Test Metal Gear Solid 4 Guns of the Patriots

Le par Franck P.  |  6 commentaire(s)
test metal gear solid 4 guns of the patriots image presentation

Une vingtaine d'année après son apparition et pratiquement dix ans après sa sortie sur PS One, la saga des Metal Gear Solid voit son épisode crépusculaire débarquer en exclu sur la PS3. Véritable testament de Hideo Kojima dont le légataire universel n'est autre que le bon vieux Snake, il figure bien plus une sanctification de son héros qu'une mise en pièce avant fermeture. Et si tout doit disparaître, autant le faire avec élégance.

Introduction

Il est bien plus difficile de terminer proprement une série et d'écrire le mot "FIN" à tout jamais que de commencer une nouvelle aventure. Combien de séries télévisuelles ou cinématiques et combien de jeux vidéo ont tenté par le passé cette périlleuse bascule d'un monde à l'autre pour des résultats souvent médiocres. Cette fois-ci, c'est au tour d'une des sagas les plus célèbres de l'ère moderne du jeu vidéo que nous sommes invités à la mise à mort. Et avant de placer la dernière banderille, il fallait bien que le taureau se défende un peu.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (1)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (2)

Ce sont donc les dernières heures vidéoludiques de Snake qu'il nous est donné de contempler tout autant que d'y prendre part. Car si ce jeu est un des seuls à utiliser autant de données sur un Blu-Ray, à savoir une cinquantaine de gigas (!) il doit cette caractéristique à un nombre incalculable de cinématiques et autres cut-scènes disséminées au cours de l'aventure. Autant être franc tout de suite, si Snake mérite une statue dans les yeux de son créateur à la vue de ce volet, la « panthéonisation » de Kojima reste en suspens après cet épisode épique mais aussi frustrant.

Débrouillez vous !

Quand on parle de scénario, on parle souvent d'histoire narrée ou contée au cours d'un jeu. Le scénario commence à un point A et le but reste généralement de parvenir au point B après quelques circonvolutions pour posséder la totalité de la trame principale. A l'issue, on ressort avec un aperçu précis du déroulement des événements, des tenants comme des aboutissants. Et bien ce Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots défie totalement ce que l'on pensait immuable. Certes, dans ce jeu, on nous raconte les dernières heures de service de son personnage de Snake, héros émérite d'une guerre sans merci.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (3)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (4)

Mais il est de nombreux personnages, évènements, rappels ou encore flashbacks qui ne sont absolument pas explicités. Avouons que le procédé, s'il fait la part belle à ceux qui ont déjà tâté du Metal Gear Solid, peut laisser perplexe tant il se montre exclusif. Cette fois, et puisque le rappel est bien trop long pour être détaillé ici, nous nous trouvons dans un monde futuriste où la guerre est devenue banale. Les armées bataillent de plus en plus au travers des mercenaires et des nanomachines. Au milieu de ce barda, Solid Snake, plus vieux et plus décidé que jamais à traquer son ennemi eternel Liquid.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (5)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (6)

On retrouve un peu pèle mêle les mêmes protagonistes que dans le passé avec nos deux jumeaux tout comme Otacon, Naomi, Raiden ou encore le Colonel. Le récit se découpe ainsi en cinq chapitres qui font parcourir au pauvre vieux à l'échine dégénérescente un nombre de kilomètres que même Forrest Gump n'aurait pas osé infliger à sa carcasse pourtant en bien meilleur état. Du monde moyen-oriental, on saute très vite à d'autres, par exemple, plus fertiles en neige qu'en poussière désertique. Et ce voyage n'a rien d'initiatique puisqu'il doit permettre un dernier tour de chant à notre bon vieux Snake avant de faire ses adieux.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (7)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (8)




Fort comme un serpent

Toutefois, si clopin-clopant qu'on veuille bien nous le décrire dans toutes les cinématiques dans lesquelles il apparaît, le pré retraité garde une bonne dose de vitesse et d'agilité. A la limite, ce n'est pas d'un déambulateur qu'il a besoin mais d'armes et de munitions. Voyez-vous, cela tombe plutôt bien car il en dispose très rapidement, et de nombreuses en plus. Et si la série des Metal Gear Solid s'est toujours reposée sur une alternance de phases d'infiltration et de phases de tirs, la proportion d'armes disponible est encore plus importante dans ce volet. Cet élément est amplifié par la possibilité de changer de matériel grâce au menu idoine ce qui multiplie d’autant les possibilités d'équipements.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (9)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (10)

Parmi ses autres atouts, Snake possède une combinaison comme on en voit de plus en plus dans le jeu vidéo, à savoir une combi de camouflage qui fait passer le caméléon du coin pour un fumiste de première classe. Une simple pression sur le bouton triangle permet donc au pépé de se coller au mur ou à la paroi qu'il longe et que son apparence se modifie en conséquence. Cette capacité recèle toutefois ses limites puisqu'en fonction du fond le pourcentage de discrétion variera étant entendu qu'imiter un joli drapé écossais est bien moins évident qu'un vulgaire mur en torchis.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (11)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (12)

Le troisième élément qui nous a semblé donner un avantage important à Snake sur ses adversaires réside dans le MK II. On voit tout de suite les amoureux des soirées d'Ibiza et autres Dj's en tout genre se dire que le bougre peut scratcher comme un malade pour faire danser ses adversaires, mais il n'en est rien. Car le MKII est un petit robot aux milles capacités, permettant de faire du repérage mais aussi de désamorcer quelques pièges grâce à son camouflage  le rendant 100% invisible lui et sa caméra apposée par le Mister Q de service, j'ai nommé le fameux Otacon.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (13)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (14)




L'IA d'un supporteur de foot après quelques pintes

On voit donc que notre cher héros a reçu les soins qu'il mérite de la part de Kojima et de ses équipes de développement. C'est vrai après tout, on n’est pas là pour tirer sur l'ambulance et tout fripé qu'il est, il mérite un équipement haut de gamme. Malheureusement, il reste le seul qui ait eu cette faveur tant le reste des humains ou non-humains qui habitent son monde demeurent sans cerveau. On ne peut donc que se complaire une nouvelle fois de l'IA désastreuse qui fait que régulièrement on peut accumuler des montagnes de gardes au même endroit.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (15)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (16)

Pour ce faire c'est très simple, il suffit d'en tuer un. Un second vient regarder la chose, et on le tue. Puis un troisième, etc. Même si l'on milite pour le regroupement familial, c'est à la limite du squat organisé. Reste que malgré tout, et surtout malgré le fait que jouer en respectant la possibilité de le faire en low-profile et en mode prioritairement tourné vers l'infiltration au cours de certains passages, on se prend facilement au jeu. On peut donc recommencer deux fois la même map sans forcément emprunter les mêmes passages et donc rencontrer les mêmes difficultés.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (17)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (18)

En outre, si l'on peut se contenter de défricher les cartes de tout ennemi vivant, il n'est nullement interdit de tenter d'en éviter un maximum ou de les endormir, puis les transporter hors de vue de leur congénères ou bien encore d'émettre un son grâce au MKII et que les idiots se ruent en sa direction pour que vous passiez dans leur dos. Ici est laissée une immense liberté au joueur qui pourra donc faire à sa guise en de nombreux endroits. On oubliera volontairement les boss qui, s'ils donnent du piquant au jeu, sont toujours régis par le principe du "point faible/ matériel ou technique à utiliser" qui tue un peu l'affrontement.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (19)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (20)




Blockbuster graphique

Reste à vous parler de ce que nous ne faisions qu'évoquer un peu plus haut à travers les cinématiques giga-phages à savoir la réalisation technique. Et, pour tout dire, elle est époustouflante à plus d'un titre dans ce MGS 4. Tout d'abord dans la partie jeu lui-même, on reste souvent scotché à son siège devant la finesse de certains décors (pas les premiers certes). Mais tout ceci n'est absolument rien devant la richesse des cinématiques qui laisseraient penser que les gars de chez Square Enix sont des gagne-petits. Car ces phases mises en scène sont à la hauteur de ce que l'on est en droit d'attendre de la PS3.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (21)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (22)

Mais en plus, elles se montrent hyper nombreuses et infiniment longues. Cette longueur est d'ailleurs le plus gros reproche que l'on pourrait formuler à leur endroit. Il n'est pas rare que l'on pose la manette plusieurs longues minutes de suite afin de simplement contempler l'écran. Et si cela complimente les yeux, cela agace les mains, à force. Et qui dit nombreuses cinématiques dit aussi très fréquents et importants chargements. Dans notre cas, la règle est aussi bien respectée qu'un examinateur le jour du bac ce qui n'est pas des plus agréables non plus.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (23)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (24)

Mais voilà, on a beau dire que c'est trop long, que c'est trop chrono phage en chargement, que les appels au disque sont trop nombreux, qu'il faut installer une partie du jeu de temps à autres ou que sais-je encore, ce jeu conserve une part de magie qu'on ne peut lui retirer. Nombreux sont les moments ou cet agacement fait place à l'extase devant tant de prouesses. La musique vient pimenter tout cela avec une justesse et une émotion toujours au premier plan. Bien sûr, le larmoyant et le "too much" ne sont jamais très loin. Et on se retrouve quelques fois plus proches de Bollywood que des faubourgs de LA. Mais c'est le propre des œuvres racées que de diviser.


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (25)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (26)




Conclusion

On ne peut apprécier pleinement Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots que si l'on connait, ne serait ce qu'au moins partiellement, les précédents opus. C'est probablement le plus gros reproche que l'on pourrait formuler à propos de ce jeu décidément pas comme les autres. C'est aussi pour cette raison que les fans du monde entier devraient continuer à se l'arracher pour espérer appartenir à un clan que les autres ne pourront jamais appréhender de la même façon. Mais la justesse d'un tel choix laisse perplexe puisque l'intérêt d'un tel jeu n'est il pas de toucher un maximum de public ?


test metal gear solid 4 guns of the patriots image (27)     test metal gear solid 4 guns of the patriots image (28)

On ne pourra donc se montrer totalement satisfait de ce que nous proposent Hideo Kojima et ses ouailles, à savoir un jeu prenant, terriblement scénarisé, truffé de cinématiques tout aussi grandioses qu'empreintes d'émotions et à la jouabilité gratifiante mais qui se montre bien trop partial et exclusif. Comme en plus la commémoration du Saint Snake est au menu, on verse trop souvent dans le cliché et les mouchoirs font facilement place aux nez rouges et aux cotillons tellement les ficelles sont grosses.


Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots est disponible sur PS3 à partir de 59,79 €


+ Les plus
  • Cinématiques monstrueusement nombreuses
  • Ambiance générale
  • Musique au poil
  • La dernière possibilité d'incarner Snake
- Les moins
  • IA toujours aussi mièvre
  • Chargements et coupures de rythme par les cinématiques
  • Accès au scénario limité pour les novices

