Forfaits " illimités " : 10 opérateurs visés par l'UFC Que Choisir

Le par  |  3 commentaire(s)
UFC Que Choisir

Constatant les abus des opérateurs et les imprécisions des contrats de leurs offres, l'UFC que Choisir, après un appel à plus de clarté, passe à l'offensive en attaquant dix opérateurs.

Fin 2011, le Conseil National de la Concurrence émettait une recommandation quant à l'utilisation du terme " illimité " dans les offres des opérateurs télécoms, avec pour but de limiter les abus de cette dénomination très largement utilisée pour vanter les mérites des forfaits tout en jouant sur les mots ( l' "illimité " souvent limité dans les petits caractères des contrats ).

L'association UFC-Que Choisir s'était félicité de la mesure tout en notant qu'elle n'avait pas de caractère contraignant, limitant fortement sa portée. En février 2012, elle appelait fermement les opérateurs à cesser son utilisation après avoir comparé le détail de leurs offres, et les mettant en demeure d'apporter plus généralement de la clarté dans leurs présentations.

UFC Que ChoisirFaisant un nouveau bilan, elle a constaté que la situation a peu évolué malgré les négociations et annonce qu'elle assigne 10 opérateurs ( B&You, Coriolis, Free Mobile, La Poste Mobile, Prixtel, SFR, Simplus, Sosh, Virgin Mobile, Zéro Forfait ) pour les imprecisions sur les limites mais aussi la présence d'abus autour de la facturation et l'application de pénalités.

Parmi les reproches, l'association note des limites d'usage trop souvent imprécises associées à des termes flous ( "mauvaise utilisation" ou "utilisation abusive" ) qui ne permettent pas au consommateur de se positionner par rapport à ces usages mais qui s'accompagnent de sanctions bien réelles.

Elle note aussi que les conditions générales de vente ne manquent pas de clauses qui exonèrent les opérateurs de leurs responsabilités, notamment quand il est question d'indemniser les consommateurs lésés.

L'UFC-Que Choisir dénonce d'ailleurs des abus sur les facturations intermédiaires exigées sans l'autorisation du consommateur et des clauses pénales disproportionnées, avec des pénalités automatiques en cas de retard de paiement qui peuvent se révéler de plusieurs fois le montant du forfait mensuel.

Du côté des pratiques illicites, le simlockage des téléphones sur les offres sans engagement reste une pratique courante chez les opérateurs. L'association affirme que les contrats manquent toujours de clarté, d'où l'assignation de dix d'entre eux.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #974981
pourvue que cela apporte quelque chose. un vrai illimité et pas un faut illimité.
Le #975021
ça fait des années et des années qu'ils nous la jouent cette douce musique.
ils ne peuvent manifestement rien faire à partir les montrer du doigt.
Le #975101
c'est clair que des intitulés du genre " ILLIMITÉ dans le cadre d'un utilisation normal " c'est vachement clair.

pour le coup y'a une chose qui elle est vraiment illimité , c'est le foutage de gueule.

quand à l'intitulé précité , c'était présent dans les conditions général d’acceptation des premier forfait mobile FREE.

ce n'est pas propre à FREE , ils font tous la même chose où à peut prêt .

les conditions général , c'est comme les lois, la bible ,le coran ou la tora , tout dépend de qui les interprètes pour que ça débouche sur des emmerdes





Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]