Traduction de chansons : la fin '

Le par  |  5 commentaire(s)

Il y a quelques jours, nous vous alertions sur la possible disparition des sites proposant des traductions de chansons (voir news).

Il y a quelques jours, nous vous alertions sur la possible disparition des sites proposant des traductions de chansons (voir news).

Nous écrivions alors :

"Il existe sur Internet une floppée de sites dédiés à la musique. Parmi eux, certains proposent la traduction des paroles de chansons étrangères.

L'activité de ces derniers pourrait bien cesser. En effet, nombreux sont les sites qui, comme La Coccinelle du Net, ont reçu un recommandé de la part de la CSDEM, la chambre syndicale de l'édition musicale.

La Chambre Syndicale réunit les éditeurs de musique. Son objet principal est d'étendre la protection des intérêts nationaux et internationaux de ses membres.

Celle-ci désire ainsi mettre fin aux sites de paroles sur Internet."


Aujourd'hui, nous disposons de plus d'informations.

La CSDEM a en effet envoyé un courrier début janvier à près de 30 sites, dont La Coccinelle du Net qui est l'un des plus importants

"Dans le cadre d'une charte signée le 28 juillet 2004, nous avons pris l'engagement de sensibiliser les internautes aux droits d'auteur. Cette action collective des éditeurs affiliés à la CSDEM a pour objectif d'informer les webmestres des sites concernés qu'ils sont dans l'illégalité" précise Aurélie Jimenez, chargée de mission à la CSDEM.

Les griefs de ce syndicat sont multiples :
  • non-paiement des droits d'auteur / compositeur
  • diffusion de textes sans mention de leur auteur
  • paroles recopiées avec des erreurs
  • ...

"S'ils ne se mettent pas en règle, nous les poursuivrons en justice" poursuit Aurélie Jimenez.


La réaction des sites concernés ne s'est pas faite attendre.
Certains se sont regroupé en association, alors que d'autres ont déjà capitulé et abandonné leur site....


Yvan Taviaud, webmestre du site La Coccinelle explique :

"Quand j'ai créé mon site il y a tout juste trois ans, je l'assimilais plus à un site perso. Je ne me suis pas demandé si c'était légal ou non. Surtout que de nombreux sites existaient déjà."

Bien entendu, aujourd'hui les choses ont changé, son site recevant chaque jour plus de 70 000 visiteurs pouvant accéder à près de  30 000 textes.

Yvan Taviaud est prêt à payer les éditeurs "mais une somme raisonnable. Si cela dépasse les 50 000€ pour l'ensemble des sites concernés, cela n'est pas la peine. Car, même si nous sommes amenés à payer des droits d'auteur, nous mettrons toujours les textes en ligne gratuitement. Faute d'accord, je mettrai la clé sous la porte".


Sans commentaire.....
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #31455
tss ils vont faire exprès pour qu'il mette la cléf sous porte
Le #31459
Je ne comprend pas où il y a un problème de droit d'auteur si un site affiche la traduction d'une chanson. Ce n'est pas le texte original.
Si on suit ce genre de principe, les sociétés de publicité pourraient demander un copyright envers le public qui lit un slogan vantant un produit. Cela devient du n'importe quoi !!! D'autant que pour certains morceaux de musique, il est bon d'avoir une trace écrite de ce qui est dit tellement le vocal est quelque fois difficile à comprendre. Particuliairement quand il s'agit de paroles anglophones. Je manipule un peu l'anglais, mais de là à tout comprendre à l'audition, je n'y suis pas encore.

Pourquoi ses sites restent-ils en France ' S'ils sont hébergés dans un autre pays, la loi française (ou la recommandation européenne ') serait-elle toujours d'application '
Le #31463
L'hébergement à l'étranger pourrait résoudre le problème, mais encore faudrait-il que le webmaster reste anonyme. Or (d'une part) si la Coccinelle du Net, par exemple, change d'hébergeur, le webmaster est toujours connu et continuera à être poursuivi, et (d'autre part) cela ne ferait que déplacer le problème.
Le #31489
tu dis que le webmestre sera tjrs connu oui mais quel droit s'applique ' celui du pays du webmestre ou celui où le site est hébergé '
il pourrait se faire heberger en Chine (pas de droits d'auteurs) et faire un gros doigt à ces connards de Majors.

ça ce serait Fun
Le #31614
je suis officiellement détendeur d'un nom de domaine aux USA et une partie du volume www que je présente y est hébergé aussi.
C'est envers les lois américaines que je suis redevable et non les lois belges (là où je vis). Et je t'assure que j'ai dû m'y engager formellement. Bon à savoir.

Là où cela devient marrant, c'est quand une société proposant de l'hergement internet est située dans un pays et que ses serveurs sont implantés dans un autre. Exemple : le groupe Lycos (ex Multimania.fr) est une société française et le serveur sur lequel j'ai quelques MB est en Suède. A nouveau avec nom de domaine enregistré. Hi hi hi.
Si un avocat orienté internet lit ce message, pourrait-il me dire envers quelles lois je dois m'orienter ' Uniquement pour ma curiosité. Merci.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]