Malades irradiés: un logiciel en anglais source de l'erreur

Le par  |  17 commentaire(s)
radiothérapie (Small)

On se souvient de ce fait divers tragique : traités par radiothérapie (cf.

Radiotherapie small
On se souvient de ce fait divers tragique : traités par radiothérapie (cf. photo ci-contre, un homme atteint d'un cancer faisant une séance de radiothérapie le 27 mars 2003 dans un centre régional de lutte contre le cancer)  à l'hôpital Jean Monnet d'Epinal pour des cancers de la prostate entre le 6 mai 2004 et le 1er août 2005, 23 patients ont fait l'objet de surdosage, dont quatre sont aujourd'hui décédés. Dix présentent « une complication (...) sévère » et neuf subissent une « atteinte modérée », selon l'IGAS (l'Inspection Générale des Affaires Sociales). Cet organisme vient de publier un rapport (téléchargeable en fichier .PDF) très critique sur cet accident.


Bug linguistique '
Dans un premier temps, Antoine Perrin, directeur de l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH) de Lorraine, a expliqué, lors d'une conférence de presse, que l’erreur est survenue suite à une mauvaise interprétation d'un logiciel en anglais : « Le problème ne vient ni des manipulateurs ni du logiciel, mais de l'interprétation et de la transmission du logiciel. » Réaction immédiate des centres hospitaliers : le logiciel « incriminé » sera changé à Epinal et dans cinq autres centres de radiothérapie où il est utilisé en France, « par principe de précaution », dixit Antoine Perrin.

Ensuite, le rapport de l’IGAS, rédigé en collaboration avec l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), fait état de « défaillances que l'on ne croyait plus possible dans la gestion de la crise » au niveau local, avant de reconnaître que les « différents maillons de la chaîne sanitaire (...) ont tous successivement lâché ». Quelques extraits de cette enquête : « Au lieu d'être correctement appréciés, les effets de l'accident ont été constamment minimisés (...) Les personnels hospitaliers concernés ont considéré que tout malade dont on n'avait pas de nouvelle allait forcément bien et que lorsqu'ils étaient informés d'une complication, il n'y avait plus rien à faire. »


Symbole nucleaire radioactivite small
Réactions incohérentes
De plus, l’administration hospitalière est pointée du doigt par rapport à l'absence d'information des malades et, comble d’ineptie, certains patients ont été exposés à « des errances diagnostiques ainsi qu'à des examens inutiles, voire formellement contre-indiqués ». Conséquence de ces erreurs successives, 10 patients ou leurs familles ont déposé plainte pour homicide involontaire ou blessures involontaires.

Au niveau gouvernemental, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a décidé d'engager « immédiatement » des procédures administratives et disciplinaires contre les « responsables administratifs et médicaux ». Ainsi, « à titre conservatoire les deux radiothérapeutes et le radiophysicien » seront suspendus. Morale de l’histoire : les cours d’anglais requièrent encore plus d’attention que les SVT…
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #160574
« Le problème ne vient ni des manipulateurs ni du logiciel, mais de l'interprétation et de la transmission du logiciel. »

c est quand meme le manipulateur qui fait l'interpretation...

Where is ze cat, ze cat is in ze kitchen
Le #160575
Pour ce genre de logiciel, c'est quand même fou d'utiliser un truc en anglais, et encore pire pour le personnel de l'utiliser sans comprendre la signification des textes....

@tchang : le coup de la "transmission" du logiciel c'est fort aussi Limite si ils essayent pas de dire que c'est de la faute du logiciel si il est en anglais et qu'ils l'ont quand même utilisé.
Il transmet rien d'incorrect, c'est l'utilisateur qui comprend pas la langue. Quand on sais pas, on appuie pas sur les boutons, surtout dans le milieu médical....


@Toviraaj A : c'est "les SVT" et non "le", vu que ce sont les sciences
Le #160577
@ Chitzitoune : merci, j'avais un doute. Rectifié.

Bonne journée à tous

Toviraaj
Le #160579
Inconcevable que l'on utilise un logiciel en anglais dans un centre hospitalier français, l'anglais est certes une langue compréhensible mais tout le monde sait que le vocabulaire technique (quel qu'il soit) est difficilement traductible et donc source d'erreur potentielle.
L'erreur humaine est difficilement pardonnable lorsqu'elle met en jeu la vie de personnes.
Le #160581
Tilt56 >L'anglais est quand même trés utilisé dans certains domaines médicaux. Par exemple, il n'existe quasiment aucun livre en francais qui traite de la biologie du cheval autrement que de maniére superficielle (le seul qui existe à ma conaissance est une traduction d'un livre en anglais) S'ils ont eu leurs cours en anglais et qu'ils s'en sont sorti alors il n'est pas abérant de les voir utiliser un logiciel en anglais.
Par contre s'ils ont eu les formations et toutes les documentations en francais, là c'est sur que c'est totalement abérant de les voir utiliser des logiciels en anglais pour des interventions aussi sensibles.
Anonyme
Le #160583
Tilt56 12/03/2007 à 10h32 Assez d'accord avec toi, mais le plus grave (vraiment très grave) est le fait d'avoir voulu minimiser les conséquences de ces erreurs. Je n'ose imaginer la souffrance de la famille
et du malade quand en plus ils n'ont pas été cru par les autorités médicales. Errare humanum est, perseverare diabolicum.
Le #160584
Je serai curieux de voir quels sont les mots en anglais, formules, etc... qui ont prêté à l'erreur.
Ayant été victime d'une petite erreur chirurgicale (peanuts), je compatis avec les victimes.
Le #160593
c'est du grand n'importe quoi... depuis quand du personnel hyper-qualifié ne connait pas l'anglais' Excuse bidon qui signifie simplement qu'ils ont du parcourir le manuel trop vite fait.
"comment ca' C'est pas le même fonctionnement que l'ancien modèle'"

Au pire sur du tel matériel quand tu as un doute et bien tu t'abstients.
Le #160616
@fouloup : personnel qualifié et parler anglais vont pas forcement ensemble hein.

Suivant le milieu, l'anglais est tout simplement inutile. Et pour la quasi totalité des gens qui bossent localement, le peu qu'ils ont appris, ils l'oublient très vite vu qu'ils s'en servent pas.

J'ai bossé dans un hopital, et les 3/4 des infirmières ne parlaient pas un seul mot d'anglais, et ça paniquait quand y'avait un message d'erreur en anglais (saleté de logiciel à moitié traduit ).

Y'en a déja un paquet qui ont du mal avec des trucs genre "play" ou "scan", alors les termes techniques.....

Parler une langue n'a jamais été un signe d'intelligence ou de compétence dans un domaine qui n'a rien à voir avec cette langue. C'est pourquoi le français devrait etre obligatoire dans de tels endroits.
Le #160640
Ce qui m'étonne dans cette histoire c'est que la loi de notre "vieil ami Mr AllGood" stipulait l'interdiction de commercialiser en France des produits dont le mode d'emploi n'est pas en français.... la loi n'aurait donc pas été respectée dans les hopitaux français...' pour économiser 3 francs 6 sous à l'époque et le payer chèrement aujourd'hui en vies humaines'
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]