Google : comprendre la société

Le par Nicolas Rz.  |  6 commentaire(s)
Article n° 143 - Google : comprendre la société (120*120)

Larry Page et Sergey Brin peuvent être fiers d'eux. Les fondateurs de Google ont réussi en 8 ans à faire de ce moteur de recherche le leader mondial dans sa catégorie. Et emportés dans leur élan de succès (et surtout de cash disponible), les voilà partis dans une formidable création de services.

Introduction

Larry Page et Sergey Brin peuvent être fiers d'eux. Les fondateurs de Google ont réussi en 8 ans à faire de ce moteur de recherche le leader mondial dans sa catégorie. Et emportés dans leur élan de succès (et surtout de cash disponible), les voilà partis dans une formidable création de services.


Google Team

De gauche à droite : Larry Page, Eric Schmidt (patron opérationnel) et Sergey Brin


Google vient de " Googol " soit le chiffre 1 suivi de 100 zéros. Ce terme a été inventé par Milton Sirotta, neveu du mathématicien Edward Kasner. Les deux fondateurs de Google ont choisi ce nom car ils avaient pour idée de classer l'immense quantité d'informations présentes sur Internet.

Image

Le premier logo de Google


Nous étudierons tout d'abord les débuts de Google et son coeur de métier : la recherche. Puis nous verrons ce que concrètement Google cherche à faire avec ses services que certains estiment éparpillés. Enfin, nous analyserons la concurrence face à cette super start-up et sa réaction à ce phénomène.


Image

Le GooglePlex, quartier général de la firme

../..



La création

Google est né en fin d'année 1998 de l'oeuvre de deux informaticiens, Larry Page et Sergey Brin, alors étudiants de l'université de Stanford. Nous sommes en plein dans la bulle Internet et Larry invente un algorithme révolutionnaire pour la recherche Internet : au lieu de classer les sites par leur popularité " commerciale ", il les classe selon le nombre de liens qui renvoie vers eux : ainsi, il est évident que leur contenu est intéressant, puisqu'ils sont linkés. Cette technique inédite (reprise depuis) est nommée le " PageRank ". La seconde idée des deux génies a été d'indexer rapidement un nombre impressionnant de pages, afin de proposer un contenu pertinent.

Il faut savoir qu'à l'époque, les moteurs de recherche n'avaient aucun mal à indexer un nombre conséquent de pages, mais que les résultats qu'ils affichaient étaient souvent peu pertinents. Il fallait alors tâtonner pour trouver ce que l'on cherche. Une recherche sur " chef d'état " ramenait souvent en première position vers une page d'un chef cuisiner par exemple ! Le PageRank a donc enfin rendu la recherche facile et accessible à tous : seule une minorité de personnes utilise encore les opérateurs booléens (ET, OU, NON) aujourd'hui.

Parlons un peu du fonctionnement du PageRank. En fait, dès que le GoogleBot, le robot indexeur de Google, arrive sur une page web, il analyse le code source et surtout les liens présents. A partir de là, il construit une carte du Web et voit les pages qui sont liées entre elles. Les pages qui sont très linkées sont donc mieux notées que les autres ( le GoogleBot note de 1 à 10 ). La vue d'ensemble permet donc de créer une très bonne pertinence.


Serveurs Google Serveurs Google

Serveurs Google

Le premier serveur Google, en Lego !


Google
commence donc sa petite aventure dans un garage, composé de quelques serveurs. Il indexe alors à l'époque 25 millions de pages ( contre 8 milliards aujourd'hui ) et base sa communication exclusivement sur le bouche-à-oreille. Au tout début de l'aventure, Google gagne surtout de l'argent grâce à la vente des licences d'utilisation de son moteur, notamment pour les portails de Netscape, AOL ou encore Yahoo!. Malgré l'éclatement de la bulle, Google a su se relever ( ou plutôt réussi à ne pas sombrer ).

