Il y a deux semaines environ, nous vous faisions part d'un rapport remis au gouvernement concernant les solutions de filtrage du peer-to-peer. On y parlait notamment de solutions serveurs. Mais la faisabilité technique de telles solutions restant à prouver, la SELL, syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs, voudrait explorer les solutions clientes, c'est-à-dire, sur la machine de l'usager.

Le principe est simple, la machine exécute en permanence un programme chargé de détecter automatiquement une infraction présumée aux droits d'auteur. La CNIL n'a pas encore publié son avis sur la question, mais si jamais la CNIL donnait son aval à un tel programme, il n'y aucune raison qu'elle ne donne pas son aval à un autre programme du même type. Nous verrions donc débarquer des machines dôtées du pouvoir de décider si telle action est illégale ou non.

Toujours dans l'hypothèse d'un accord de la CNIL, la seule raison pour laquelle un programme délation.exe ne verrai pas le jour immédiatement, c'est que l'Etat est absolument incapable de gérer un telle quantité d'information dans un pays où le taux de piratage de logiciels est comparable à celui d'un pays de l'Est.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #39471
Oui enfin si ces programmes s'installent sur votre machine sans votre autorisation et collectent des informations que vous n'avez pas mis en partage sur le réseau: Un, ces informations sont donc collectées illégalement (donc preuves non valables je pense) et deux vous pouvez les poursuivre.

C'est pas gagné...
Le #39477
lol tu sais l'Etat donne déjà dasn l'illégal et même l'anticonstituionnel avev des projets pourtant très médiatisés comme la discrimination positive, alors bon ...
Le #39484
Oui, d'accord mais le dernier mot reviens aux juges.
C'est facile de faire quelque chose d'a priori illégal si personne ne le conteste devant les tribunaux... Les gens ont trop tendance à se dire "s'ils le font ça doit être légal". De plus, la CNIL n'est pas la loi ni une court de justice.

Mais c'est vrai que malheureusement c'est dur de faire respecter la loi en tant que pauvre petit citoyen
Le #39499
moi je suis d accord pour ce programme delation.exe, il marchera pas sous mon linux
Le #39503
alors la freeman, je suis pas certain

suffit d'un truc qui se lance en hard sans OS ...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]