Des données stockées dans un nuage d'atomes

Le par  |  4 commentaire(s) Source : Technology Review
Stockage gaz

Des chercheurs nord-américains ont réussi à stocker des données dans un nuage d'atomes.

Sous la houlette du physicien Quentin Glorieux, une équipe de chercheurs du National Institute of Standards and Technology dans le Maryland, aux États-Unis, est en effet parvenue à stocker des données dans un nuage d'atomes.

Pour cela, deux lettres, le N et le T, ont été encodées en photons et projetées dans un nuage de rubidium soumis à un champ magnétique.

Sous l’effet du champ magnétique, les atomes de rubidium sont passés à un état dans lequel ils ont absorbé les photons, stockant ainsi les données en leur sein.

Et lorsque le champ magnétique a été désactivé, ces atomes ont retrouvé leur état normal et libéré par la même occasion les photons capturés, permettant ainsi à l’information d’être accessible.

Mais comme on peut le voir sur les images capturées par une caméra à grande vitesse, les lettres ont subi une déformation lors de la phase de stockage. Cela résulte des mouvements atomiques.

Une technologie dont le grand public ne profitera pas avant un petit bout de temps, c'est certain, mais qui s’avère assez prometteuse à l’heure où le stockage de données tend à se dématérialiser, grâce à des concepts tels que le cloud computing.

Stockage gaz 
Les captures par la caméra à grande vitesse ( cliquer pour agrandir )

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #955811
Ce qui serait intéressant c'est d'avoir une notion de ce que cette nouvelle technique pourrait promettre comme stockage en capacité / cm3.
Par contre, po compris la remarque sur la dématérialisation et le cloud...
Le #955831
Exactement. Je ne vois pas ce que la dématérialisation des données et le clouding viennent faire dans l'article.

Et concernant ce type de stokage, je pense qu'il est improbable d'être exploité un jour :
1. Coût des unités mémoire au Rubidium ?
2. Complexité du dispositif d'injection des photons (laser ?)
3. Complexité du dispositif de relecture de l'info (capteur ?)
4. Consommation électrique nécessaire pour maintenir ce groupe d'atomes vers zéro Kelvin (azote ou hélium liquide ? Effet Peltier ?)

Je n'y crois vraiment pas. Expérience, sans plus...
Le #955891
On est tous impatients de confier nos vies à de tels procédés, hein ?
Le #955921
ca me fait penser au sketch des chercheurs de Timsit...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]