Test Assassin's Creed

Le par Franck P.  |  0 commentaire(s)
test assassin\'s creed pc image presentation

Pratiquement six mois après la bombe Assassin's Creed dans sa version console next-gen et quelques semaines après le semi-pendant sur DS, Altaïr et ses potes nous reviennent dans une version PC. Transposition, adaptation ou transmutation ? Telle était la question à l'orée de la découverte de ce nouveau volet développé une fois encore par Ubisoft Montréal qui avait fait naître le mythe.

Introduction

Le multi portage est bien en vogue ces derniers temps. On ne refera pas le chapitre du profit maximum déjà bien conséquent dans d'autres de nos articles, mais il est clair qu'il guide probablement les pas de certains développeurs. Et dans le cas d'Assassin's creed, on aurait bien tort de le leur reprocher. Car devant le succès phénoménal, mais annoncé, de ce jeu lors de sa sortie sur les consoles next gen au mois de novembre dernier, il était quasiment impossible pour asseoir sa notoriété qu'il passe outre les mains des PCistes.


test assassin\'s creed pc image (1)     test assassin\'s creed pc image (2)

Les petits gars d'Ubi ont donc remis le couvert pour nous pondre un remake viable sur nos outils de travail préféré. Et après plusieurs reports dont le dernier fut probablement le plus agaçant, il est enfin parvenu tel l'enfant prodigue de retour chez ses parents. Ayant passé ses examens avec succès loin des bases de son enfance, c'est attendu au tournant qu'il devait se sentir le môme. Comme tout bon parent, c'est donc empreint de bienveillance avec le fouet caché dans le dos (super l'image des parents!) que nous nous sommes empressés de le tester.

Le passé au plus que parfait

On ne va pas y aller par quatre chemins de croix pour vous dresser le bilan du scénario. Nous nous glissons donc de nouveau dans la peau de Desmond Miles, jeune écervelé sans histoire mais dont un ancêtre plus que célèbre, Altaïr, avait écrit l'Histoire avec un grand H ou plutôt de grandes dagues. Car pratiquement mille années plus tôt, le jeune homme fort se trouvait être un Assassin, quasiment au sommet de la confrérie à laquelle il appartient. Mais si puissant et ingénieux fusse-t-il, il fit avant tout preuve d'un égo surdimensionné qui le conduisit à commettre plusieurs erreurs. Trop sans doute.


test assassin\'s creed pc image (3)     test assassin\'s creed pc image (4)

Ainsi passe de vie à trépas celui que l'on était censé incarner. Mais pour un temps seulement car le subterfuge utilisé par Al Mualim visant en fait à "simuler" la mort du héros nous permet de reprendre ses traits afin qu'il puisse se racheter en accomplissant le sale boulot du maître. Pendant ce temps, Desmond lui dort. Enfin presque, car l'exploration du passé de son ancêtre devra l'amener vers des points de plus en plus distants de celui du départ, ce qui est une évidence, jusqu'au point final vers lequel tendent des scientifiques aux objectifs pas si flous que cela.


test assassin\'s creed pc image (5)     test assassin\'s creed pc image (6)

Les ressorts sont donc les mêmes que pour la version précédente de ce jeu et il ne fallait pas s'attendre à autre chose. Sinon, aurions-nous eu droit à un volet "2" et non à la même dénomination. Toujours est-il que ce scénario bipolaire possède encore le bon goût de nous faire redécouvrir un univers captivant, où de nombreux nantis maîtrisent les destinées du plus grand nombre dans une main de fer et dont la démence n'a d'égale que la soif de pouvoir. Mais tel le super héros moyen, Altaïr revient pour mettre le souk dans tout cet ordonnancement. Enfin, un super héros c'est vite dit...


test assassin\'s creed pc image (7)     test assassin\'s creed pc image (8)




Altaïr, un voltigeur...

Pour parvenir à tuer les mécréants, car c'est de cela qu'il s'agit, les commandes n'ont pas non plus été bouleversées par rapport à la 360 ou la PS3. On retrouve donc les différentes postures de notre athlète ainsi que l’interface permettant de connaitre les actions possibles en fonction justement des postures, de l'environnement et de la situation. Ce gampelay si innovant à la sortie du jeu sur console le reste donc pour un PC. A ce titre, les puristes du PC préféreront sans doute une configuration au clavier/souris mais la transposition d'un jeu venant d’une console, un peu à la manière d'un Lost Planet: Extreme Condition, invite à l'utilisation d'un pad, bien plus pratique.


test assassin\'s creed pc image (9)     test assassin\'s creed pc image (10)

Et si les commandes paraissent aussi simples, c'est surtout parce qu'on est capable de multiplier les actions par la pression d'un ou deux boutons simultanément, le reste étant souvent question de timing. On reprend donc avec bonheur du service pour escalader toutes les tours du royaume en finissant par un saut de la foi, on cours de toit en toit pour échapper au gardes pas si finots que notre bon vieux Altaïr, on assassine des manants pour un mot de travers glissé entre deux portes, on se fait passer pour un moine alors qu'on possède quatre lames acérés et visibles dans son dos ou on fait un bon petit tour de canasson dans la pampa.


test assassin\'s creed pc image (11)     test assassin\'s creed pc image (12)

Bref, on parcourt ce monde sans jamais éprouver le moindre problème à réaliser les actions. Même la sauvegarde est d’une simplicité extrême puisque automatisée, elle intervient à chaque objectif rempli et permet un respawn lors de nos décès éventuels. En clair, la jouabilité de la console se retrouve parfaitement sur ce volet ci et y gagne quatre types de mini-quêtes qui ajoutent un peu de variété à ce qui nous avait été proposé dans la précédente version. C'est donc du petit lait que l'on boit en quasi continu car les temps de chargements sont si espacés et si rares qu'on les oublie carrément...


test assassin\'s creed pc image (13)     test assassin\'s creed pc image (14)




... mais aussi un esthète

On vient de vous dire que les chargements sont quasi nuls. Et pourtant, les environnements que l'on explore sont loin de l'être. A vrai dire, ils conservent sur ce support la richesse déjà vue auparavant, c'est à dire énorme. Les villes sont donc toujours peuplées des mêmes éléments, aussi nombreux que possible. On passe ainsi quelque fois de longues minutes à traverser une ruelle bondée sans jamais vouloir renverser quelque passant que ce soit afin de ne pas attirer le regard du garde du coin. Et l'on prend donc souvent de la hauteur afin d'éviter la foule et contempler le paysage.


test assassin\'s creed pc image (15)     test assassin\'s creed pc image (16)

D’ailleurs nous n’allons sûrement pas assez loin lorsque l'on parle de simple paysage tellement le spectacle est époustouflant. De haut c'est absolument magnifique et tout ceci est renforcé lors des "synchronisations" mettant en scène ce qui entoure Altaïr. La mise en scène plus généralement ajoute un petit grain de sel à ce jeu qui ne manque pourtant pas de goût. Car la scénarisation des rencontres avec les boss, les discussions avec plusieurs protagonistes, la possibilité de mouvoir la caméra ou de carrément changer d'angle ajoute un peu plus de vie à ce qui devrait en manquer puisque l'on ne joue pas durant ce temps.


test assassin\'s creed pc image (17)     test assassin\'s creed pc image (18)

Enfin la bande son participe totalement à l'extase générale qu'est ce jeu. Tout a été repris à Assassin's creed version console et bien en a pris les développeurs. On n'a d'ailleurs jamais été aussi content d'un tel pompage. Les bruits ambiants sont excessivement présents, les dialogues très bien doublés et les musiques de fond donnent du corps à ce jeu. Si on devait arrêter le test ici, ce jeu mériterait quasiment un 10/10. Mais nous avons aussi eu notre petit lot de déceptions...


test assassin\'s creed pc image (19)     test assassin\'s creed pc image (20)




Chagrin d'amour

En tout premier lieu, ce qui ressort de ce soft et qui est le plus dérangeant, reste la réelle répétitivité. On a beau le trouver exceptionnel en de nombreux points, il est vraiment rageant qu'un effort supplémentaire n'ait pas été porté à cet aspect. Supplémentaire dit-on, car il a été ajouté quatre type de quêtes. Mais rien n'y fait. Car un assassinat se résume toujours à la même chose. On entre dans une ville, on découvre les points de vue qui amènent les missions et les quêtes annexes. Ces quêtes annexes facilitent votre sortie à l'issue de l'assassinat. Ensuite on planifie le sale boulot, on l'exécute et on file en courant puis en se cachant. Après, c'est rebelote.


test assassin\'s creed pc image (21)     test assassin\'s creed pc image (22)

Ensuite, il est apparu qu'un écran large est nécessaire pour bénéficier réellement du plein écran. Sinon ? Sinon, tel le film de cinoche sur une télé cathodique, deux magnifiques et artistiques bandes noires ornent le haut et le bas de votre écran. Non content de diminuer la taille de l'image, cet artifice pose avant tout la question de savoir à quoi ont servi les longs mois de développements entre les deux sorties si ce n'était pour permettre ce type de réglage ? Et puisque l'on parle de réglages, ajoutons qu'il faut une config solide pour pouvoir profiter de la splendeur de ce titre. Et tordons le coup à l'idée qu'il ne tourne pas sous vista 64 bits puisque c'est sur Vista Ultimate 64 qu'il fut testé chez nous.


test assassin\'s creed pc image (23)     test assassin\'s creed pc image (24)

Enfin, l'IA adverse et la relative facilité ternissent un peu le tableau d'ensemble. Les gardes ne vous repèrent pas plus loin que le bout de leur nez ou bien alors vous suspectent des pires délits parce que vous avez le malheur de courir. Heureusement, vous mettre dans une botte de foin au détour d’une rue vous permettra de vous en tirer sans problème. Les combats également sont de cet ordre, n'obligeant le joueur qu'à un minimum de timing pour arriver à des incongruités telles que la possibilité de tuer une vingtaine d'assaillant (voire plus) sans même tacher sa jolie tunique blanche...Trop fort cet Altaïr vraiment, et pas cher en pressing non plus !


test assassin\'s creed pc image (25)     test assassin\'s creed pc image (26)




Conclusion

Assassin's creed sur PC est donc un jeu fidèle. Fidèle à la légende déjà de mise après la sortie sur les supports next gen. Fidèle à la réalisation sans grosse faille des gens Ubisoft Montréal. Fidèle au plaisir éprouvé lors de la première prise en main il y a six mois. Mais fidèle aussi dans ses failles ce qui est plus surprenant vu que les développeurs ont eu quelques mois pour retravailler leur copie. Et ce d'autant plus que les forums ne manquent pas de commentaires sur ce jeu ce qui démontre une nouvelle fois l'engouement qu'il a su et sait toujours susciter.


test assassin\'s creed pc image (27)     test assassin\'s creed pc image (28)

Malgré tout on ne peut assassiner plus encore ce jeu, le ressenti étant totalement positif. Certes il se peut que l'ennui vienne à gagner à la vue de quêtes réchauffées, mais la modélisation de Jérusalem, Damas et Acre ainsi que la scénarisation de ce soft en font un des titres les plus captivants de ces derniers mois. A notre niveau, on le met au même rang qu'un Bioshock pour sa partie "âme et intérêt" et qu'un Crysis pour la beauté de ses graphismes. Et si les heureux possesseurs de consoles next gen pouvaient se targuer d'y avoir joué, les tout aussi heureux possesseurs de PC de bon calibre pourront tout autant profiter d'un jeu vraiment passionnant au final.



Assassin's Creed est disponible sur PC à partir de 44,95 €


+ Les plus
  • C'est si beau...
  • Mise en scène
  • Relativement long
- Les moins
  • Répétitif
  • Répétitif
  • Répétitif

Notes

  • Graphisme Sachant qu'on part de 10, on a ôté un demi point pour la non possibilité de jouer en plein écran sur un LCD 4/3 et un autre demi point pour quelques textures moins bien rendues que sur console. Le reste, absolument tout le reste, ne mérite que chants et louanges de notre part. D'autant que ce jeu est immense tout en se révélant pingre en chargements. Un délice.
    9/10
  • Bande son Pratiquement au même niveau que les graphismes, la bande son dans son ensemble demeure un must du genre. Les mille-et-un bruits des rues donnent une réelle ambiance à la ville que l'on parcourt, partout des discussions fleurissent et si les dialogues entre passants ne sont pas toujours inédits, ils restent totalement en phase avec l'action. Les cinématiques sont aussi bien doublées et la musique orientale de cet univers unique permet vraiment l'immersion totale.
    8/10
  • Jouabilité Partant du même point de départ que les graphismes, on a retiré un point entier pour un manque de difficulté générale et un autre pour une répétitivité trop grande. Sinon, les manipulations d'Altaïr sortent de nos doigts aussi facilement que possible et ses mouvements sont si naturels qu'il arrive qu'on les ressente presque. C'est sans doute un cliché que de dire ceci, mais c'est ce que l'on a éprouvé avec ce jeu.
    8/10
  • Durée de vie Il faut toujours entre 15 et 25 heures pour le terminer, selon que vous décidiez de réaliser aucune, peu, beaucoup ou toutes les quêtes annexes aux assassinats. Mais ces mini quêtes vous permettent de vous en tirer ensuite nettement plus facilement. Ce n'est donc pas une perte totale de temps et puis lorsqu'on dispose d'un si beau jeu, autant le faire durer un peu, du moins tant que le plaisir y est.
    8/10
  • Scénario On découvre de nouveau ce que machiavélisme et obscurantisme veulent dire. Quelques théories fumeuses, des buts obscurs, des scientifiques qui ne disent pas tout : bref des ficelles bien connues des joueurs aguerris. Mais il n'empêche qu'on le suit sans encombre ce qui reste une donnée essentielle.
    7/10
  • Note générale On aurait pu être plus violent dans le jugement final de ce jeu. 8 eut été une note plus mesurée, moins risquée. Mais en même temps, comment vous transmettre la passion que ce jeu a de nouveau, et après l'avoir aussi eu sur PS3, suscité en nous si ce n'est en étant un peu subjectif et extrême. Il est dit que "tout ce qui est extrême est insignifiant". Après tout peut être, mais on accepte d'avoir tort si ce doit être pour ce jeu. Nul n'est censé avoir raison sur tout et c'est aussi valable pour nous. Mais en terminant de jouer à Assassin's creed, une rengaine nous revient encore et encore. Que dit-elle? Simplement "Purée que c'est bon" ! Quel meilleur argument ?
    9/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire