Test Medieval II : Total War

Le par  |  0 commentaire(s)
Avec Medieval II : Total War, les habitués de la série ne seront pas désorientés avec l'interface  et le gameplay proposés par cette nouvelle monture. On jonglera habillement entre les écrans de stratégie vue d’en haut pour planifier nos actions, gérer notre économie au tour par tour pour ensuite laisser place à une vision plus proche du champ de bataille pour conquérir un territoire ou défendre une province, cette fois-ci en temps réel. Rassurons-nous on ne change en rien un concept qui a fait ses preuves mais de nombreuses évolutions sont au rendez-vous donnant à cet opus une dimension plus riche et mature que ces prédécesseurs.



La période historique de Medieval II : Total War est désormais plus longue, s’étalant de l’an 1080 à 1530. Afin de respecter fidèlement le background historique, The Creative Assembly étend les zones de conquêtes au delà des territoires classiques pour vous faire voyager en fin de campagne sur le continent américain découvert en 1492. Une conquête future à votre expansion que vous ferez sûrement à l’aide d’arquebusiers ou mieux encore de janissaires avec mousquet. Oui, dans cet opus et c’est une des principales nouveautés, il vous faudra compter avec l’apparition de la poudre à canon. Autant vous dire que les aztèques vont en prendre pour leurs grades…

Justement à ce propos, les factions disponibles arrivent en nombre avec ce denier opus. Certes au commencement de la campagne solo seulement cinq des dix-sept seront jouables avec l'Angleterre, la France, le Saint Empire Romain, Venise et l'Espagne. Le jeu en comptabilise vingt-et-une au total mais certaines seront dédiées exclusivement à l’ordinateur ou au multijoueurs comme la faction des Aztèques. Concernant les autres factions, il faudra les anéantir au préalable pour qu’elles deviennent jouables à leurs tours. Option sympathique sachant que chaque faction possède des unités propres et des avantages sur certains domaines de combats. On pourra ainsi analyser plus en détails comment jouer la faction contre laquelle on s’acharne en ce moment même. A titre d’exemple, la faction de Venise possède des troupes d’infanteries inégalées mais faiblit largement du côté de la cavalerie où la France pourtant excelle.



Si chaque faction mérite d’adapter notre style de jeu à ses forces et faiblesses, il nous faudra néanmoins remplir l’objectif de la campagne qui varie en fonction de la durée que l’on choisit en début de partie. Afin de nous aider dans notre terrible tâche, une petite animation en guise de générique nous conseillera sur les différents points à envahir en priorité. De plus, le conseil des nobles et le Pape vous proposeront tout au long du jeu diverses missions à effectuer dans un temps limité en échange de quelques pièces d’argent. On appréciera grandement cet encadrement de missions qui permet de donner un peu de dynamisme à la campagne, particulièrement pour les personnes aimant se faire épauler et suivre un cheminement précis.

Autant vous dire, la durée de vie du soft reste tout simplement excellente sans compter que Medieval II : Total War vous proposera son traditionnel mode escarmouche mais aussi de revivre les batailles historiques comme la célèbre confrontation opposant les Normands aux Saxons lors de la bataille d’Hastings. Et côté champs de bataille, je peux vous dire que le studio de développement n’a pas bâclé le travail, bien au contraire.
Dans le même style
  • Test Total War Shogun 2
    La série Total War s’agrandit à nouveau en cette année 2011, une année on ne peut plus importante pour Creative Assembly. Cela fait en effet plus de onze ans que cette saga vidéoludique a été créée. Depuis, elle s’est ...
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Questions / Réponses high-tech
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]