Test Blackguards

Le par  |  1 commentaire(s)
Blackguards - vignette

Développé par le studio allemand Daedalic Entertainement, Blackguards se présente comme un jeu de rôle au tour par tour, un genre qui fait progressivement son retour dans le domaine du jeu vidéo. Exploitant l'univers du jeu de rôle papier L'Oeil Noir, le titre cherche à nous proposer un univers médiéval-fantastique intéressant, mêlé à un gameplay basé sur la stratégie. Cette nouvelle adaptation sera-t-elle suffisamment efficace pour mériter l'attention des fans de RPG ? Réponse dans notre test.

La société de développement Daedalic Entertainment, connue pour ses très bons point & click sur PC, nous propose un nouveau genre dans leur éventail de possibilités : le jeu de rôle au tour par tour. C'est avec Blackguards que le studio nous offre une immersion dans la licence l'Oeil Noir ( The Dark Eye ). Cette dernière, connue par les amateurs de jeux de rôle papier depuis 1984, propose un univers médiéval-fantastique largement basé sur le célèbre Donjons & Dragons. La licence s'est rapidement déclinée en jeu vidéo, à partir des années 90. Par ailleurs, ce n'est pas le premier coup d'essai de Daedalic pour cette franchise, puisqu'il a déjà publié L'Oeil Noir : Les Chaînes de Satinav en 2012.

Alors que le jeu de rôle au tour par tour est toujours destiné à un marché de niche et ce, malgré quelques jeux indépendants exploitant récemment ce filon, Blackguards a pour objectif de séduire les amateurs du genre. Si le scénario pouvait laisser présager quelque chose d'assez dense et immersif, le titre peine toutefois à démarrer. Dès le début de l'aventure, le héros voit son amie et princesse dévorée par un puissant loup, avant d'être jugé coupable et emprisonné. Sans le sou, il faudra tout d'abord chercher à s'échapper de notre geôle et chercher à nous venger notre bourreau visiblement bien trop insistant pour demeurer innocent dans cette sombre affaire.

Blackguards - 10 Blackguards - 11 

L'aventure débute avec un trio de héros : notre personnage – qu'il est possible de créer selon trois classes de personnages : guerrier, mage ou archer – un nain puissant au corps-à-corps et un mage plutôt hautain à l'accent italien fort indigeste. D'autres protagonistes se joindront progressivement à notre quête. Fort malheureusement, en dépit d'un univers existant depuis les années 80 plutôt riche en atmosphère, le travail de Daedalic demeure en demi teinte. En effet, la mise en scène du jeu se révèle assez fade en définitive, arborant des cut-scenes sans grande immersion, aux dialogues peu éloquents et doublés sans profondeur, ainsi qu'une progression désespérément linéaire. Bien sûr, il existe quelques chemins alternatifs de temps d'une quête secondaire, mais le voyage au travers de la carte du monde présente majoritairement des trajets expéditifs et unilatéraux.

Cette approche plutôt austère réduira très clairement les ardeurs de la plupart des joueurs, puisque le schéma ville / combat se répétera sans cesse au fil de la progression in-game. De plus, aucune liberté de déplacement précise n'est au centre du gameplay, la plupart des actions s'effectuant directement à la souris dans les lieux visités. Il conviendra souvent d'interroger les autochtones pour débloquer des quêtes optionnelles, parler au guérisseur pour soigner ses blessures, à l'aubergiste pour dormir et récupérer ses points de vie / magie, ou encore tailler une bavette avec le forgeron ou marchand du coin pour faire du commerce d'équipements et objets. En sus de ce schéma plutôt répétitif, le jeu de Daedalic se veut très frustrant. Assurant des premières heures pénibles en raison d'un manque de spécialisation des personnages, le titre démolit rapidement tout espoir en raison d'une probabilité injuste et une progression qui ne décole qu'à partir du troisième chapitre. Aussi, seuls les plus téméraires apprécieront davantage le jeu, suite à une bonne dizaine d'heures de quasi-supplice.

Blackguards - 1 Blackguards - 2 

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1693242
Même si l'histoire parait un peu longue au début l'intrigue devient de plus en plus haletante si l'on s'y intéresse (malgré un doublage parfois aléatoire), le fait de pouvoir interagir avec son environnement le différencie d'un Final Fantasy et permet de se protéger ou au contraire d'accélérer l’issue d'un combat, attention aux "tirs amis" lorsqu'un de vos personnages se trouve dans la ligne de mire de l'un d'entre eux.
Un jeu sympa quoiqu'il en soit et surtout pas très cher en téléchargement (compter aux alentours de 17€ pour la version standard et 22€ pour une version "deluxe". Plus d'info là:
http://www.goclecd.fr/acheter-black...teur-prix/
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]