Universal Music veut tuer le streaming gratuit illimité

Le par  |  4 commentaire(s) Source : Financial Times
Spotify-logo

Universal fait pression pour le retour de certaines restrictions avec les offres gratuites de musique en streaming comme Spotify.

Comme pour la musique, cela paraît être un éternel recommencement. Pour les débuts des offres de streaming de musique, les limites pour l'écoute gratuite (assujettie à la publicité) n'étaient pas légion. Puis elles sont venues se greffer avant que Spotify ne secoue une nouvelle fois le cocotier pour les faire voler en éclats, entraînant dans son sillage ses concurrents comme Deezer.

harmonisation spotifyLe Financial Times rapporte qu'Universal Music remet en question le modèle freemium tel que pratiqué actuellement par Spotify. Avec pour moyen de pression la renégociation des accords de licence, le puissant label veut une plus grande distinction entre l'offre gratuite et payante de Spotify, au-delà de la suppression de la publicité, du mode hors connexion ou encore d'une meilleure qualité audio.

Cela passe notamment par des limites comme un certain nombre d'heures d'écoute par mois. Un retour en arrière avec on peut l'imaginer un effet boule de neige du côté des autres services, et le cas échéant, le retour également d'une limitation du nombre d'écoutes d'un morceau.

Lorsque Spotify avait mis fin à certaines limites de la gratuité, le Suédois avait expliqué vouloir monétiser des utilisateurs qui ne seraient sinon jamais venus à un modèle légal, et se targuait de pouvoir en convertir à un modèle payant.

L'avis de Spotify n'a pas changé à ce niveau mais ce n'est manifestement pas suffisant pour les comptes d'Universal. Spotify revendique 60 millions d'utilisateurs dans le monde et 15 millions d'abonnés payants.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1837399
Se sont toujours les même qui en veulent toujours plus sans se remettre en question.
Le #1837421
La production de services numérique ayant un coût marginal nul, elle devrait être régie par des loins particulières, encadrant drastiquement le profit. Sa
Le #1837460
Elle est belle la liberté de concurrence.
Le #1837466
les mecs qui voudraient toujours revenir à l'époque du CD ou ils s'en sont foutu vraiment plein les poches pendant 20 ans

elle a été là l'exception les gars. c'est maintenant le retour à la normale avec une industrie qui doit fonctionner comme les autres. innovation et qualité entre autres.
les merdes academy et autre producteurs de pop au kilometre ne valent pas plus qu'une écoute distraite gratuite hein
d'ailleurs n'est ce pas fait pour cela? passer à la radio? point barre?

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]