En effet, en 2001, les deux fondateurs sont conscients de leurs limites en gestion d'entreprise, et nomment alors un patron opérationnel, Eric Schmidt. Ce dernier est d'ailleurs toujours à la tête de l'entreprise, évaluée à 100 milliards de dollars. Le second point qui a permis à la société de ne pas sombrer au début des années 2000 est que, simplement, elle n'était cotée nulle part. En effet, il faut attendre 2004 pour que Google introduise une partie de son capital en bourse de Wall Street avec l'euphorie que l'on connaît.

Un peu avant l'arrivée de Schmidt, un tournant arrive dans la vie de Google : les AdWords. Là encore, les fondateurs se dépassent en créant un algorithme permettant d'afficher des publicités en fonction des mots-clés tapés. Les sociétés doivent donc acheter ces derniers, et paient également au clic. A partir de là, le chiffre d'affaires ( et le bénéfice ) de Google explose, et fait que ce dernier dépend à 99% de la publicité !

../..



Un utilisateur modèle

Pour beaucoup, Google fait figure de Big Brother, battant même dans leur coeur " l'ignoble " Microsoft ( remarquez l'ironie ). En effet, depuis 2 ans, Google sort quasiment un nouveau service par mois ; on peut désormais chaque matin relever son mail sur sa boite GMail, y lire les informations condensées par Google News, puis, à la vue d'un nouveau produit qui nous intéresse, aller voir les prix sur le comparateur Froogle.


Froogle Google News

Froogle                                                 Google News


Ca y est, on l'a reçu, allons poster nos impressions sur Blogger sans oublier d'héberger les vidéos le présentant dans Google Video. Hum, vous préférez en faire une page Web car les blogs vous donnent des boutons ' Parfait, Google Web Creator est là pour ça. Et si vous désirez une sortie papier, allez plutôt l'écrire sur Writely!, le traitement de texte online de la firme, pour pouvoir le consulter de n'importe où.


Google Video Writely

Google Video                                             Writely  


Oops, votre nouveau jouet Geek est tombé en panne. Pas grave, on recherche le centre de S.A.V. le plus proche via Google Maps ( ou Google Earth pour les plus audacieux ), on commande un taxi et on connaît même son délai d'attente grâce à Google Ride Finder, et, fin du fin, on en télécharge la carte sur son téléphone portable grâce à Google Local For Mobile.


Google Earth

Google Earth


Finalement, votre appareil est réparé mais vous en êtes lassés ' Grâce à Google Base, posez une petite annonce pour le vendre, et voilà.

Beaucoup de ces services ne sont pas encore disponibles en France mais ils sont déjà tous disponibles aux Etats-Unis, ce qui donne des sueurs froides à nombre de sociétés, qui, jusque là, n'avaient rien à craindre d'un moteur de recherche. eBay n'aime pas vraiment Froogle et Google Base.

Yahoo! positionné de plus en plus vers la vidéo et les médias en général voit d'un mauvais oeil Google Video, Amazon regarde du blanc de l'oeil le service Google Book Search (anciènnement Google Print), qui vendra prochainement des ouvrages complets et Microsoft a peur que cette " déportation " de contenus vers Internet marginalise à terme l'informatique actuel, surtout si des produits comme " Writely! " menace la manne Word ( et plus spécialement Microsoft Office ) et surtout, à terme, reposent la question des Network Computers.

../..



Le retour des Network Computers '

Car c'est bien la vision de Google. Battre Microsoft en le rendant marginal. En effet, Google comprend bien que battre Microsoft a son propre jeu ( proposer un meilleur système d'exploitation et surtout convaincre le monde de l'adopter ) est difficile. Beaucoup s'y sont essayés, mais personne n'a mis en cause son leadership.

Même si Microsoft a reculé en parts de marché durant ces 10 dernières années, c'est de très peu en fin de compte et c'est surtout dû au fait que la concurrence exploite et propose des services négligés par Microsoft ( Linux en concert avec Apache a gagné des parts principalement en se basant sur l'hébergement de masse ). De plus, le volume des ventes d'ordinateurs a tellement augmenté dans le même temps que cette perte de points ne s'est même pas répercutée sur les résultats du géant de Redmond.

Google tente de refaire ce qu'a tenté Netscape à la fin des années 1990 mais la stratégie est là un peu différente.


Image


Netscape avait en effet une stratégie claire : faire en sorte que son navigateur soit la porte d'entrée à tous les services que l'utilisateur désire, qu'ils soient bureautiques ou d' Internet. Microsoft Windows ne devenait alors qu'un simple "launcher" et, une fois celui-ci à ce rôle, Netscape n'aurait eu qu'à lancer un navigateur Internet qui bootait directement avec l'ordinateur. Microsoft était battu.

Ce principe a également été présenté par Sun Microsystems au milieu des années 1990.

Sun Microsystems

Sun voulait baisser le prix des ordinateurs et avait donc créé les " Network Computers " (NC). Par opposition aux PC, les NC n'avaient pas de disque dur, un faible processeur mais tous avaient un modem. Au démarrage, l'ordinateur chargeait un OS allégé ( en Java ) de sa ROM et les services de l'utilisateur ( fond d'écran, icônes du bureau, application, fichiers) venaient de l'Internet.

Cela permettait de proposer un NC à un très bas prix, un abonnement mensuel, des données stockées sur des serveurs distants et une facilité d'administration indéniable ( l'OS, comme les applications, se mettaient à jour de manière transparente ).


Network Computer


Hélas, les temps de réponse de l'époque ( nous étions encore en 56k, voire même en 33.6k !) associés au fait que les entreprises n'étaient pas prêtes à placer leurs données sensibles sur des serveurs distants ont eu raison du concept NC. Cependant, ce concept est bien là, et notamment chez Google, quand vous écrivez sous le traitement de texte Writely! par exemple.

../..



La stratégie de Google

L'idée de Google est un peu la même mais la start-up s'y emploie différemment. En effet, la principale erreur de Netscape était de se baser uniquement sur le navigateur. Il a suffit à Microsoft de créer un navigateur, Internet Explorer, et de l'intégrer à Windows pour rendre son plan totalement caduque. Qui plus est, Netscape vendait son navigateur, ce qui ne lui a pas permis de se déployer en masse. Pour Microsoft, rendre son navigateur gratuit lui a coûté certes cher, mais moins que s'il avait laissé Netscape prendre ce pan de marché.


Image


Google base donc sa stratégie sur un impressionnant nombre de services, services qui sont quasiment tous gratuits. Plusieurs explications à cela :

  • Google dispose d'un cash conséquent. Cela permet à Google de tester différents marchés et de tâtonner sur ses futurs services.
  • Cela permet également d'élaborer de multiples stratégies, de faire ainsi paniquer ces concurrents qui doivent suivre ( Google est bien plus flexible que Microsoft ) et cela permet également à la société de pouvoir changer ces dernières si un échec se profilait. On évite ainsi le syndrome de Netscape.

L'erreur de Sun, quant à elle, était de vouloir convertir trop vite les sociétés ; nous savons tous que ce sont les dernières à migrer, il aurait donc fallu s'intéresser aux grand public. La seconde erreur était que le projet était trop précurseur, nul doute qu'il aurait été mieux accueilli en 2006 qu'en 1996.


Keynote 


Google vise donc d'abord le grand public ( ou en rendant des produits professionnels disponibles au grand public, comme Google Analytics ) et ne convertit pas ce dernier de manière brusque mais dans la continuité. La façon la plus naturelle de faire passer une personne d'un produit à un autre est de lui proposer moins cher, compatible avec la concurrence, et surtout avec une valeur ajoutée. Là aussi, Writely ! peut se positionner en challenger.

../..



Des points faibles '

En fait, en faisant une analyse rapide, Google n'a que deux talons d'Achille, que ses concurrents devraient exploiter.


La publicité
: Google base 99% de son chiffre d'affaires là-dessus. Or, on sait tous que la publicité suit la conjoncture. Pour le moment, elle explose sur Internet mais " les arbres ne montent pas au ciel ", elle est très fluctuante. Google prend les devants en vendant également de la publicité presse et bientôt radio/TV ( il rachète les espaces invendus et les revend aux enchères sur Internet ) mais toute sa stratégie de gratuité repose là-dessus. On a vu avec GMail que ce système avait ces limites - les gens n'apprécient pas vraiment qu'un robot lise leurs e-mails pour proposer une publicité en adéquation car il incarne le Big Brother.

De plus, il suffit que Google subisse un scandale concernant sa politique ou ses méthodes pour que les annonceurs le fuient. Enfin, son premier annonceur est eBay, qui investit 200 millions d'euros par an en publicité dans Google, suivi d' Amazon, deux sociétés qui sont menacées par Google via Google Base et Google Print. Fermer les robinets équivaudrait à Google de perdre environ 350 millions de chiffre d'affaires annuel, et autant sur les actions ! On voit donc bien que la méthode de Google pour gagner des marchés et de l'argent fait naître des conflits d'intérêts qui pourraient lui porter préjudice.

Chiffres d'affaires en milliards de dollars

Car le second problème est là : Google s'éparpille sur un nombre considérable de nouveaux marchés : outre le fait que la société dispose de peu d'expérience dans nombre d'entre eux ( mais des rachats peuvent combler ces lacunes ), cela menace une rentabilité plus qu'aléatoire; même si la comparaison peut paraître bizarre pour certains, il suffit de voir comment des constructeurs généralistes comme ceux de l'électronique grand public se sont recentrés sur leurs marchés de niche pour recommencer à gagner de l'argent.

On peut citer Thomson qui emploie cette stratégie avec succès, et, à l'inverse, Sony qui, sans sa Playstation, a perdu de l'argent pendant des années à cause de ses filiales. Or, la société dispose de perles comme cette console mais surtout sa gamme d'écrans Bravia. Bref, se disperser ne dure qu'un temps, et cela est donc à prendre en compte.


La galaxie Google

../..



La situation actuelle

Actuellement, et malgré les points faibles que nous venons de citer, la situation de Google est très enviable. En effet, depuis sa création, son chiffre d'affaires double presque chaque année. De 1.5 milliard en 2003, il est d'environ 10 milliards aujourd'hui et Google prévoit à terme un chiffre d'affaires de 100 milliards de dollars ! Les boursicoteurs ne s'y sont pas trompés : la capitalisation de Google en bourse est de 100 milliards de dollars, à un peu plus de 400 dollars l'action. Rappelons qu'elle a été introduite en août 2004 à 85 dollars.


Evolution du cours de l'action Google (en dollars)


En terme de part de marché, Google prévoit également, à court terme, d'arriver à 70%. pour le moment, en moyenne mondiale, la société tourne autour de 40%. Il y a des exceptions, comme la France, où Google domine 71% du marché de la recherche :


Parts de marché du secteur en France


Mais aux Etats-Unis, par exemple, Google tient un peu moins de 50% du marché contre 22% pour Yahoo! et 11% pour MSN.  Là aussi, la concurrence pédale et perd peu à peu du terrain.


Parts de marché du secteur aux USA


En terme de Recherche et Développement ( R&D ) enfin, Google, là aussi, a plusieurs longueurs d'avance : la société débauche les meilleurs ingénieurs des autres sociétés ( rappelez-vous les déboires de Microsoft, et la fureur de Steve Ballmer faisant valdinguer une chaise à travers son bureau en apprenant la démission - pour Google - d'un de ses meilleurs ingénieurs ) et entretient un secret permanent sur son infrastructure; on estime que la puissance de calcul de Google est supérieure à celle de la NASA mais on ne connaît pas précisément la puissance de ces serveurs ni même leur emplacement.

Ainsi, les dernières estimations font état de 200 000 serveurs alignant une capacité de stockage de 60*10^15 octets soit 60 petaoctets et une puissance de calcul de 600 téraflops !

Enfin, en terme de projets, Google est là aussi loin devant : avec un tel réseau, que Yahoo! et Microsoft ne rattraperont pas avant longtemps, Google peut imaginer des solutions incroyables : pour le moment en effet, Google rachète de la fibre optique à tour de bras et à très bas prix dans tous les Etats-Unis. De même, la société travaille sur des datacenters de 6 mètres sur 12 - au lieu d'hangars actuellement - dans le but de pouvoir les déplacer en camions et de les déployer sur toute la planète. L'objectif ' Créer un Internet alternatif, dopé à la fibre optique, et fonctionnant sous Google... On comprend à présent mieux la diversification de tous ces services.

Google dispose de 8 milliards de trésorerie pour créer cet Internet privé, d'un moteur de recherche performant en clé de voûte, de serveurs, de fibres optiques, et d'un marché publicitaire géant.

../..



Le futur

Il est fort probable que les évènements de ces derniers mois concernant Google ne soient que le début d'une formidable stratégie destinée à rassembler toutes ces diversifications pour battre tous les acteurs d'Internet d'un échec et mat fabuleux. Google place ses pions, et pour le moment, aucun obstacle n'est arrivé jusqu'au géant.

La bataille va donc commencer véritablement en 2007-2008 avec le retour sur les moteurs de recherche de Microsoft, les ripostes de plus en plus insistantes de Yahoo! ou Amazon et surtout la disponibilité de Windows Vista : on se souvient en effet que c'est Windows 98 qui avait mis un point final à l'aventure de Netscape. Le tout est de savoir si l'histoire va se répéter, ou si, comme Google le prévoit, il sera trop tard quand la cavalerie Vista arrivera.


Image


Pour le moment, la seconde hypothèse remporte tous les suffrages, les facteurs étant infiniment plus complexes qu'en 1998, entre un Microsoft pataugeant dans la mise au point de son OS ( Operating System ), la concurrence éclatée et des équipes dispersées face à un Google attaquant sur tous les fronts. Mais rien n'est encore joué au pays des technologies de l'information, car, comme Bill Gates l'a souligné dernièrement, un monopole sur un marché tel que celui-ci peut vite se dissiper.

Changer de moteur de recherche ne nécessite qu'un clic, alors que changer de système d'exploitation est autrement plus compliqué.

Dans tous les cas et quelle que soit l'issue de ces batailles, nul doute que le vainqueur devra faire face à nombre de critiques face au spectre du " Big Brother "...




Vous pouvez également consulter notre dossier sur les différentes fonctionnalités offertes par le moteur Google et notre article sur le client de messagerie GMail :



  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Ziaaa offline Hors ligne Héroïque avatar 626 points
Le #169751
très bon dossier
ça manquait d'anecdotes, et leur façon de travailler n'a pas été traitée, dommage. mais ça reste un bon dossier à lire
Santos offline Hors ligne Vétéran avatar 1034 points
Le #169752
Dossier très intéressant, merci !
kalhimura offline Hors ligne Héroïque avatar 657 points
Le #169753
Excellent travail!!! Bravo!!!
Jahmon offline Hors ligne Héroïque avatar 983 points
Le #169754
tres bon dossier, agreable a lire....

pour info :
"Changer de moteur de recherche ne nécessite qu'un clic, alors que changer de système d'exploitation est autrement plus compliqué."
En language technique on dit le "switching cost"
Shaffe offline Hors ligne Vétéran avatar 1254 points
Le #169755
Excellent dossier. Vraiment très intéressant. Personnellement j'apprécie Google et serait content qu'ils arrivent peu à peu à couler Microsoft même si il faudra des dizaine d'année. C'est d'ailleurs ça qui peut faire peur.

Le succés de Google peu très vite se renverser tandis que le déclin de microsoft va être très long étant donné qu'ils détiennent avec leur os le monopole matériel. Cela leur permet donc de battre Apple. Quand à Linux je suis sûr que si les personnes osaient se lancer dans la conversion vers le monde du libre beaucoup serait satisfait. Une distribution comme Suse serait un bon début pour une conversion. Car il faut le dire hormis pour les joueurs Windows n'a pas vraiment d'intérêt.

Google attaque donc sur le bon terrain, mais la lutte va être acharnée et à terme il n'y en aura qu'un (et j'ai bien peur que ce soit MS)
Mathchoustone offline Hors ligne Héroïque avatar 620 points
Le #169792
Excellent dossier vraiment très bien construit !
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire