Test : The Last of Us Remastered

Le par  |  2 commentaire(s)

The Last of Us Remastered propose le gameplay d’un TPS classique avec des déplacements au stick gauche tandis que la caméra se dirige au stick droit. Les commandes intuitives répondent à la perfection et on dispose d’un système de couverture utile lors des phases d’infiltration qui caractérisent le jeu.

Malgré son âge, Joël est très bon au corps à corps (sauf contre les claqueurs qui ne laissent aucune chance sans surin). Il excelle dans le maniement du surin et des armes de corps à corps mais aussi dans celui des armes à feu (en tout genre). L’arsenal qu’on va devoir gérer est d’ailleurs un élément essentiel du jeu car les choix réalisés dictent la manière d’aborder les différentes phases (plus ou moins en infiltration). Si l’attaque furtive dans le dos de l’adversaire s’avère pertinente pour éliminer les ennemis un à un, l’étranglement est parfois trop long et il sera préférable d’utiliser un surin afin de ne pas être repéré. Un système de craft permet de confectionner différents objets grâce à des éléments glanés dans les décors : cocktails molotov, medikits, bombes artisanales et autres fumigènes. On améliore également ses armes (temps de recharge, cadence de tir, capacité du chargeur, recul…) de prédilection.

The_Last_of_Us_Remastered_f The_Last_of_Us_Remastered_d 

On notera d’ailleurs que les pérégrinations de Joël se transforment souvent en exploration car rechercher les objets n’est pas affaire de scoring mais de survie, permettant de progresser. Afin de fouiller les environnements, on s’aidera de la lampe torche. Cette composante exploration des différentes zones confèrent au jeu une quasi sensation d’univers semi-ouvert alors que le jeu est entièrement scripté.

Un autre élément vient étoffer le gameplay en offrant la possibilité au joueur de faire des choix. Des pilules glanées çà et là permettent d’améliorer certaines compétences du personnage. Mais, celles-ci étant rares, il faudra en privilégier certaines au détriment d’autres. Cela modifiera et personnalisera alors votre façon de jouer.

Reste le bestiaire des êtres infectés à affronter qui a été pensé pour vous donner du fil à retordre. Entre des créatures rapides et d’autres aveugles qui rappliquent fissa dès que les premiers fondent sur vous en hurlant, il faudra la jouer tactique en les éliminant soigneusement dans le bon ordre. Enfin, des mastodontes infectés viennent ajouter du piment : très lents (même s’ils peuvent piquer des sprints en se rapprochant), ils vous balancent des boules de spores qui affectent votre barre de vie.

Ajouter à cela, que l’accès à l’inventaire et au système de craft ne mettent pas le jeu en pause (il faudra bien créer les différentes items avant d’entrer dans le vif du sujet).

Tout ce gameplay permet d’alterner entre action, infiltration et exploration, avec un objectif unique : survivre. L’étalage de la violence (avec des scènes gore) semble alors quasiment normal dans cet univers implacable.

L’aspect gestion oblige à une implication de tous les moments. Les combats sont âpres et sans merci. Il faut anticiper sans cesse pour se donner un maximum de chances de survie dans les zones infestées. La stratégie est alors un allié de poids ainsi que la réflexion.

Sur un rythme qui semble lent, le joueur n’aura pourtant pas le temps de s’ennuyer.

Le jeu et l’ambiance sont parfaitement servis par le sound design qui sait s’effacer au bon moment alors que la guitare acoustique ajoute cette touche de mélancolie qui habite le personnage de Joël.

Reste quelques bémols (il en faut bien) toujours présents dans cette réédition. On pourra ainsi ajouter que la faculté qu’a Joël pour détecter et localiser les personnes à l’aide de son unique ouïe n’est pas forcément hyper crédible. Toutefois, il suffira de la désactiver dans les options.

L’IA des créatures et des combattants ennemis est très bonne dans l’ensemble. Elle aurait toutefois pu encore progresser alors qu’ici elle reste schématique et assez prévisible dans l’ensemble.

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1805202
Bon peut-être ça ne vaut pas la peine d'acheter une console à 500$ + 60$ le jeu + 30$ season pass + 50$/an pour jouer en multijoueur...

En plus si ces jeux consomment 50go sur le HDD de la console, puisqu'elles sont vendues avec des 500go, on peut conserver installé environ 10 jeux seulement...

Ouin... Quelqu'un a une date pour la ps5 ?
Le #1805455
J'ai beaucoup aimé le jeu sur PS3 mais je n'avais pas fait le DLC "Left behind", qui coutait 15 euros. Comme j'ai revendu ma copie du jeu, je le reprendrai peut-être un jour, quand il sera à 15 euros (prix du DLC) en occasion.

Visiblement, c'est plus intéressant pour ceux qui n'avaient pas de PS3 et/ou qui n'avaient pas acheté le jeu. Ceux-là pourront s'éclater sur ce jeu, avec un rendu encore meilleur.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]