Rachat de SFR : l'Autorité de la Concurrence va mener un examen approfondi

Le par  |  5 commentaire(s)
SFR-logo

L'Autorité de la Concurrence annonce qu'elle va procéder à un examen approfondi du dossier de rachat de SFR par Numericable du fait des risques d'entrave à la concurrence mis en avant dans la consultation des acteurs du marché.

Le rachat de l'opérateur SFR par le groupe Numericable / Altice ne passera pas comme une lettre à la poste. L'Autorité de la Concurrence vient de faire savoir qu'elle allait procéder à un examen approfondi du dossier.

logo-autorite-concurrenceSi elle a tous les éléments en main depuis fin juin, la consultation des acteurs du marché a conduit à la conclusion que "l'Autorité considère que l'opération soulève des doutes sérieux d'entraves à la concurrence et nécessite l'ouverture d'une phase d'examen approfondi (phase 2)".

Ce n'est pas vraiment une surprise pour les observateurs, étant donné les enjeux et la pression autour de ce dossier particulier qui a commencé à remodeler le paysage télécom français. La phase 2 de l'examen du dossier va conduire à une consultation élargie des acteurs du marché et à la collecte des avis de l'Arcep (régulateur télécom) et du CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel).

L'Autorité de la Concurrence devrait également soumettre aux acteurs du marché les mesures compensatoires qui pourraient être réclamées pour éviter ce risque d'entrave à la concurrence. Elle souligne que la phase 2 demande en général 65 jours mais peut être prolongée si nécessaire pour s'assurer des engagements demandés ou en cas d'arrivée d'un élément nouveau dans le dossier.

L'espoir d'un avis de l'Autorité dès le troisième trimestre 2014 tient toujours, même s'il y a des chances pour qu'il bascule sur le dernier trimestre de l'année, étant donné les autres dossiers en cours (mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom, rachat d'opérateurs mobiles virtuels...)

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1803643
Ne me dites pas que l'ARCEP va nous faire le même coup que le CSA hier ou avant hier, qui nous a refusé trois chaines de télé sur la TNT gratuite, au nom de la manne financière publicitaire qui pourrait en pâtir, et au soit disant protectionnisme professionnel dans l'audiovisuel ....!!!!
Si un groupe peut racheter une autre société, et que cela ne met pas en péril ses finances, laissons donc faire ...
Le #1803645
De mon point de vue,

L'Autorité de la Concurrence est une officieusement une extension des gouvernements qui permet à ceux-ci d'imposer leurs lois dans le secteur privé tout en enfumant le peuple.

Toute l'équipe est nommée directement ou indirectement par les gouvernements et notamment le ministère de l'économie.

Elle n'est pas belle la vie ?

Cela dit, sur certain dossier cette commission a fait le boulot, mais vu l'implication de Monteburne sur le dossier des télécoms, on peut avoir un doute quant à l'impartialité sur cette affaire.

Le #1803653


Sur le principe, il ne peut en aucun cas avoir"d'entrave à la concurrence" vu que c'est une société privée qui en achète une autre.

Ce sont des affaires purement privées, qui ne concerne pas l’intérêt public et donc non soumis à l'obligation de concurrence saine.


Anonyme
Le #1803662
Chitzitoune a écrit :

Sur le principe, il ne peut en aucun cas avoir"d'entrave à la concurrence" vu que c'est une société privée qui en achète une autre.

Ce sont des affaires purement privées, qui ne concerne pas l’intérêt public et donc non soumis à l'obligation de concurrence saine.


bousiller un operateur de telecom avec un montage financier plus que douteux qui v surement s ecrouler d ici un an ou deux, ca touche pas l interet public?

ah ouais t as une drole de notion de l interet public toi ...et les salaries qui vont etre vires, qui va les indemniser chez pole emploi? numericable?


Le #1805404
applefanfr a écrit :

Chitzitoune a écrit :

Sur le principe, il ne peut en aucun cas avoir"d'entrave à la concurrence" vu que c'est une société privée qui en achète une autre.

Ce sont des affaires purement privées, qui ne concerne pas l’intérêt public et donc non soumis à l'obligation de concurrence saine.


bousiller un operateur de telecom avec un montage financier plus que douteux qui v surement s ecrouler d ici un an ou deux, ca touche pas l interet public?

ah ouais t as une drole de notion de l interet public toi ...et les salaries qui vont etre vires, qui va les indemniser chez pole emploi? numericable?



Si ca concerne l’intérêt public, alors y'a aucune raison que ça soit une entreprise privée, ça devrait être un organisme d'utilité public.

Soit c'est privée, et tant pis si ça s'écroule, soit y'a un impératif d’intérêt / mission d'ordre public, et ça pas à être privé.

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]