Ubuntu veut-il devenir le prochain Microsoft '

Le par  |  37 commentaire(s)
Ubuntu people

Lors de la conférence EuroOSCON, la semaine passée, le fondateur d'Ubuntu, Mark Shuttleworth, a déclaré qu'il entendait faire de sa distribution Linux bien plus qu'un simple système d'exploitation open-source parmi tant d'autres.

Lors de la conférence EuroOSCON, la semaine passée, le fondateur d'Ubuntu, Mark Shuttleworth, a déclaré qu'il entendait faire de sa distribution Linux bien plus qu'un simple système d'exploitation open-source parmi tant d'autres. Il veut non seulement apporter le contenant (dans ce cas, le système d'exploitation), mais aussi le contenu (logiciel). Voilà une optique qui rappelle étrangement celle adoptée par une petite firme de la banlieue de Seattle...

Micro-Buntu...'
Ubuntu peopleMark Shuttleworth a-t-il les yeux plus gros que le ventre, lorsqu'il prédit à Ubuntu, son bébé, un avenir de grand pourvoyeur de contenu logiciel pour la communauté Linux ' On pourrait le penser, mais notre homme, bien qu'il ait déjà voyagé dans les étoiles, a tout de même les pieds bien ancrés par terre. Il commence par expliquer combien il trouve dangereux le modèle actuel, tel que mis en place par Microsoft : pour installer un logiciel sous Windows, il suffit généralement de double-cliquer sur l'icône représentant un fichier exécutable (extension en ".exe") ou une archive compressée, et de suivre quelques étapes simples, avant de pouvoir utiliser ledit logiciel. Microsoft, conscient que le système est loin d'être parfait, a tout de même tenté de rectifier le tir avec ses installeurs MSI (pour Microsoft Installer), mais on est à des années-lumière des images-disques choisies par Apple pour installer des applications sur ses Macintosh. Ces dernières sont en effet bien plus faciles à désinstaller que les programmes sous Windows, et laissent en général beaucoup moins de traces ensuite...

Grands desseins
Lors de son exposé, Mark Shuttleworth est ensuite passé à la vitesse supérieure, en imaginant un système qui ne nécessiterait plus de recherche de la part de l'utilisateur pour installer des logiciels-tiers, dans la mesure où ils seraient déjà présents dans le système d'exploitation. Selon Shuttleworth, une distribution Ubuntu devrait inclure tous les logiciels qu'un utilisateur est susceptible de désirer, ce qui revient à dire que la personne assise derrière le clavier (et devant l'écran, si elle a un brin de jugeote) deviendrait un passager de sa propre machine. D'après son fondateur, tout utilisateur d'Ubuntu devrait accéder à un catalogue de logiciels compatibles directement sur le serveur de l'éditeur, sans aller faire ses emplettes ailleurs. D'autres éditeurs procèdent déjà de cette manière, à l'image de PCBSD, mais ils ne jouissent pas, hélas pour eux, de la même audience qu'Ubuntu.

Rêves de domination '
Il serait d'autant plus dommage que ce dernier nous la joue "maître du monde" qu'il a largement contribué à rendre Linux attrayant pour le commun des mortels, à savoir celles et ceux qui ne savent pas exactement ce qui se passe dans leur PC lorsqu'ils cliquent sur une icône ou sur un lien, et ils sont nombreux... Imaginer une sorte de catalogue de programmes dûment enregistrés et testés pour leur compatibilité avec Ubuntu ne tiendrait pas de la science-fiction, d'autant que l'intégration de ces programmes ne devrait, en toute logique, poser aucun problème. Il n'empêche, où passe le libre-arbitre du consommateur, en pareil cas '

On en revient à ce vieux cercle "vicieux" (à Redmond, on le qualifie plutôt de vertueux...) selon lequel on choisit Windows parce que le ou les logiciels que l'on va devoir utiliser ont été conçus pour ce système d'exploitation. C'est de moins en moins vrai, et chaque plate-forme "alternative" gagne régulièrement ses propres dérivés des applications les plus courues, mais dans le secteur professionnel, il existe encore des incompatibilités insolubles, qui imposent de recourir à Windows. La querelle des anciens et des modernes (ne me demandez pas qui est qui !) à propos de l'intérêt, voire du caractère judicieux, de l'utilisation de logiciels propriétaires sur des systèmes open-source n'a pas encore choisi de s'éteindre, mais une chose est sûre : à vouloir trop réfléchir à la place des gens, on finit par croire que l'on sait comment ils pensent ; et en général, on se trompe... Le philosophe français Joseph Joubert a un jour écrit : "Nous pouvons convaincre les autres grâce à nos arguments, mais nous ne les persuaderons qu'à travers les leurs." A méditer.

Simple... sur le papier
Pour autant, les intentions d'Ubuntu sont louables, en ce sens qu'elles entendent simplifier la vie de l'utilisateur, ce qui finira par se savoir, et attirera davantage de "clients" vers cette plate-forme un peu mystérieuse qu'est Linux. De nos jours, il faut avoir quelques connaissances en informatique pour installer le plus petit des programmes sur Linux : pour un simple plug-in du FlashPlayer d'Adobe-Macromedia, il faut passer par plusieurs étapes, alors que sous Windows, en deux clics, c'est fait, sans même fermer le navigateur (le plus souvent un membre de la famille Mozilla) auquel il est destiné. S'inspirer de cette facilité n'est certainement pas répréhensible, mais il faudra trouver un moyen d'éviter les travers dans lesquels Microsoft se débat depuis maintenant deux décennies. Loin de résoudre les problèmes, un catalogue imposé d'applications ne ferait qu'éloigner ceux qui recherchent précisément dans l'open-source en général, et dans Linux en particulier, un peu plus de liberté de manoeuvre. En revanche, simplifier les processus d'installation de nouveaux logiciels pourrait mettre tout le monde d'accord. Les anciens comme les modernes...

Au préalable, il faudra que les développeurs eux-même s'entendent sur la meilleure (s'il en existe une) manière d'empaqueter un logiciel. La querelle entre tenants du RPM (Red Hat Package Manager), défenseurs du dpkg (Debian/Linux Package Manager) et ardents protecteurs de telle ou telle autre méthode d'installation de logiciels n'est pas près de s'éteindre, elle non plus, mais elle parviendrait presque à faire oublier que la ventilation des fichiers programmes dans Linux est par essence très diversifiée. Certains iront dans des répertoires système, d'autres seront directement rattachés à la partie de l'arborescence de l'utilisateur, etc.. Du coup, les chemins d'installation sont parfois difficiles à appréhender pour l'utilisateur lambda, alors qu'il s'agit précisément de ce qu'il apprécie le plus sous Windows : on ne lui demande rien. Peut-être que finalement, la méthode choisie par Apple pour MacOS X est le meilleur compromis, mais il faudrait d'abord que les éditeurs s'entendent un peu entre eux, et uniformisent leurs formats respectifs. Resterait à résoudre la question des mises à jour, le plus souvent liées à la sécurité, ces temps-ci. Et à faire disparaître les incompatibilités qui subsistent encore entre les différentes distributions Linux, voire, parfois, entre deux variantes de la même distribution.

Le succès, et l'essor, de Linux dans les dix prochaines années pourrait bien dépendre de sa capacité collective à se souvenir que dans chaque utilisateur ne sommeille pas un spécialiste en informatique, et que ne rien connaître à l'automobile n'a jamais empêché personne de conduire. Bien sûr, en cas de panne, c'est une autre affaire...

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 4

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #134470
Sujet épineux et complexe à la fois ( et sujet à Troll ' )

Personnellement, je trouve que c'est déjà simple pour installer sous un programme sous Ubuntu . Ca peut paraître louable et alléchant de vouloir encore plus simplifier la vie des users mais à trop vouloir simplifier je me demande si on ne tombe dans l'excès inverse : à savoir la facilité ....

Sous Windows , c'est tellement facile ( je ne dis pas simple volontairement) d'installer un programme, que le commun des mortels installent tout et n'importe quoi ( les gens n'ont que faire des éventuels avertissements de sécurité )

Beaucoup choisisse des système Gnu/Linux pour leur fiabilité, leur stabilité et leur sécurité alors faudrait pas que ça devienne des usines à emmerdes comme windows
Le #134473
Et puis il y a bien sur également le problème de la possibilité que ca donne de "favoriser" certains programmes au détriment d'un autre.
Le #134477
Heu bon s'il y a un truc facile c'est bien d'installer un programme sous ubuntu. Une petit recherche sous synaptic une sélection puis cliquer sur l'icône qui va bien. (même pas besoin d'aller le chercher sur le Net, ça se fait tout seul)

Si en plus le programme n'est pas dans la liste on peut essayer d'installer le paquet debian généralement ça marche.
Le #134478
Depuis quant il faut passer par plusieusr étapes sous ubuntu pour installer flashplayer'
Installer un programme en archive .deb est aussi voir plus facile que sous windows et en double cliquant dessus. Comparé à windows on à pas tout ces bouttons "suivant".
Maintenant j'aimerais savoir ce qu'il compte intégrer en plus de tout ce qui est déjà installé (ooo, evolution, ect...)
Une installation de base est faite pour de la bureautique/internet.
Non le truc le plus sympa c'est le dépots commercial où toutes les entreprises intéréssée viennnent y proposer leur logiciels. Ca va encore facilité l'installation des softs proprio.
Quant aux chemins d'install il me semble qu'un projet de standardisation existe.
Sinon: il ne faut pas croire que windows est l'absolue obligation pour des soft d'entreprises. J'ai taffé dans une boîte ou il falait des unix pour les mesures car windows gère pas les grand nombres
Le #134479
joli article, joliment écrit et tourné.
Le #134480
le format des paquetages est déjà standardisé, c'est le rpm.
http://refspecs.freestandards.org/LSB_3.1.0/LSB-Core-generic/LSB-Core-generic/swinstall.html

le débat du format est clos depuis longtemps !
Le #134481
@panurge
tu voulais dire les deb bien entendu. Ton erreur est pardonnée.
Le #134483
lis donc au lieu au lieu d'écrire des conneries

En ce qui concerne la structure des programmes, c'est là aussi standardisé avec la FHS.
http://www.pathname.com/fhs/pub/fhs-2.3.html

Je sais pas si c'est une erreur de traduction ou si MS a fondu un plomb et rêve de devenir le maître du monde en racontant des conneries !
Le #134494
Je pense le probleme est vraiment plus compliqué que ca.Car je travaille tlj avec des debutants de l'informatique.

Souvent les gens ce pose meme pas la question comment ca marche,car il considere l'ordinateur comme une tele.Il sont pas envie de chercher comment ca marche ou pas.

Je pense il faudrais trouver un systeme ultrasimple pour les debutants ou confirmé,qui permet d'installer ou suprimer un logiciel.Quelle que soit le logiciel(libre,payent)
Mais tout ce logiciels devrais jamais modifier le bon fonctinement du systeme et laisser des traces apres une suppression.

Les systeme de Ubuntu est deja pas mal,mais pas encore si claire que Windows.Bcp des gens critique souvent Microsoft parcque il tien le monopole,mais leur systeme est assez facile a comprendre pour un debutant..
Mais il resta aussi du chemin a faire.Car selon moi il faudrais faire un systeme comme dans windows pour desinstaller un logiciel et comme dans ubuntu pour les installer.Si le programme est payent il faudrais juste activer une service de payment integré.
Mais combien des gens c sent perdu avec des logiciels pour les installer dans ubuntu.Car deja pour arriver dans les paquetage il faut avoire un mode d'emploi.Ensuite la discription et souven trop bref et en c jamais si en a pas oblier un paquet avec.
Selon moi il faudrais juste un bouton pour installer a cote le lom du logiciel et un bouton pour le suprimer,mais avec une discription detaillé et en francais ou la langue du systeme.Quand je veux desinstaller un logiciel je voudrais aussi il reste pas des traces et il met mon systeme comme avant l'installation.Mais tout ca ca doit tout simplement invisible par un user debutant.
Le #134497
Concernant la simplification de la gestion des paquetages, il est clair qu'il est possible de faire encore mieux sous Linux, plus simple, plus transparent.

Mais Quand tu supprimes un paquetage sous Linux, il ne reste rien dans ton système !!! ... enfin presque car il te reste toujours les fichiers de conf personnel situés dans ton /home en répertoire caché. Mais tout les fichiers système sont effacés.
Donc je comprends pas pourquoi MS veux faire mieux ! hormis proposer de supprimer le répertoire caché dans le /home bien sur.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]