Développement N&B uniquement

Le
Nicolas de la Ruelle
Bonjour,
Excusez ma relative incompétence et le risque que je me trompe de forum.
J'ai fait de la photo argentique N&B et le développement-tirage
correspondant dans les années 68-72 (19..) , avec un Leica M4, un Pentax
SPII et un Hasselblad 1000F, fort peu utilisé pour ce dernier, appareils
que je possède toujours, et qui sortent d'un sommeil de près de 40 ans,
du moins pour le développement.

Dans un 1er temps, avant de me relancer complètement, je voudrais faire
développer à l'extérieur, pour ensuite scanner moi-même, mon scanner le
permettant, puis travailler les tirages que j'en aurait fait.

Je cherche donc un labo à prix raisonnable à qui envoyer par
correspondance mes pellicules, pour juste les développer.
Mes recherches sur Google ne sont pas claires, ceux trouvés imposant un
tirage en simultané.

Pour info, je suis en Charente, mais peu importe, puisque je souhaite
les envoyer par poste.
Merci d'avance pour vos suggesions, et aiguillez moi sur le bon forum si
je me suis trompé de destinataires.
Nico
Vos réponses Page 3 / 8
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Nicolas de la Ruelle
Le #19841571
Delestaque a écrit :
Alban Taraire wrote:
Delestaque wrote:

oui, je connais des gens qui font comme ça, je ne vois absolument
aucun interet a cette formule hybride ?


Bah à l'époque j'avais pas de DSLR, c'est tout... J'avais bien un
coolpix 4500, mais mon bon vieux Pentax MZ-3 était tout de meme mieux.
Maintenant que j'ai le D70, j'ai tout bazardé.

Sinon s'enfermer dans un placard, et je vois encore moins l'interet
de ce risque toujours potentiel, la phase du developpement négatif.


Bah pareil, j'avais pas d'autre endroit où faire ça. L'intéret d'un
endroit exigu est que plus c'est petit, moins c'est chiant à isoler...



je ne parlais pas du...placard, quoiqu 'un manchon noir soit pratique, mais
du scan des négas
J'ai d'ailleurs un mnchon noir pour decharger la carte de mon APN




Comment ça fonctionne un "manchon noir" ?
On retire la pellicule de l'appareil et on enfile le film sur son
support puis dans la cuve de développement, tout ça dans le manchon,
donc sans rien voir ?
Nico ..
Delestaque
Le #19841661
Nicolas de la Ruelle wrote:
Delestaque a écrit :
Alban Taraire wrote:
Delestaque wrote:

oui, je connais des gens qui font comme ça, je ne vois absolument
aucun interet a cette formule hybride ?


Bah à l'époque j'avais pas de DSLR, c'est tout... J'avais bien un
coolpix 4500, mais mon bon vieux Pentax MZ-3 était tout de meme
mieux. Maintenant que j'ai le D70, j'ai tout bazardé.

Sinon s'enfermer dans un placard, et je vois encore moins l'interet
de ce risque toujours potentiel, la phase du developpement négatif.


Bah pareil, j'avais pas d'autre endroit où faire ça. L'intéret d'un
endroit exigu est que plus c'est petit, moins c'est chiant à
isoler...



je ne parlais pas du...placard, quoiqu 'un manchon noir soit
pratique, mais du scan des négas
J'ai d'ailleurs un mnchon noir pour decharger la carte de mon APN




Comment ça fonctionne un "manchon noir" ?
On retire la pellicule de l'appareil et on enfile le film sur son
support puis dans la cuve de développement, tout ça dans le manchon,
donc sans rien voir ?
Nico ..



tu rigoles ...là ?

on met le film et la cuve et ses spires dans le manchon noir, on charge le
film sur ses spires, on met les spires dans la cuve, on ferme la cuve, on
ouvre le manchon et on developpe

--
G.Ricco
Jean-Pierre Roche
Le #19841651
Nicolas de la Ruelle a écrit :

Comment ça fonctionne un "manchon noir" ?
On retire la pellicule de l'appareil et on enfile le film sur son
support puis dans la cuve de développement, tout ça dans le manchon,
donc sans rien voir ?



Que tu aies un manchon ou un hall de gare, ça ne change rien :
la pellicule non développée se manipule dans le noir complet
! Charger une cuve c'est pas très difficile...


--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #19841641
jpw a écrit :

ce n'est pas le matérielqui est en cause

c'est dans la tête que ça se passe



Je plussoie, si le numérique permet le mitraillage à moindre coût que
l'argentique il ne l'oblige pas, et surtout n'interdit pas de cadrer et
de réfléchir si on en a l'envie et l'occasion.

Restent des qualités de rendu différentes, en particulier dans les
ombres et les détails fin-fins mais ça aussi ça évolue ; une différence
énorme dans le rendu du flou de mouvement ( je trouve le numérique plus
élégant là-dessus ) ; une espèce de "neutralité" du numérique qui impose
de lui donner un caractère au labo sec.

Le bruit et le grain, même en NB, ça n'a pas du tout la même
touche...N'aimant guère ni l'un ni l'autre, je ne m'étalerais pas la
dessus.

Et quand on passe dans le moyen et surtout grand format, tout est
différent, le MF numérique étant inaccessible au commun des
contribuables- (mais les assemblages faciles.)

Je suis convaincue qu'on peut encore aimer l'argentique pour ses
qualités ( et ses défauts ) propres, mais pas par nostalgie, ou pour une
mythique idée de "réflexion". Franchement je crois que si on est en
train de faire le calcul (prix du film + dév)/(37+-1) à chaque photo que
l'on prend, la photo est mal barrée. Faut un peu se laisser allez, quoi.

Le développement ce n'est pas très long, et la place exigée n'est pas
énorme, les toilettes sans fenêtre peuvent faire l'affaire avec un
système de joint baguette autour de la porte. Le labo humide est bien
plus dangereux pour l'harmonie familiale...

Noëlle Adam
Nicolas de la Ruelle
Le #19841751
Delestaque a écrit :
Nicolas de la Ruelle wrote:
Delestaque a écrit :
Alban Taraire wrote:
Delestaque wrote:

oui, je connais des gens qui font comme ça, je ne vois absolument
aucun interet a cette formule hybride ?


Bah à l'époque j'avais pas de DSLR, c'est tout... J'avais bien un
coolpix 4500, mais mon bon vieux Pentax MZ-3 était tout de meme
mieux. Maintenant que j'ai le D70, j'ai tout bazardé.

Sinon s'enfermer dans un placard, et je vois encore moins l'interet
de ce risque toujours potentiel, la phase du developpement négatif.


Bah pareil, j'avais pas d'autre endroit où faire ça. L'intéret d'un
endroit exigu est que plus c'est petit, moins c'est chiant à
isoler...


je ne parlais pas du...placard, quoiqu 'un manchon noir soit
pratique, mais du scan des négas
J'ai d'ailleurs un mnchon noir pour decharger la carte de mon APN




Comment ça fonctionne un "manchon noir" ?
On retire la pellicule de l'appareil et on enfile le film sur son
support puis dans la cuve de développement, tout ça dans le manchon,
donc sans rien voir ?
Nico ..



tu rigoles ...là ?

on met le film et la cuve et ses spires dans le manchon noir, on charge le
film sur ses spires, on met les spires dans la cuve, on ferme la cuve, on
ouvre le manchon et on developpe



Mes excuses, mais j'étais très sérieux.
Je n'ai jamais procédé ainsi, donc je ne mesure pas la dextérité
nécessaire à l'opération .. surtout au vu de mon habituelle agilité.
Ca se trouve où ce manchon, n'importe lequel, de taille suffisante, ou
est-ce un accessoire photographique classique, que l'on peut encore
trouver ?
Ce n'est à nouveau pas une question pour blaguer :-)
Nico ..
Alban Taraire
Le #19841861
Nicolas de la Ruelle wrote:

Comment ça fonctionne un "manchon noir" ?
On retire la pellicule de l'appareil et on enfile le film sur son
support puis dans la cuve de développement, tout ça dans le manchon,
donc sans rien voir ?



Bah de toutes facons oui, dans le noir total en général on ne voit rien...
Par contre un manchon je connaissais pas. Ça choppe pas des poussières un
truc comme ça ?

--
Alban
Delestaque
Le #19841851
Nicolas de la Ruelle wrote:




Comment ça fonctionne un "manchon noir" ?
On retire la pellicule de l'appareil et on enfile le film sur son
support puis dans la cuve de développement, tout ça dans le manchon,
donc sans rien voir ?
Nico ..



tu rigoles ...là ?

on met le film et la cuve et ses spires dans le manchon noir, on
charge le film sur ses spires, on met les spires dans la cuve, on
ferme la cuve, on ouvre le manchon et on developpe



Mes excuses, mais j'étais très sérieux.
Je n'ai jamais procédé ainsi, donc je ne mesure pas la dextérité
nécessaire à l'opération .. surtout au vu de mon habituelle agilité.
Ca se trouve où ce manchon, n'importe lequel, de taille suffisante, ou
est-ce un accessoire photographique classique, que l'on peut encore
trouver ?
Ce n'est à nouveau pas une question pour blaguer :-)
Nico ..



J'avais crû comprendre que tu avais pratiqué le developpement auparavant ?
donc, c'est pour ça, et aussi la réponse de JPR, developpement dans un hall
de gare :=)
Ce manchon se trouve encore facilement, on utilisait ça sur le comptoir en
boutique pour les dechargements d'appareils genre Zénith, les films etant
généralement cassés dedans.
C'est un sac avec deux manches dans lesquelles tu passes tes mains, tu mets
l'appareil dans le manchon, tu refermes et tu peux faire ça sans chambre
noire, pratique, pas cher et souvent utile.


--
G.Ricco
Stephane Legras-Decussy
Le #19841831
"Nicolas de la Ruelle" 4a6eca3c$0$17746$
Je n'ai jamais procédé ainsi, donc je ne mesure pas la dextérité
nécessaire à l'opération .. surtout au vu de mon habituelle agilité.



pareil je le sens mal le manchon...

déja que dans la salle de bain c'est parfois très chiant à enfiler
les spires...

ya un paquet de fois où j'ai tout rembobiné dans la boite
de pellicule le temps de prendre l'air et de se zenifier...
Delestaque
Le #19842061
Alban Taraire wrote:
Nicolas de la Ruelle wrote:

Comment ça fonctionne un "manchon noir" ?
On retire la pellicule de l'appareil et on enfile le film sur son
support puis dans la cuve de développement, tout ça dans le manchon,
donc sans rien voir ?



Bah de toutes facons oui, dans le noir total en général on ne voit
rien... Par contre un manchon je connaissais pas. Ça choppe pas des
poussières un truc comme ça ?



non, pourquoi , et puis, quand tu développes après, poussières ou pas,
vraiment sans importance.

--
G.Ricco
Nicolas de la Ruelle
Le #19842051
Delestaque a écrit :
Nicolas de la Ruelle wrote:



Comment ça fonctionne un "manchon noir" ?
On retire la pellicule de l'appareil et on enfile le film sur son
support puis dans la cuve de développement, tout ça dans le manchon,
donc sans rien voir ?
Nico ..


tu rigoles ...là ?

on met le film et la cuve et ses spires dans le manchon noir, on
charge le film sur ses spires, on met les spires dans la cuve, on
ferme la cuve, on ouvre le manchon et on developpe



Mes excuses, mais j'étais très sérieux.
Je n'ai jamais procédé ainsi, donc je ne mesure pas la dextérité
nécessaire à l'opération .. surtout au vu de mon habituelle agilité.
Ca se trouve où ce manchon, n'importe lequel, de taille suffisante, ou
est-ce un accessoire photographique classique, que l'on peut encore
trouver ?
Ce n'est à nouveau pas une question pour blaguer :-)
Nico ..



J'avais crû comprendre que tu avais pratiqué le developpement auparavant ?
donc, c'est pour ça, et aussi la réponse de JPR, developpement dans un hall
de gare :=)
Ce manchon se trouve encore facilement, on utilisait ça sur le comptoir en
boutique pour les dechargements d'appareils genre Zénith, les films etant
généralement cassés dedans.
C'est un sac avec deux manches dans lesquelles tu passes tes mains, tu mets
l'appareil dans le manchon, tu refermes et tu peux faire ça sans chambre
noire, pratique, pas cher et souvent utile.




OK, mais je vois que d'autres s'inquiètent sur leur propres compétences
à bien faire.
Je développais en effet, voici 40 ans, mais j'avais la chance d'avoir
une salle de bains sans la moindre ouverture, sinon sa VMC.
Nico ..
Publicité
Poster une réponse
Anonyme