Notes

  • Graphisme On ne peut que se délecter de la réalisation graphique de ce jeu. Il subsiste quelques défauts qui semblent insurmontable sur PS3 comme un aliasing de temps à autres ou quelques saccades lors des cinématiques, il n'en reste pas moins qu'on se trouve quasiment tout le temps scotché à son canapé devant une telle prouesse d'ensemble. On sent que l'esthétisme de ce jeu a été pensé en profondeur. C'est sans aucun doute la raison principale de la profusion des cinématiques.
    9/10
  • Bande son Dans la lignée de la réalisation graphique, la bande son apporte son lot de satisfaction au niveau des musiques proposées tout au long de l'aventure. Les thèmes sont dignes du cinéma et on prend autant de plaisir à regarder les images qu'à les écouter. Les voix constituent cependant un léger accroc et on était en droit d'attendre bien mieux des dialogues entre les benêts qui vous font face sans sortir plus de trois mots consécutivement.
    8/10
  • Jouabilité La jouabilité demeure discutable. Si dans les premiers instants on croit retrouver Snake à ses heures passées, c'est à dire rigide, on se rend très vite compte de son erreur et des multiples possibilités que lui offrent les environnements qu'il parcoure. Mais c'est au niveau de l'IA adverse que le bas blesse franchement.
    7/10
  • Durée de vie Il faut entre quinze et vingt heures pour terminer le mode scénario de ce jeu. Mais ces heures comprennent les cinématiques qui en occupent pratiquement la moitié. La fin est à ce titre totalement frustrante. En ajoutant à cela un mode online qui comprend absolument tout ce qu'on est en droit d'attendre d'un soft online moderne et de ses modes de jeu, on tient donc une durée de vie raisonnablement longue et dans la lignée des précédentes sorties.
    7/10
  • Scénario Sa principale qualité : utiliser de nombreux passages précédemment visionnés au cours des opus antérieurs. Sa principale faiblesse : utiliser de nombreux passages précédemment visionnés au cours des opus antérieurs. En clair, totalement adapté pour les connaisseurs, totalement abscons pour les autres.
    7/10
  • Note générale Snake échappe donc à la statue qui lui était pourtant déjà préparée par tous les heureux possesseurs de PS3 et ce pratiquement pour une simple raison de scénario. Le rendant totalement exclusif, il se montre bien trop léger sur les rappels pour les pauvres joueurs qui ne connaissent pas la plupart des protagonistes. En plus, le kitch n'est jamais bien loin lorsque l'on tente de nous arracher une demi-larmichette comme les plus mauvaises œuvres du 7ème art. Il n'en reste pas moins que MGS 4 demeure une machine de guerre vidéoludique aux prouesses épatantes qui saura au moins démontrer à la terre entière ce que l'on peut faire avec un Blu-ray et une PS3 : un soft beau et jouable.
    8/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test Metal Gear Solid V : The Phantom Pain
    Mondialement connue et appréciée depuis de nombreuses années, la série Metal Gear revient sur le devant de la scène avec le très attendu Metal Gear Solid V : The Phantom Pain. Dernier volet d'Hideo Kojima suite au départ de son ...
  • Test Metal Gear Solid 5 Ground Zeroes
    Attendu depuis bien longtemps par les amateurs de la série d'Hideo Kojima, Metal Gear Solid 5 est arrivé sur nos consoles de salon. Attention toutefois, puisque cet épisode sous-titré Ground Zeroes se présente comme un prologue au ...
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
kalifff offline Hors ligne VIP icone 5310 points
Le #261041
"Accès au scénario limité pour les novices "

Je ne comprend pas du tout pourquoi c'est dans les "moins", c'est évident que ça s'adresse avant tout aux Fans et donc tous ceux qui ont dejà jouer aux precedents. C'est sensé etre le dernier et donc ça repond à des tas que questions qu'on se posé et qui restaient un peu "floue".

Je ne vois pas ce qu'il aurait pu faire pour les "novices" à part le fait de faire les premiers ou lire de très bons résumé des 3 précédents.

Vous n'allez pas commencer par regarder une serie à partir de la 3eme ou 5eme saison, ou un film regarder les 20 derniere minutes avec un "vrai" sénario complexe. Vous aurez forcement besoin d'un bon résumer pour vraiment comprendre.

L'handicapé pour ça, je trouve quand meme que le jeu merite facilement un 9 (je suis contre le fait de mettre un 10/10à un jeu). Il reçoit un 9 niveau graphismes, qui n'est pas non plus son point fort.
bagouse offline Hors ligne Héroïque avatar 785 points
Le #261061
Bonjour Kalifff

Je l'ai mis dans les points négatifs pour la simple et bonne raison que si vraiment tu es étranger aux premiers volets tu ne comprends pas la moitié du jeu.

Et ta comparaison avec une série ne me semble pas judicieuse dans le sens où il y aune donnée dans le jeu vidéo qu'il n'y a pas dans le cinéma c'est la technique. Ce que je veux dire c'est que si tu as loupé les deux premières saisons d'une série tu pourra toujours retrouver le DVD pour rattraper ton retard. Dans le cas de MGS, si par bonheur tu retrouve les précédents opus, il te faut aussi retrouver les consoles qui vont avec...Et je trouve, de mon point de vue qui n'est effectivement que le mien, que les rappels ne sont pas assez explicites pour tout suivre.

Et vraiment, je radote peut etre mais le jeu, intrinsèquement, est bon. Maintenant je ne suis absolument pas pour ce type de pratiques qui tendent à faire des groupes de gens qui se gargarisent avec des sujets auxquels les autres n'ont pas accès. C'est vrai dans plein de domaines et cela amène une sorte d'exclusion qui, en se gardant bien de tout esprit bisounours aussi, n'est vraiment pas de bon gout.

C'est valable pour le jeu vidéo comme pour l'informatique ou bien d'autres domaines.

Tant qu'à faire un bon produit autant le faire partager à tous et offrir un vrai attrait pour les retardataires. Quitte à inclure un bon gros retour en arrière à partir du menu du jeu et que les aficionados pourront allègrement passer pour se plonger dans le cœur de ce quatrième volet. D'ailleurs tu ne dis pas autre choses lorsque tu écris "Je ne vois pas ce qu'il aurait pu faire pour les "novices" à part le fait de faire les premiers ou lire de très bons résumé des 3 précédents" ce que moi je vois plus comme une cinématique qui n'aurait pas franchement changé la taille du jeu ni ostensiblement augmenté la durée des cinématiques de MGS. Tu me diras que je fais des vœux pieux, certes, mais bon à force de jouer je vis peut être dans un monde parallèle...




Kyoshiroo offline Hors ligne Héroïque avatar 693 points
Le #261441
Bonjours, je ne vais pas revenir sur de nombreux point ou je ne suis pas d'accords avec ce test, car c'est forcement un minimum subjectif et le débat serait stérile, mais je tiens à rebondir sur une chose qui m'a hérissé les poils sur la tête :

"En plus, le kitch n'est jamais bien loin lorsque l'on tente de nous arracher une demi-larmichette comme les plus mauvaises œuvres du 7ème art."

Alors là, quand même, c'est de la mauvaise fois, premièrement certaine scène sont d'un kitch assumé par Kojima, c'est de la dérision, deuxièment, et là j'insiste dessus. La réalisation des cinématiques est digne des plus grand chef d'œuvre cinématographique, alors je ne comprend pas votre phrase. Je pense qu'il n'y a pas beaucoup de réalisateur avec un style aussi bon, et aussi prononcé que Kojima, et je le comparerais facilement à un Park Chan Wook ou à un Speileberg. Étant cinéphile je trouve cela d'une très grande qualité.

Si cette phrase n'était employé que pour la larmichette, je le comprendrai un peu mieux, mais pour autant, elle n'aurait donc pas sa place dans une conclusion.

Merci.
bagouse offline Hors ligne Héroïque avatar 785 points
Le #261961
Hello Kyoshiroo

pour le kitsch, je te confirme que je parlais des larmichettes que l'on tente de nous extraire de façon bien trop voyante et qui fait penser, je maintiens, à un mauvais film.

Maintenant, je trouve effectivement, tout comme toi, que les cinématiques sont superbes ce qui justifie amplement la note graphique que j'avais mise.

Par contre je ne vois pas bien pourquoi cette phrase ne pourrait figurer dans une conclusion mais j'ai peut être loupé quelque chose dans ton propos.

Et , je trouve au contraire que ton avis serait interessant concernant les points où tu n'est pas d'accord avec mon jugement. Non que je veuille te montrer que j'ai raison (ce qui est impossible puisque, nous sommes d'accord, tout est subjectif) ou quoique ce soit de ce genre mais je trouve perso que cela enrichirait sans doute le test d'éléments qui n'y figurent pas forcément ou alors carrément d'avis contraires.

J'attache une grande importance aux avis différents puisqu'ils nourrissent le débat. Pour être honnête, les avis similaires de temps en temps me réconfortent aussi un peu...


Kyoshiroo offline Hors ligne Héroïque avatar 693 points
Le #262151
Alors, je pense tout simplement que le fait qu'il y ait parfois des moments dit "d'émotion" (et oui, j'ai pleuré, et pourtant je suis un gaillard ) et que certains de ces moments, ou le fait qu'il y en ait légèrement trop, n'est pour moi pas assez significatif pour figurer dans une conclusion, surtout qu'une conclusion est généralement ce que les gens lisent en premier (c'est con qu'en on y pense...) C'est à dire que lorsque l'on voit "comme les plus mauvaises œuvres du 7ème art." dans la conclusion on peut vite faire l'amalgame que j'ai d'ailleurs fais moi même avant que tu me répondes.


