Test Alan Wake

Le par  |  0 commentaire(s)

L'aventure de Alan Wake se découpe en plusieurs épisodes, avec génériques de début et de fin à la clé, puis avec l'intervention du fameux "Previously..." Ces épisodes ont le don de vous perdre un peu plus ou un peu moins dans le scénario, puisqu'ils font parfois appel à des flash-back, puis à des retours dans le présent. Ce qui ne sera pas sans nous rendre la compréhension de l'aventure un peu plus ardue. On sait qu'il faut retrouver la trace d'Alice et s'est sur ce seul point que l'on se raccrochera, du moins au début. On comprend plus ou moins qu'Alan semble avoir déjà vécu les évènements qui lui arrivent, non pas dans la réalité mais sur papier. L'homme aurait-il écrit un livre dont il est devenu, on ne sait comment, le principal héros ? L'homme est-il en plein cauchemar ? S'est-il douloureusement tapé la tête ? Les questions nous submergent, le jeu sachant pertinemment nous rendre perplexe. Il faudra donc se laisser malmener pour espérer avoir des réponses à nos questions et tenter de cerner les évènements.

Alan wake (2) Alan wake (10)

Rêve ou réalité, on ne sait pas trop où sont placées les frontières. Toujours est-il que ce qui nous attaque en pleine forêt a bel et bien envie d'en découdre avec nous et que le Game Over se montre bien présent. Cet ennemi, c'est avant tout cette ombre étrange qui envoûte les êtres humains et les transforme en meurtriers. Les humains alors rencontrés, habités de cet halo d'ombre, n'ont qu'une idée en tête : vous tuez. Vous ne savez ni comment ni pourquoi fonctionne cette ombre, mais elle se révèle efficace. Vous aurez donc d'abord à coeur de vous défendre puis de comprendre ce qu'il en est.

Alan wake (9) Alan wake (8)

C'est ici que nous entrons dans l'action du jeu, ces moments de combats où avec quelques munitions et des piles vous viendrez à bout de ces adversaires. Le gameplay d'Alan Wake est assez simple à assimiler : il suffit de braquer votre lampe torche sur l'ennemi avec toute l'énergie possible afin de faire disparaître l'ombre qui l'entoure. Ensuite, il vous faudra l'achever avec votre arme à feu. Les développeurs ont tout de même penser à varier les plaisirs en intégrant dans votre arsenal quelques grenades lumineuses et autres fumigènes qui viendront à bout des ennemis possédés de plus en plus récalcitrants et eux aussi mieux équipés pour vous affronter.

Alan wake (7) Alan wake (15)

C'est simple à mettre à exécution, mais pas non plus d'une simplicité enfantine, surtout quand vos ennemis ont envie de vous attaquer en groupe. La redondance de ces affrontements, de ces situations, pourront en gêner quelques uns. Alan Wake ne brille pas sur ce point par sa diversité. Vous vous retrouvez souvent en pleine forêt où l'on vous demandera d'atteindre un objectif, le chemin vous y menant étant ponctué de points stratégiques (sauvegarde, munitions et piles) et de phases d'attaques de l'ombre. Redondant certes, mais on appréciera bien souvent la mise en scène orchestrée autour de cette ombre, ce moment où le titre nous prévient que l'attaque est imminente et les lieux peu sûrs. Tourbillons, souffle dans les branches, pluie d'objets invraisemblables, l'ombre est omniprésente et s'amuse à se jouer de vous. Seul refuge pour vous, les lampadaires en état de marche qui pourront vous faire récupérer un peu de vie et reprendre vos esprits. Mais attention, les ampoules sont fragiles et les ennemis ont un jeu intéressant qui consiste à les viser avec leur hache pour vous déloger de ces endroits confortables.

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]