Test Burnout Dominator

Le par  |  1 commentaire(s)
Burnout Dominator - Image 9Alors que tous les yeux sont désormais rivés sur la PlayStation 3, la PS2 n'a pas dit son dernier mot. La preuve ici avec Burnout Dominator qui étonne plus que jamais avec ses graphismes léchés qui donneraient presque l'impression de jouer sur Next-Gen !

Les effets sont de toute beauté et fluides (trop peut-être !). Ajoutons à cela une bande-son basée sur les titres rock et metal actuels allant de Saosin à Killswitch Engage, collant parfaitement à la puissance et la bestialité des courses à venir !

Au final, ce cinquième épisode n'est pas qu'une simple suite, comme l'était Burnout : Revenge. De réels ajouts et un retour aux sources au niveau du gameplay est réellement appréciable, ce qui enthousiasmera les fans de la première heure qui ont perdu leurs marques dans les derniers épisodes. Burnout Dominator est plus que jamais un excellent titre à découvrir et redécouvrir sur une PlayStation 2 qui n'a pas encore poussé son dernier soupir.
+ Les plus
  • Le moteur graphique.
  • La bande son.
  • Les nouveaux modes de jeu et défis.
  • Le retour aux sources au niveau du gameplay.
  • La fun totalement ahurissant.
- Les moins
  • L'absence du mode Crash.
  • Le manque d'originalité par rapport aux autres opus.
  • Absence du mode Online.

Notes

  • Graphisme Encore plus léchée que son prédécesseur, la réalisation graphique n'a pas grand chose à envier des productions Next-Gen. Une animation tout bonnement ahurissante, mariée à des détails tels que le flou de vitesse, les déformations des véhicules ou encore les reflets de toute beauté font que nos yeux n'ont pas fini de savourer !
    9/10
  • Bande son Les bruitages sont toujours aussi riches et saisissants. Ici, on peut pousser le volume des enceintes sans honte, puisque c'est un élément majeur de l'immersion du titre. La tracklist très rock / metal est également mise à jour, de moins bonne qualité que Burnout 3 : Takedown et Burnout : Revenge cependant. Mais cela dépend des goûts de chacun.
    7/10
  • Jouabilité Rien à redire de ce côté là, tant on prend son pied à se lancer dans des courses effrénées, manette à la main, l'index frétillant sur la touche de boost ! Il faudra certainement un petit temps d'adaptation afin de manier les rudiments d'esquives et de dérapages avant d'apprécier à juste titre le gameplay de ce nouvel opus.
    8/10
  • Durée de vie Très bonne pour le genre. Avec des défis à la pelle, on peut compter quelques longues heures pour tout débloquer et encore davantage pour obtenir l'or ! On regrettera amèrement l'absence du mode Crash et du mode Online. Il reste néanmoins le mode multijoueurs jusqu'à quatre simultanément pour donner un second souffle à l'opus.
    7/10
  • Note générale Voici donc un Burnout pleinement abouti, reprenant les bonnes idées de la série et en ajoutant une richesse supplémentaire. On pourra regretter le manque d'originalité de la part d'Electronic Art, qui peut s'offrir bon nombre de folies avec cette licence. Néanmoins, Burnout Dominator est une référence en matière de courses arcade, nous donnant la liberté de faire chauffer l'asphalte avec des bolides toujours plus customisés !
    7/10
Dans le même style
  • Test Burnout Paradise
    Après le succès modéré de Burnout Dominator, Electronic Arts retente l’expérience avec Burnout Paradise. Au menu, des graphismes époustouflants et un gameplay quelque peu modifié. Calqué sur la licence récemment acquise des ...
  • Test Burnout Revenge
    La version que nous avons testée ici est la version Xbox 360, le premier Burnout sur console next-gen. Inutile de tourner autour du pot, si vous n'avez jamais joué à Burnout et que vous n'êtes pas allergiques aux jeux de course de ...
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #170256
C'est vai qu'avec le 3 je n'ai pas du tout accrocher, ayant deja joué au 1 & 2 avant.
L'absence du mode crash ne va pas plaire a ma fiancée c'est sur, voir rendre l'achat impossible ... ( a va négocier sec )
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme