ALIAS : un module de pilotage automatique capable de remplacer 5 membres d'équipage

Le par  |  6 commentaire(s) Source : Darpa
ALIAS Darpa

La technologie embarquée dans les avions de ligne est toujours de plus en plus importante et pointue, mais il est un système qui voit son évolution stagner depuis plusieurs années : le pilotage automatique. Mais la donne pourrait changer puisque la DARPA se penche actuellement sur le sujet.

Le pilote automatique embarqué dans les avions n'est pas réellement une solution permettant aux avions de se passer d'un véritable équipage de bord. Pour faire simple, il permet de maintenir un avion à une altitude donnée, de suivre un cap et de maintenir une certaine vitesse. Sa fonction principale est de permettre aux pilotes de se reposer pendant les phases les plus monotones des vols long-courriers, mais il se révèle incapable de procéder à des manoeuvres en dehors d'assister les pilotes à l'atterrissage.

ALIAS Darpa La DARPA estime ainsi que le pilotage automatique des avions de ligne n'est pas adapté aux différentes manoeuvres que peuvent avoir à effectuer les avions militaires et développe ainsi son propre système automatisé qui serait capable de remplacer jusqu'à 5 membres d'équipage à lui seul.

Équipés de ce système, les avions auraient toujours besoin d'un pilote, notamment pour prendre certaines décisions, mais sa fonction serait alors plutôt celle d'un commandant de bord que d'un véritable opérateur. Le système dévoilé par la DARPA se prénomme ALIAS ( Aircrew Labor In-Cockpit Automation System ) et est développé pour s'intégrer à plusieurs modèles d'avion.

Cela implique qu'un officier habitué aux procédures d'ALIAS pourra passer d'un avion à l'autre et même au pilotage d'un hélicoptère sans avoir à connaitre le pilotage de l'ensemble des dispositifs mis à disposition par l'armée.

Le système sera capable de faire décoller et atterrir les aéronefs équipés, et de transporteur et d'acheminer hommes et matériel vers des coordonnées indiquées par le commandant de bord. La DARPA espère ainsi que les effectifs seront davantage focalisés sur les objectifs de mission que sur le pilotage et que le système pourra également mettre un terme relatif aux formations trop longues et couteuses proposées par les écoles de pilotage.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1732672
... et rendre l'homme de plus en plus dépendant de la machine...
Le #1732942
... et faire la guerre en slip, tablette en main, tout en attrappant d'un doigt gourd une pinã colada fraiche, posée de travers, sur le bar-boudin de la piscine.
Le #1732982
paralax a écrit :

... et faire la guerre en slip, tablette en main, tout en attrappant d'un doigt gourd une pinã colada fraiche, posée de travers, sur le bar-boudin de la piscine.


Ouai et quand l'ennemi à dégommer tes gadgets et se trouve à ta porte, tu fais comment pour te défendre ? MDR
Le #1733132
paralax a écrit :

... et faire la guerre en slip, tablette en main, tout en attrappant d'un doigt gourd une pinã colada fraiche, posée de travers, sur le bar-boudin de la piscine.


Tu es bien plus proche de la vérité que tu ne le pense.

Je crois me souvenir avoir lu il y a quelques mois, que certains drones américain sont dirigé depuis un centre de commandement sur le sol américain.

Les opérateurs (pilotes des drones) se lèvent le matin, embrassent femmes et enfants avant d'aller au "boulot", effectue leur journée de travail (lancer un ou 2 missiles predator sur des cibles désignées par le commandement ), retrouvent femmes et enfants après une journée de labeur.

Maintenant avec la démocratisation du télétravail, faire ce jobs en slip de bain au bord de la piscine, iPad en main ne me surprendrait même plus.
Le #1769272
c'est la fin. terminator
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]