Maintenant puisque tu veux que je rentre dans le détails, analysons les notes et les annotations qui vont avec. Et après ce que moi (donc subjectif) aurait mis, en toute modestie bien entendue :

Graphisme : Entièrement d'accord, mais personnellement j'aurai mis 10 pour une raison, parce que je pense que le rendu ou le framerate ne font pas la totalité du graphisme, le style, les cinématiques, l'ambiance en font partie aussi, et ça MGS 4 le pousse à son paroxisme. Le fait qu'il y ait des cinématiques splitté jouable est aussi pour moi une avancé telle, et je le placerais dans la note graphisme.

Bande son : Là je comprend pas : "Les voix constituent cependant un léger accroc" Je vois pas de quoi tu parles, vraiment...
Avec mon ensemble 5.1, le son ma porté directement au cœur d'une guerre. Le son est somptueux, je reproche par contre à Mr Kojima de ne pas nous avoir mit du DTS qui aurait rendu l'image sonore plus dense et plus profonde.


Jouabilité : Pas d'accord en tout point. C'est le plus maniable des MGS, sauf quand il faut se coller au mur, là ça craint, je te l'accorde. Pour l'IA, je le répète, même si certains ne sont pas d'accord, jouer en Big Boss, et essayer de jouer à MGS pas à un FPS, c'est à dire en infiltration, et là on s'aperçoit que c'est franchement compliqué. Je suis en train de refaire le jeu sans alerte, sans meurtre, et là l'IA on aimerait bien qu'elle soit plus mauvaise. Pour moi 9/10 minimum.


Durée de vie : 10/10, MGS ça se vit pas une seul fois, il faut le refaire obligatoirement, au moins pour comprendre la totalité de l'histoire et le revre pleinement. En plus il y a MGO, donc 7/10, là je ne trouve pas cela objectif.


Scénario : Je mettrai 10/10 aussi, car c'est enfin un jeu avec un scénar, et oui, y'en a 1 sur 50, alors si on commence à le descendre, franchement..... Je trouve que les référence au 1 sont beaucoup trop présente, et là je suis d'accord.
Maintenant, le terme "abscon" est assez fort. MGS 4 est une suite, qui critiquerais la suite de Hereos par exemple parceque elle est faite pour ceux qui ont suivie les autres saison, c'est un faux argument. Nous nous sommes trop habituer à ce que les jeux ne racontent pas d'histoire, Kojima à donc dit Stop depuis MG 2 (ça remonte donc...)


Conclusion 21/20 pour les fan car c'est une expérience jamais vue, du tres grand art, et 19/20 pour les autres. Mais une personne qui ne connaîtrais rien de l'univers Metal Gear, je lui dirait pas forcément de l'acheter, car il n'est tout simplement pas fait pour lui. Et en même temps c'est normale c'est le 4. Cela doit il rentré en ligne de compte dans une note ? Pas au cinéma en tout cas.

Mais au fait qui a dit que MGS 4 était un jeu vidéo comme les autres ? C'est comme le dirais un rédacteur sur une site partenaire à celui ci : Une expérience interactive entre le Jeu et le Cinéma que l'on pourrait qualifier d'immersion émotionnelle interactive. je trouve que c'est bien résumé



Enfin, voilà tu as mon avis, même si à la base je n'étais pas venu pour ça. je m'en excuse.
bagouse offline Hors ligne Héroïque avatar 785 points
Le #262211
re mon cher Kyoshiroo

hé bien dis moi tu ne lésines pas sur les points. Mais au moins tu sembles avoir pris du plaisir à y jouer et c'est bien la l'essentiel non?

Merci pour ton avis, d'autant qu'il est argumenté ce qui change des "ouais je suis pas d'accord" sans aucune explicitation...

Et je ne vois pas de quoi tu aurais besoin de t'excuser: tu donnes ton avis, tes notes, tes impressions....Que je saches tu ne déclare de guerre à personne non?

Bonne soirée à toi et j'espere lire encore plein de commentaires de ta part! (oui, meme si tu n'es pas d'accord avec mes appreciations!)
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire