Microtransactions et loot boxes : des jeux d'argent déguisés selon plusieurs gouvernements

Le par  |  2 commentaire(s)
Applications

Les jeux vidéo ont le vent en poupe sur mobile, mais les microtransactions associées posent de plus en plus de problèmes à certains gouvernements qui y voient finalement des jeux d'argent.

Argent et jeu vidéo ne font pas toujours bon ménage lorsqu'il s'agit de proposer des microtransactions. Aujourd'hui jouer à des jeux en ligne sur votre mobile n'a jamais été aussi facile, et pour cause : le modèle économique privilégié sur mobile est le freemium, des jeux gratuits financés par la pub et les microtransactions.

Applications

De plus en plus de jeux vidéo sont ainsi conçus comme des jeux de casino avec la mise en vente d'éléments cosmétiques ou plus régulièrement de "loot boxes". Il s'agit là d'acheter contre de l'argent réel une caisse ou autre élément dont le contenu est inconnu. L'utilisateur est souvent informé des éléments les plus intéressants qui peuvent être proposés dans ces caisses aléatoires, mais il n'a aucune assurance de les obtenir.

Ce système a déjà été pointé du doigt par Apple, qui impose désormais aux applications d'indiquer clairement quel est le pourcentage de chance d'obtenir chaque objet intégré à la table de loot. Car dans bien des cas, ces pochettes surprises sont décevantes et rarement payantes... sauf pour les éditeurs qui cumulent des fortunes auprès des joueurs ayant un penchant pour les achats compulsifs. Rien qu'en 2016, Blizzard a généré 3,6 milliards de dollars avec les microtransactions intégrées à ses jeux.

Certains gouvernements organisent donc une contre-offensive. La Chine a tout simplement décidé d'interdire les microtransactions aléatoires. En Australie, ces microtransactions sont considérées comme des jeux d'argent et une réglementation est actuellement en cours de création.

En France, comme en Belgique, le gouvernement étudie aussi la question de près. Il est question de savoir si le côté aléatoire peut constituer une forme de tromperie vis-a-vis de l'acheteur puis qu'aucun organisme n'est aujourd'hui habilité à contrôler les algorithmes qui génèrent les récompenses au coeur de ces loot boxes.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1997790
S'ils pouvaient aussi signer la mort des jeux pay to win comme GTA5 Online, le concept est génial sauf que seuls ceux qui sont riches et achètent des shark cards peuvent arriver a bien réussir, surtout que maintenant il ya même des options payantes pour détruire tout le monde avec des frappes de missiles destructeurs maintenant, avant on appelais ça des hackers, maintenant ils ont légalisé la chose car ça leur rapporte de l'argent.
Le #1997857
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme