Test Huawei P40 Pro, 3 mois après, on en est où ?

Le par Mathieu M.  |  19 commentaire(s)

Nous avons vu que sur le papier, le Huawei P40 Pro est un véritable monstre à quasiment tous les niveaux : nous sommes face à un véritable smartphone haut de gamme et pourtant, il est une ombre au tableau sur laquelle il est impossible de faire l'impasse.

Depuis le placement sur la liste noire de Huawei par les USA, la marque n'a plus la possibilité de collaborer avec certaines sociétés américaines, et notamment Google. Cela impliquait la révocation de la licence Android de la marque l'année dernière, juste avant le lancement du Honor 20.

IMG_20200728_065244

Les choses n'ont pas beaucoup changé et Huawei a donc été contraint de lancer son P40 Pro sans les Services Mobiles de Google (GMS). La marque peut bel et bien continuer de proposer et d'exploiter Android, qui est avant tout open source, mais elle ne peut plus faire certifier ses appareils par Google pour l'intégration des services de la marque.

Concrètement, le P40 Pro s'équipe donc d'un Android 10 amputé de l'ensemble des services de Google comme Google Play, Gmail, Chrome, Maps, mais aussi et surtout pas de Play Store en vue...
Dans les faits la situation est en place depuis la lancement du Mate 30 Pro, mais avec le lancement du P40 Pro, Huawei a mieux encaissé la chose et propose enfin des solutions concrètes de remplacement.

IMG_20200728_065326

Ainsi, ne pas disposer des applications de Google par défaut dans le P40 Pro ne veut pas dire qu'on ne peut pas en profiter malgré tout. Pour faciliter les choses, Huawei a mis en place plusieurs solutions, à commencer par un navigateur qui permet de créer des raccourcis vers les webapps de Google.

Il suffit d'aller sur le service concerné (Gmail, Drive, Maps) puis d'aller dans les options du navigateur et de cliquer sur "ajouter à l'écran d'accueil" pour qu'une icone apparaisse automatiquement sur le smartphone. On ne dispose pas de l'application mobile, mais d'un lien direct vers l'application Web qui permet de compenser.

IMG_20200728_065357

Pour mieux expliquer cette option, Huawei a mis en place une hotline pour les détenteurs de P40 et divers forums expliquant les manipulations et ce qu'il est possible de faire.

Vous n'êtes sans doute pas non plus passé à côté des vastes campagnes de publicité menées sur diverses chaines de télévision pour mettre en avant AppGallery, le marché applicatif de Huawei qui s'est étoffé de milliers d'applications ces derniers mois, regroupant la majorité des applications les plus utilisées dans chaque pays.

Malheureusement, on n'y retrouve toujours pas les applications de Google ou quelques applications américaines, comme Facebook par exemple... La plateforme a toutefois quelques parades : lorsque des applications sont proposées directement par les services (c'est notamment le cas de Facebook) sous la forme d'APK, un lien renvoie automatiquement vers la source.

Mais au-delà d'AppGallery, c'est surtout Petal Search qui se présente comme la solution la plus pertinente du moment.

Il s'agit d'un portail qui regroupe différents moteurs de recherche et sources pour accéder aux applications de son choix. Par exemple, j'ai un temps utilisé l'application d'APKPure pour trouver certaines applications. Petal Search a pour avantage de regrouper plusieurs moteurs de ce type comme AppGallery, APkPure, les sites Internet ou d'autres plateformes... Le service est comparable à TrouvApp avec beaucoup plus de sources disponibles.

Les résultats de recherche aboutissent quasiment systématiquement au téléchargement d'une application au format APK, ce qui peut rassurer. Malheureusement tout n'est pas si simple pour autant.

Ainsi, il y a plusieurs limites à la manipulation, qui s'expliquent par le fait qu'aujourd'hui, en situation de monopole, Google dicte les normes à suivre pour la publication d'une application. Certains services nécessitent un accès à certaines fonctionnalités du smartphone ou kits développés par Google, et qui font partie des services mobiles de Google.

IMG_20200728_064937

Prenons deux exemples concrets : Netflix et un Pokémon Go.

Pour Netflix, on pourra trouver l'application sur Petal Search et l'installer sans problème... Malheureusement, pour profiter du contenu, il faut que le smartphone soit certifié avec le DRM Widevine L1. Or cette certification est implantée par Google au sein des services mobiles... De fait, sans le DRM, Netflix refuse tout simplement de s'ouvrir.

Pour Pokémon Go, on assiste à un double problème : l'absence de module Google Play pour l'identification du joueur via son compte Google, et l'absence d'AR Kit. Même issue : le jeu refuse de se lancer.

On peut également tomber sur des cas qui nous font comprendre la situation de monopole de Google. Ainsi, certains jeux proposent des fonctions uniquement en ligne qui ne font appel qu'à Google Play pour l'identification du joueur. Une foule d'applications ne dispose ainsi pas de son propre mode d'identification. La situation est évidente : les éditeurs et développeurs ne veulent d'une part pas s'encombrer de serveurs d'identifications, et les joueurs ne veulent de toute évidence pas avoir à créer de compte de jeu pour chaque application... Ainsi, sans services mobiles Google sur le P40, il n'est pas possible d'accéder à ces applications, que vous les ayez payés ou pas par le passé, si elles ne disposent pas d'un autre mode d'identification que celui de Google, alors il faudra les abandonner. Cette situation pose un sérieux problème dans la gestion des licences, et met en évidence la nécessité d'un peu plus de concurrence au sein même d'Android.

EDIT : Entre le temps ou j'ai rédigé ces lignes et la publication de l'article, Huawei a évolué dans le bon sens sur ce point précis avec l'arrivée de GameCenter, un équivalent de Google Play qui permet de synchroniser les données et comptes des joueurs au sein des jeux : plus besoin de créer d'identifiants séparément, il suffit de se connecter via GameCenter qui s'inscrit directement au sein des Huawei Mobile Services. Pour l'instant, tous les jeux ne sont pas concernés et Huawei espère séduire les développeurs et éditeurs et les faire adopter son module en masse, il faudra sans doute quelques mois pour voir si la bascule s'opère et si la solution se présente comme un véritable équivalent à ce que propose Google.


Mais finalement, peut-on s'en sortir sans Google ?

Avant de répondre à cette question, je me dois de partager avec vous quelques informations me concernant, afin que chacun puisse se faire une idée par lui même.
Je ne me considère pas comme "addict" des services de Google, je les utilise principalement pour une question de facilité et je n'ai pas d'affinité particulière avec Google plus qu'un autre éditeur.

En tant que journaliste high-tech, je suis évidemment un technopile averti, et je suis plutôt connecté. Je ne suis pas spécialement du genre à partager chaque jour ma vie sur les réseaux sociaux même si je les parcours énormément, et quand je le fais, travaillant à domicile, c'est de toute façon plus agréable me concernant de le faire depuis mon poste de travail.

C'est également là un point particulier de ma situation : travaillant à domicile, j'ai de toute façon accès aux services de Google depuis mon navigateur Web et je peux donc me détacher assez simplement des outils de Google sur mon smartphone pour m'y reporter depuis mon PC. En cela, je ne suis donc sans doute pas le profil idéal pour partager un avis suffisamment tranché et concret par rapport à un quelconque sevrage de Google sur mobile, toujours est-il que je vais vous partager mon expérience.

Les premiers jours sont clairement perturbants : si l'on jongle vite avec les raccourcis proposés par le navigateur de recherche, on se sent vite "limité" par ce que propose GalleryApp et c'est une fois l'application Trouvapp, puis Petal Search utilisées que l'on a l'impression de "respirer" pleinement.

Toujours est-il que les solutions proposées ne sont pas toutes idéales. Ainsi, il manque toujours quelques applications qui ne paraissaient pourtant pas si importantes avant qu'elles ne disparaissent, et qui se font cruellement sentir.

On développe malgré tout néanmoins de nouveaux réflexes, comme la recherche d'alternatives qui nous font découvrir parfois quelques petites pépites.

On prend ainsi conscience du monopole exercé par Google lorsque l'on est non pas à la recherche d'un équivalent à un service, mais d'un équivalent au système de Google tout entier.

Je m'explique : lorsque l'on utilise les services de Google, que cela soit Drive, Photos, Maps, Search, Gmail, Agenda... toutes les données profitent d'une convergence qui donne du sens à l'écosystème en place. On retrouve les données en un clin d'oeil, on peut piocher depuis Gmail dans son espace Drive ou Photos pour envoyer du contenu et le partager à des proches, ou inversement, aller dans Drive ou Photos pour renvoyer du contenu vers Gmail... Tout est ergonomique, interactif, tout s'inscrit dans une dynamique de service unique et connecté...

