Test Danganronpa 2 : Goodbye Despair

Le par  |  0 commentaire(s)

Des phases d’enquête vous permettent d’enquêter sur les crimes perpétrés par les autres élèves. Elles sont systématiquement suivies d’un procès où des élèves sont suspectés. Il faudra séparer le bon grain de l’ivraie pour vous en sortir. On pense dès lors aux enquêtes de Phoenix.

Les procès s’articulent autour de discussions communes durant un temps donné. Elles sont suivies de phases durant lesquelles des affirmations sont données. A vous de tirer sur celles qui sont contradictoires. Plusieurs subtilités viennent pimenter l’affaire puisqu’il n’est pas possible de tirer sur n’importe quelle phrase avec n’importe quelle balle. Les mécaniques du premier opus se rappellent à notre bon souvenir puisqu’il faudra donc identifier les incohérences dans l’argumentation des étudiants pour les descendre à coup de preuves.

Danganronpa_2_Goodbye_Despair_i Danganronpa_2_Goodbye_Despair_c 

On collecte toujours des fragments d’espoir et le level up se fait en effectuant différents actions (marcher, examiner et parler aux autres). Pour chaque niveau, le nombre de skills augmente également.

Pour enrichir l’expérience de jeu, les échanges sont le prétexte pour prendre part à de nombreux mini-jeux. Petits bémols sur ceux-ci : s’ils viennent rompre avec les phases textuelles, leur gameplay est bien souvent nébuleux, faute d’explications.

Parmi les nouveautés, les phares en bleu font leur apparition. Elles se distinguent des autres puisqu’il ne faudra pas y trouver des failles mais les étayer. Deux nouveaux types de phrases viennent aussi quelque peu renouveler le gameplay : « Rebutal » dans le style Fruit Ninja et « Logic Dive », ce dernier nécessitant de choisir le chemin qui correspond à la bonne réponse.

Danganronpa_2_Goodbye_Despair_b Danganronpa_2_Goodbye_Despair_g 

Des mécaniques de gameplay bien rodées issues du premier volet, mais aussi une ambiance singulière grâce à la bande son et à l’atmosphère propre au jeu. Les gens se font tirer dessus avec des bazookas, sont brûlés vifs…

Malgré des traits caricaturaux de prime abord, la danseuse traditionnelle, la gymnaste, le fils prodige, le prétendant Yakusa, la photographe, l’entraîneur, le chef cuisinier, la princesse européenne, la gameuse, l’épéiste, l’infirmière, la musicienne, le mécanicien et le nourrisseur ont des caractères assez complexes et profonds. Ils participent tous à l’histoire parfaitement ficelée du jeu.

L’histoire, c’est bien le point fort de Danganronpa 2 : Goodbye Despair. Elle se conclue sur un final grandiose où l’on voit toutes les pièces du puzzle s’assembler. Ce scénario très machiavélique nécessitera toutefois (c’est conseillé du moins) d’avoir bouclé le premier opus pour en comprendre toutes les subtilités et les références.

Comptez au moins 25 heures pour finir Danganronpa 2 : Goodbye Despair et bien plus en prenant en compte tous les extras, le titre regorgeant en effet de nombreux bonus (bande-dessinée sur Makoto Naegi, personnage du premier opus, mode Island dans lequel il n’y a pas de crimes, un mini-jeu avec Usami…).

Petit avertissement tout de même car, si on peut choisir entre voix japonaises et anglaises, le texte reste, lui, exclusivement en anglais.

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]