SlingBox ou l'avènement du « place shifting »

Le par  |  3 commentaire(s)
Sling Media logo (Small)

SlingBox… Quèsaco 'Nous vous en avions déjà parlé il y à quelques mois ici, et il semblerait que les choses se précisent en ce qui concerne la disponibilité de ce produit.

SlingBox… Quèsaco 'Sling media logo small
Nous vous en avions déjà parlé il y à quelques mois ici, et il semblerait que les choses se précisent en ce qui concerne la disponibilité de ce produit. Pour ceux qui auraient manqués le début, voici ce qu’il en est : la SlingBox est un boîtier qui se branche entre votre téléviseur et une source vidéo, que celle-ci soit hertzienne, câble ou satellite. Relié ensuite à une connexion internet haut débit, il est alors possible de diffuser les programmes sur la toile afin de les visionner sur un ordinateur ou bien un téléphone mobile compatible équipé du logiciel client.

Ce logiciel client, portant le nom original de SlingPlayer, présente pour l’instant quelques limitations. La première est sa compatibilité qui se réduit pour l’instant à Windows XP et Windows Mobile. La deuxième est quant à elle plus compréhensible. En effet l’utilisation de la SlingBox est limitée à un seul utilisateur. Sling Media joue donc la carte de la prudence pour ne pas se mettre à dos les majors en offrant aux utilisateurs une façon trop simple de diffuser des contenus sur le web. Le protocole propriétaire utilisé pour la diffusion, le SlingStream, ajuste automatiquement la qualité de l'image en fonction de la bande passante disponible.
Slingbox avant reflet smallSlingbox haut smallSlingbox 3 4 arriere small
Un design atypique et des trous d'aération qui annoncent la couleur


Alors « place shifting »…

Diffuser le contenu d’un DVD ou même d’une VHS en reliant un magnétoscope à la SlingBox devient donc un jeu d’enfant. Plus fort, il sera possible par exemple de diffuser l’ensemble du bouquet satellite auquel vous avez accès chez vous dans n’importe quel endroit où il est possible d’accéder à internet. Dans ces cas de figure, une télécommande virtuelle, la SlingRemote, s'affiche avec l’interface SlingPlayer et permet le contrôle du décodeur ou du lecteur relié au boîtier. C’est donc ce concept que les américains qualifient de « place shifting », et qui consiste à accéder à sa télé quel que soit l'endroit où l'on se trouve.

La SlingBox est d’ores et déjà disponible au Royaume-Uni pour 180 livres, soit environ 260€. Son arrivée en France devrait être imminente. Il serait néanmoins intéressant qu’un opérateur comme Free ou Neuf Cegetel ajoute ce type de fonctionnalité à leur box, et puis ça éviterait la multitude de boîtiers qui s’accumulent à côté de la télé...

Le site officiel

Vidéo d'un exemple d'utilisation en déplacement
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #110967
2 points.
1. D'une part on n'a pas attendu la Slingbox pour se rediffuser ses émissions vers n'importe quel point du globe. On fait cela aisément avec une carte d'acquisition TV (et/ou une Freebox en multiposte ou non), un VLC qui streame et un VLC client (ou équivalent). Pour veux qui souhaitent y passer plus de temps ils peuvent également le faire avec un véritable serveur de streaming comme Helix, IceCast et autres qui présentera l'avantage de s'adapter au débit de la ligne avec un client adhoc.
Je pratique régulièrement, depuis un McDo, la visio de France 2 ou France 3 voire France 5 et canal+ sur ma tablette Nokia, chaines retransmises depuis chez moi.
Toutefois la solution est à saluer elle va mettre le système à portée d'un plus grand nombre avec 2 contraintes toutefois :
un protocole et un codec propriétaires et non un classique http ou rstp accompagné d'un XviD ou H264 ;
l'impossibilité de visualiser ses propres films numérisés (à moins de disposer d'un lecteur genre Kiss télécommandable classiquement en infrarouge).
Ceci semble être un autre marché qui est plutôt du côté des FAI.
Toutefois je puis vous assurer qu'il est très agréable de pouvoir programmer ses enregistrements à l'aide d'une bête interface Web (en ajax qui plus est) et de visionner ses propres films et photos où que l'on soit dans le monde (ça me change du temps où je trimballais mes DVD et mon projecteur de diapos !) ;
2. 260 euros c'est cher pour ce que c'est. Ceci par rapport à une solution à base de logiciels libres. Bien entendu pour un prospect qui ignore ce qu'il est possible de faire par ailleurs, je suppose que c'est là le prix du "marché".
db
Le #111315
Gourmet

bOulet
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]