UFC Que Choisir : les éditeurs réagissent

Le par  |  6 commentaire(s) Source : Challenge.fr
UFC Que Choisir

Ils n'ont pas tardé à réagir après la plainte déposée par l'UFC. Les éditeurs répondent à l'association et se défendent, forcément, des accusations proférées.

UFC Que ChoisirOn peut dire que l'UFC a mis le doigt sur un sujet épineux. Hier, l'enquête menée par l'association de consommateurs concernant les pratiques des acteurs du monde des jeux vidéo a fait le tour des médias. Pour rappel, l'UFC a porté plainte contre certains éditeurs et distributeurs, les accusant de livrer des jeux bourrés de bugs, de privilégier les DLC payants, de vendre aux joueurs des démos plutôt que des jeux complets et d'imposer aux joueurs des DRM ou encore des Pass Online pour accéder à leur contenu.

La réaction du SELL, le Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs, ne s'est pas faite attendre, et c'est par la voix de son président, James Rebours (aussi à la tête de Sega France) que ces derniers se sont défendus de telles pratiques. C'est à Challenge.fr que l'homme a livré le point de vue des éditeurs.

Outre la méthodologie employée par l'UFC pour réaliser son enquête qui visiblement ne montre pas vraiment un vrai panel de joueurs, James Rebours s'insurge devant les accusations. Nous vous livrons ci-dessous quelques morceaux choisis :

Les éditeurs font un gros travail pour gérer les bugs. Il n'y en a pas plus qu'avant. S'ils s'étaient amplifiés, la sanction aurait été immédiate. Vous savez, nous sommes dans un monde de passionnés où les éditeurs ont une relation très forte avec les joueurs pour optimiser au mieux les produits avant de les commercialiser. Les éditeurs ne peuvent se permettre de délivrer un jeu qui déçoit. C'est pourquoi ils multiplient notamment les tests en version beta.

Concernant la durée des jeux, tout est relatif. Un gamer mettra sans doute beaucoup moins de temps à aller au bout de l'aventure qu'un novice. Cette critique relève davantage du ressenti que du factuel.

Vous pouvez retrouver l'intégralité de l'entrevue à cette adresse. Et juger aussi de la plus ou moins bonne fois du SELL. Vous avez dit langue de bois ? On souhaiterait que l'UFC persévère et réalise une enquête cette fois un peu plus poussée. 560 joueurs en France, c'est effectivement peu pour déclarer les dysfonctionnements d'un marché...

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #867501
"les éditeurs ont une relation très forte avec les joueurs pour optimiser au mieux les produits avant de les commercialiser"

Alors celle là il fallait oser la sortir .
Le #867521
Pour la durée, si on regarde les tests de JV.com sur les jeux d'avant, si le solo n'avait pas au moins 20h de jeu, il avait une mauvaise note.
Maintenant si c'est 8h c'est acceptable
Le #867561
Euh SEGA c'est bien cet éditeur qui a commercialisé cette bouse immonde qu'était empire total war (à sa sortie tout du moins) et à qui il a fallu 3 mois pour être enfin jouable sans retour bureau toutes les 3 secondes notamment, sans parler du fait qu'il fallait pas loin de 2 mn entre chaque tour, sur ma config de brute de l'époque, vu que le jeu avait été optimisé à la roquette RPG par une bande de talibans de passage dans les locaux de The Creative Assembly).

Petit rappel pour tous ceux qui ont oublié et surtout le sieur rebours (sega c'est plus fort que toi, ou pas ! ) http://www.pcgameshardware.com/aid,688085/Empire-Total-War-Patch-almost-doubles-performance/Practice

Bref comme d'habitude quand ca commence à sentir le roussi l'industrie du jeu vidéo nous sort son bullshit habituel, rien de surprenant donc et on verra si le tribunal est du même avis que ce clown qui prend clairement les gens pour des jambons.

Par contre vous noterez au passage que le gus ne pipe pas un mot sur les pass online et la volonté assumée de l'industrie du jv de porter atteinte au marché de l'occasion et donc au consommateur.
Le #867701
Allez, je reformule pour ceux qui parlent pas le language WTFBBQ - langue de bois :

"Les éditeurs font un gros travail pour gérer les bugs APRES AVOIR SORTI LE JEU. Il n'y en a pas plus qu'avant. S'ils s'étaient amplifiés, la sanction aurait été immédiate SI LA PLUPART DES CONSOMMATEURS N'ETAIENT PAS DES MOUTONS. Vous savez, nous sommes dans un monde de passionnés où les éditeurs ont une relation très forte avec les joueurs pour COMMERCIALISER au mieux les produits avant de les OPTIMISER. Les éditeurs PEUVENT CLAIREMENT se permettre de délivrer un jeu qui déçoit GRACE AUX "JOUEURS" QUI ACHETENT EN FONCTION DU BUDGET PUB. C'est pourquoi ils multiplient notamment les tests en version beta POUR VENDRE LE JEU SUIVANT.

Concernant la durée des jeux, tout est relatif MAIS C'EST QUAND MEME UNE EVIDENCE QU'ILS SONT PLUS COURT. Un gamer mettra sans doute beaucoup moins de temps à aller au bout de l'aventure qu'un novice SURTOUT QU'ON VIDE LES JEUX DE LEURS CONTENUS POUR LES REVENDRE APRES LA SORTIE EN DLC. Cette critique relève davantage du ressenti que du factuel SAUF DANS 90% DES CAS OU CA S'AVERE JUSTIFIE"

Voilà, de rien !

Le #867821
Alors moi je veux juste sortir 3 exemples :

+Un épisode de Sonic qui ne savait pas reconnaitre son propre CD. Même la presse spécialisée avait du avoir recours à un crack nocd pour pouvoir fournir un test.

+GTA 4 : Outre les problèmes d'anti hack foireux (que les pirates savaient mieux faire passer que les joueurs honnêtes, comme toujours), le titre était un bête portage truffé de bug, qui après aveux de rockstar ne s'était exécuté correctement que sur 33% des configs testées avant release.
+ Et dernièrement batman arkham city qui n'est compatible qu'avec direct x 9.0C, un runtime qui a été sorti il y a 10 ans maintenant.

Alors oui, les joueurs pc sont des vaches à lait, du portefeuille facile. Les développeurs ne sont plus des passionnés mais des commerciaux.

Il n'y a pas que le jeu vidéo qui en souffre, tout les domaines sont concernés. On préfère la quantité et le réflexe commercial que le service rendu. Puisque de toute façon, le nombre de client arnaqué rattrapera le manque à gagner.

C'est triste mais c'est notre réalité. Carpe Diem !
Le #867851
Pas d'inquiétude, cette société de consommation touche à sa fin, bien que ce sera douloureux pour tout le monde, mais comme on dit, c'est un mal pour un bien.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]