Test Deadly Premonition (Import PS3/Xbox 360)

Le par  |  0 commentaire(s)

Il est bon de savoir qu'à l'origine, le jeu s'appelait "Rainy Woods" et cultivait d'évidentes ressemblances avec la série Twin Peaks (pour ce dernier point, c'est d'ailleurs toujours le cas dans la version finale). Autre information très intéressante, le développeur de Deadly Premonition, Access Games, comporte dans son équipe des personnes ayant travaillé sur le tout premier Resident Evil, quelques Silent Hill et même Parasite Eve. On a fait pire comme CV (la voix de l'agent Morgan, Jeff Kramer, est pour l'anecdote celle du poisson à tête d'homme Seaman). Deadly Premonition met donc facilement et rapidement mal à l'aise, la faute à des plans travaillés et à des environnements grandement anxiogènes. Sans oublier que dans ces derniers se meuvent des personnages aux motivations pas évidentes et aux faciès particuliers, inquiétants pour certains et très "américains". Normal, l'action se déroule aux Etats-Unis d'Amérique.

Deadly Premonition Xbox 360 (3)Évacuons sans plus attendre le premier point noir du jeu, celui qui frappe d'entrée : la réalisation graphique, datée au point qu'on en arrive à se demander si le développement de Deadly Premonition n'a pas débuté sur Dreamcast ou PS2 (ah, il se trouve que si après recherches, en 2004 précisément). Les textures sont pauvres et les animations peinent énormément à convaincre. Ajoutez à cela des personnages qui gesticulent souvent de la même façon lors de leurs interventions vocales, faussant leur crédibilité, et bien sûr, des bugs à la pelle pour parachever le tout, et vous disposerez alors d'un ensemble relativement repoussant. L'œil attentif et conciliant accordera pourtant au visuel de Deadly Premonition d'être très immersif, on peut revenir à ce propos sur les visages qui nous captivent étrangement malgré le peu d'expressions les animant. Mais vraiment, il en faudra du courage pour supporter le fait que Deadly Premonition n'ait été en aucun cas optimisé pour tourner parfaitement sur PS3 (et probablement aussi sur Xbox 360).

Comment définir le genre de Deadly Premonition sans mal le cataloguer ? Oui, les premières minutes de jeu (celles suivant le crash de votre voiture) le placent directement dans la catégorie survival horror, sans hésitation. Avec des armes, munitions, objets-clé ou de soin à ramasser, des ennemis glauques et désarticulés à renvoyer à la terre, toute autre classification aurait été étonnante. Sauf que le jeu alterne ces phases d'action avec d'autres orientées exploration (dans la ville de Greenvale), à la manière d'un GTA. Contrairement au titre de Rockstar, Deadly Premonition n'offre cependant pas une bourgade très animée. L'enquête de l'agent York l'amènera à souvent rallier un point précis de la ville, à pied ou en voiture. Même en ne comprenant pas grand chose aux dialogues, on ne se trouvera jamais perdu, une indication rouge nous signalant toujours la destination à rejoindre. Voilà là un aspect formidable du jeu pour les non-japonisants, mais les joueurs en général pourront regretter de se voir ainsi mâcher le travail. D'autant que le jeu n'est globalement pas très dur (mises à part quelques énigmes pas faciles à résoudre).

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]