Un tapis à vagues pour générer de l'électricité

Le par  |  4 commentaire(s) Source : Treehuger
tapis sous marin

Si la plupart des fermes énergétiques marines utilisent la force de la marée pour produire de l'électricité, un nouveau concept propose une approche différente en promettant une rentabilité supérieure.

Actuellement, la mer est mise à profit par quelques centrales électriques utilisant le phénomène de marée pour remplir des réservoirs, puis en les expulsant au travers de turbines produisant de l'électricité. Un système qui fonctionne, mais dont le rendement n'est pas suffisant d'après les chercheurs de l'Université Berkeley en Californie.

tapis sous marin Leur concept est beaucoup plus simple, moins couteux, et beaucoup moins imposant qu'une centrale traditionnelle, pour des rendements plus élevés.

Il se compose d'un long tapis flexible fixé à environ 30 cm du fond marin, supporté par une structure métallique montée sur des cylindres hydrauliques. Lorsque les courants et le ressac passent autour du tapis, la pression alentour est modifiée et se forment ainsi des vagues et une déformation générale du tapis. Les cylindres reliés au tapis sont ainsi actionnés et fonctionnent comme des pompes qui aspirent et recrachent l'eau de mer vers des turbines qui à leur tour produisent de l'électricité.

Selon l'équipe de chercheurs à l'origine du projet, une installation d'une surface de seulement 1m² serait capable de générer suffisamment d'électricité pour la consommation de deux foyers, et 100 m² permettraient de générer plus d'électricité qu'un terrain de football couvert de panneaux solaires.

L'autre avantage du système réside dans le fait qu'il fonctionnerait 24 heures sur 24, et 7 jours sur 7 , ce qui n'est pas le cas des panneaux solaires, ni même des fermes éoliennes.

L'UC Berkeley envisage de mener des tests de son tapis à vagues d'ici 2016 avec pour objectif une commercialisation d'ici 2024.

Complément d'information
  • Pour les joueurs nomades : un tapis de bureau
    Le constructeur taïwanais Asus s’adresse aux joueurs. À travers sa marque ROG (Republic Of Gamers), il va leur proposer le tapis de bureau Sheath.
  • Philips : des tapis de LED pour guider les visiteurs
    Philips, toujours à la pointe des innovations en terme d'éclairage vient de présenter le fruit de son partenariat avec la société spécialisée dans la fabrication de revêtements de sols Desso : un tapis capable de proposer un ...

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1672432
... Un seul mètre carré pour deux foyers? O.O
Le #1672442
Ça me parait un peu gros comme affirmation de production électrique.
Le #1672582
Très intéressant !
C'est un peu le principe du pelamis (http://www.pelamiswave.com/) mais sur fond marin.
Il va falloir aussi composer avec la nature car tout corps plongé dans l'eau de mer subit en plus de la corrosion extrème, une importante prise d'assaut de la biologie marine... D'où des frais importants de maintenance, de nettoyage et de réparations, etc. D'autre part, l'énergie prise à l'océan portera sans doute préjudice à l'écosystème ou juste même à la mécanique naturelle du déplacement des sables.
Ceci-dit, si la performance affichée est au rendez-vous, ce système peut s'avérer peu couteux à mettre en place et être rentable au final.

Le #1673062
paralax a écrit :

Très intéressant ! > C'est un peu le principe du pelamis (http://www.pelamiswave.com/) mais sur fond marin. > Il va falloir aussi composer avec la nature car tout corps plongé dans l'eau de mer subit en plus de la corrosion extrème du sel ainsi qu'une importante prise d'assaut de la biologie marine. D'où des frais importants de maintenance pour l'entretien (nettoyage, réparations, etc). D'autre part, l'énergie prise à l'océan portera sans doute préjudice à l'écosystème ou juste même à la mécanique naturelle du déplacement des sables, et j'en passe. > Ceci-dit, si la performance affichée est au rendez-vous, ce système peut s'avérer peu couteux à mettre en place et assez rentable au final.


J'allais faire exactement la même remarque : la moindre carlingue que l'être humain peut balancer à la mer est rapidement prise d'assaut par végétation et la faune marine, ainsi que dégradée par les conditions de salinité et de frottements avec le sable et les mouvements d'eau... (Et tant mieux...) Alors pour laisser un élement de manière pérenne sous l'eau, va falloir s'accrocher...

Je plussoie aussi sur la remarque de @micropastis : les chercheurs américains ont un peu trop souvent la tendance à exagérer les "expectations" de leurs recherches, histoire de faire sensation et de passer dans les journaux... C'est un peu limite ce genre de comportements... Mais bon on est dans la société du sensationnel... Si les gens arrêtaient un peu de tjs vouloir voir du sang, des meurtres, des guerres et des explosions aux infos à l'heure du repas, ptet que les journaleux arrêteraient de reprendre et diffuser n'importe quelle nouvelle sans la vérifier ou la remettre en cause...

Mais bon, le principe me plaît et si ça peut marcher un jour et qu'on peut se passer de nucléaire, ça serait le top !

Pis de toutes façons l'entretien de ce genre de centrale maré-motrice sera toujours moins cher que de s'occuper de construire/entretenir/protéger/démenteler une centrale nucléaire et ses déchets. Oui, parce que au cas où vous ne seriez pas au courant, on vous ment effrontément en France depuis des années, pour des raisons purement politiques : l'électricité d'origine nucléaire est loin d'être la moins chère... C'est juste que le prix des milliers de militaires, flics, pompiers, avions, ingénieurs, chercheurs, etc. censés être toujours prêts à intervenir pour surveiller/améliorer/protéger les sites d'extraction, production et de stockage des déchets est additionné à vos impôts (notamment locaux), et non pas compté dans le prix au KWh, alors que pour les autres types d'énergie on fait bien attention à tout additionner...
Tout en sachant, de plus, que même si on voulait calculer le coût réel du KWh d'origine nucléaire (i.e. comme pour n'importe quel élément : en prenant en compte son cycle complet : depuis l'extraction de la ressource, jusqu'au stockage/recyclage des déchets, sans oublier les multiples transports intermédiaires), on en serait totalement incapable, car :
1) on ne sait pas le prix du démentellement d'une centrale, vu qu'on ne l'a jamais fait (et que l'on ne sait même pas si l'on en est actuellement capable)
2) que l'on ne sait pas quoi faire des déchets à part les accumuler, dans des zones dont on sait actuellement qu'elles ne sont pas étanches et qu'elle ne vont pas tarder à déclencher des catastrophes sanitaires, dont on est incapable d'estimer le coût
3) pour couronner le tout, que les déchets nuclaires sont là pour des centaines de millers d'années, donc on est incapable de calculer le coût du stockage des déchets et de leur protection pour tout ce temps. Quand bien même on l'estimerait, il serait pharaonique ! (et puis qui peut estimer quel sera le coût d'un miliaire pour protéger le site dans 200.000 ans ??? Et qui peut garantir que d'ici là, on n'aura pas eu une nouvelle guerre ou attaque terroriste sur une aussi belle cible ???)
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]