Et finalement plus que simplement Gmail ou Photos, c'est cette convergence des services qui est véritablement appréciable. On trouvera facilement d'autres services tiers qui proposeront des fonctionnalités qui vont au-delà de leurs équivalents chez Google, mais aucun système ne propose une interopérabilité des applications et services du niveau de ce que propose Google.

Et c'est là que l'on regrette que Huawei ne propose pas d'environnement avec un système similaire. Huawei pourrait se contenter de reprendre les applications les plus médiocres disponibles actuellement, et en faire un véritable atout simplement en les connectant les unes avec les autres pour proposer un service "complet".

On en revient systématiquement à se dire qu'aucun éditeur n'a eu l'idée à ce jour de proposer ainsi un ensemble de services communicants entre eux pour venir concurrencer Google sur ce terrain. Et c'est véritablement là que le monopole de Google s'exerce... Des messageries, il en existe des milliers, idem pour les services de stockage Cloud, de services de géolocalisation, de logiciels de bureautique, de stockage photo... Mais aucun éditeur n'a pris l'initiative à ce jour, en dehors de Google (et Apple), de proposer un ensemble de services pour Android, ou même PC.

Mon expérience n'en reste toutefois pas là et ressort malgré tout assez positive. Au fil de mes recherches, j'ai ainsi pu voir que la qualité des services de Google reposait surtout sur le tout qu'ils constituent... Mais dans les détails, chaque service proposé par la marque manque parfois de précision, de fonctionnalités avancées que l'on peut plus facilement trouver ailleurs.

Ce que l'on perd en ergonomie par manque de communication et de synchronisation entre les services, on le retrouve très souvent en confort d'utilisation par l'intégration d'options et fonctionnalités bien senties ou plus avancées, ainsi qu'en optimisation des applications.

Je pense qu'il est une étape à franchir pour se détacher définitivement de Google et qu'elle n'est en réalité pas si difficile... Mais notre confort, et, disons-le, l'effet de groupe, fait que l'on peut voir cette étape comme insurmontable. Je dirais plutôt que Huawei est en passe de réussir son coup et de s'imposer malgré tout sur le marché du smartphone même sans jouer main dans la main avec Google... Même si le marché européen aura un peu de mal à se détacher des outils de Google, Huawei ne devrait plus tarder à proposer son propre écosystème à partir de quoi les choses seront bien plus faciles.

C'est aujourd'hui à chacun de se faire son idée. Le concept n'est pas forcément en faveur de Huawei : lorsque l'on achète un smartphone haut de gamme au prix fort, on ne s'attend pas à devoir faire des efforts et à prendre sur soi pour changer ses habitudes. Mais pour quiconque se donne vraiment les moyens, le P40 Pro est un smartphone formidable et ses capacités en photo font très rapidement s'effacer ces quelques contraintes.

Vos commentaires Page 1 / 2
Trier par : date / pertinence
Le #2107494
ce qui va condamner Huawei, plus que le fait de ne pas accéder au service Google, c'est de ne plus pouvoir fabriquer ses microprocesseurs. Parce que là, j'ai bien du mal à comprendre comment ils vont faire...
Le #2107495
« Je pense qu'il est une étape à franchir pour se détacher définitivement de Google et qu'elle n'est en réalité pas si difficile... Mais notre confort, et, disons-le, l'effet de groupe, fait que l'on peut voir cette étape comme insurmontable. »

C'est valable pour beaucoup de choses en général et croyances en particulier : si l'inertie prend le pas sur les efforts à fournir, c'est que les valeurs personnelles ne sont pas adéquates.

Un point à éclaircir : est-ce qu'il est possible d'obtenir les services Google (fonctionnels) en installant leurs APK (sideloading) ?
Le #2107502
cycnus a écrit :

ce qui va condamner Huawei, plus que le fait de ne pas accéder au service Google, c'est de ne plus pouvoir fabriquer ses microprocesseurs. Parce que là, j'ai bien du mal à comprendre comment ils vont faire...


.
"c'est de ne plus pouvoir fabriquer ses microprocesseurs"
.
HiSilicon fait graver des SOC par SMIC, mais pas en EUV,, voila le problème !
.
Huawei achète, encore à ce jour, des SOC à MédiaTek pour le haut de gamme..
.
De plus, Huawei a un stock lui permettant de tenir 12 mois. (des Kirin 1000 entre autres).
.
Donc rendez-vous dans un an !!!
.
.
Le #2107505
Pour l'instant le Kirin bien que performant pourrait sans doute se remplacer par un snapdragon si le besoin se faisait sentir.

Merci GNT pour ce vrai test, ca faisait longtemps je crois !

J'aime bien le recul de Mathieu sur GMS.

Evidemment, aujourd'hui, on peut bricoler pour installer les GMS via OpenGapps. Mais c'est compliqué (chez Huawei, il faut débloquer le bootloader), anxiogène (un message s'affiche expliquant que c'est risqué d'utiliser un smartphone avec le bootloader déverrouillé) et surtotu ca ne marche que parce que Google permet de joueur avec la certification (comprendre, demain ca peut ne plus marcher, même si c'est peu probable - il faut se rappeller qu'aujourd'hui Google dégage Huawei non pas parce qu'ils le veulent mais parce qu'ils n'ont pas le choix).
Le #2107506
tmtisfree a écrit :

« Je pense qu'il est une étape à franchir pour se détacher définitivement de Google et qu'elle n'est en réalité pas si difficile... Mais notre confort, et, disons-le, l'effet de groupe, fait que l'on peut voir cette étape comme insurmontable. »

C'est valable pour beaucoup de choses en général et croyances en particulier : si l'inertie prend le pas sur les efforts à fournir, c'est que les valeurs personnelles ne sont pas adéquates.

Un point à éclaircir : est-ce qu'il est possible d'obtenir les services Google (fonctionnels) en installant leurs APK (sideloading) ?


Pour avoir bricolé dessus...

On peut récupérer les GMS après une procédure assez laborieuse... Perso j'ai suivi un tuto vidéo en XXX étapes de façon très bête et méchante... De mémoire 9 fichiers à installer avec un ordre précis, du reboot, de la désinstallation...

TOUT fonctionne parfaitement en dehors des applications en RA parceque lors du processus on n'installe pas ARCore, et que même par la suite, l'installation via le Play Store n'est pas assez ancré dans l'OS pour que ça fonctionne...

Sinon, Play Store et tout le reste fonctionne d'enfer, sans erreur d'identification en boucle, même les DRM sont fonctionnels (Netflix en HD sans souci)...

La manip prend 20 min, faut un smartphone "vierge" pour que ça fonctionne.

Du coup j'avoue que je suis revenu sur Chrome rien que pour le fait de récup mes passwords et autres favoris...
Le #2107503
cycnus a écrit :

ce qui va condamner Huawei, plus que le fait de ne pas accéder au service Google, c'est de ne plus pouvoir fabriquer ses microprocesseurs. Parce que là, j'ai bien du mal à comprendre comment ils vont faire...


Plus pouvoir en acheter et plus pouvoir en fabriquer est complètement différent. Ils ont déjà une usine sur pieds pour ça, c'est juste la finesse de gravure qui est moins bonne que Qualcomm
Le #2107517
Il faudrait Lineageos sur ce téléphone !
Le #2107518
j ai un p40 pro et j ai réussi à installer le service google sur mon téléphone et sa fonctionne très bien
Le #2107535
QuiSuisJe a écrit :

j ai un p40 pro et j ai réussi à installer le service google sur mon téléphone et sa fonctionne très bien


.
Pour être plus crédible, donnes nous plus d'explications, sinon...
.
Le #2107552
RoddyBouvet a écrit :

Je vous cite 'Ce capteur est particulièrement imposant, il s'agit tout simplement du plus gros capteur embarqué dans un smartphone à ce jour avec 1/1,28 pouce'
Vous avez tort... Soit vous n'y connaissez rien, soit vous mentez. À vous de voir.
Le nokia 808 et le lumix cm1 on des capteurs bien plus gros. Renseignez vous.


l'article a été modifié, mais merci d'être poli, c'est pas plus mal
d'autant plus qu'il s'agit de vieux smartphones datant de 2012 et 2014..mais ça a été corrigé.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar