Conditions de travail chez Amazon : il faudrait " être cinglé " pour rester dans une telle entreprise

Le par  |  19 commentaire(s)
Entrepot Amazon

Selon Jeff Bezos, il faudrait " être cinglé " pour rester dans l'entreprise qui est décrite par un article paru dans la presse et qui n'est pas la sienne.

Amazon Fire PhoneLe géant de la distribution en ligne Amazon est une nouvelle fois pointé du doigt pour les conditions de travail qu’il impose à ses employés.

Dans un article publié ce dimanche, le New York Times révèle en effet quelques témoignages concernant une forte concurrence en interne et un darwinisme poussé à l’extrême. Productivité maximale oblige, les collaborateurs seraient ainsi invités à se torpiller entre eux, lors des réunions où il faut démonter les idées des collègues ou par le biais des missives secrètes commandées par la hiérarchie. Toujours dans une logique de productivité, pas question d’avoir la moindre empathie pour les collaborateurs les plus faibles, que ce soit à cause d’une maladie ou de problèmes personnels. Ceux-ci seraient mis à l’écart, humiliés via des classements et poussés le plus rapidement possible vers la sortie. Enfin, e-mails et SMS de dernière minute ne seraient pas exceptionnels. La pression en interne serait tellement forte que tout collaborateur aurait pleuré " au moins une fois ", d’après l’un des 100 employés ou ex-employés cités.

jeff bezosLa direction d’Amazon n’a pas tardé à réagir. Dans un mémo interne envoyé aux 150 000 collaborateurs qui a fuité dans la presse, Jeff Bezos a indiqué ne pas reconnaître son entreprise et invité les salariés au courant de telles pratiques à lui en faire part ou à se tourner vers les ressources humaines. Le fondateur et patron a par ailleurs indiqué qu’il faudrait " être cinglé " pour rester dans l’entreprise décrite. Lui-même en partirait. Sur son profil LinkedIn, Nick Ciubotariu parle de son côté d’une enquête bâclée et orientée. Peut-être suggère-t-il une attaque pour déstabiliser la concurrence. Depuis deux ans, Jeff Bezos détient en effet le Washington Post, concurrent direct du New York Times. Selon lui, aucun travail de nuit ou travail le week-end ne lui aurait été imposé depuis les 18 mois de présence. S’il confirme travailler dur et être au courant des vieux dossiers, il dit aussi s’amuser. Le cadre précise par ailleurs qu’il s’agit d’une réponse spontanée et non commandée par ses supérieurs. La Toile s’en est aussi mêlée, avec des clients qui ont manifesté leur colère en promettant de ne plus passer par les services d’Amazon et d’autres qui ont soutenu la société en suggérant que les entreprises ne sont pas des garderies pour adultes et qu’elles ont besoin de gens motivés pour s’en sortir.

Quoi qu’il en soit, cela n’empêche pas Amazon d’aiguiser l’appétit des investisseurs. Le cours du titre en Bourse n’a jamais été aussi haut ces temps-ci et son fondateur fait désormais partie des plus grandes fortunes du high-tech avec près de 48 milliards de dollars.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1855379
Bonjour l'ambiance, boite de m.....e!!
Le #1855383
mouai enfin, si c'est réellement vrai parce que les articles de ce genre, c'est toujours à prendre avec des pincettes ...
Le #1855385
Perso, ça ne m'étonne pas ; surtout pour le torpillage...
Le #1855394
Ceux qui connaissent le parcours et les valeurs de Bezos savent qu'il est tout à fait improbable qu'il dirige sa boite de la manière dont cela est rapporté. D'ailleurs on attend toujours les décisions de l'inspection du travail et/ou de la justice ici ou ailleurs concernant ce soit-disant problème si redondant, si grave et si répandu qu'il faille en discourir régulièrement pour tromper les gogos.

Les conditions de travail chez Amazon, c'est comme la majorité des pseudo-problèmes de nos jours (obsolescence programmée, climat, etc) : personne ne les a jamais vu mais tout le monde a un avis dessus.

Goebbels serait fier : la propagande et ses séides a de beaux jours devant elle.
Le #1855411
tmtisfree a écrit :

Ceux qui connaissent le parcours et les valeurs de Bezos savent qu'il est tout à fait improbable qu'il dirige sa boite de la manière dont cela est rapporté. D'ailleurs on attend toujours les décisions de l'inspection du travail et/ou de la justice ici ou ailleurs concernant ce soit-disant problème si redondant, si grave et si répandu qu'il faille en discourir régulièrement pour tromper les gogos.

Les conditions de travail chez Amazon, c'est comme la majorité des pseudo-problèmes de nos jours (obsolescence programmée, climat, etc) : personne ne les a jamais vu mais tout le monde a un avis dessus.

Goebbels serait fier : la propagande et ses séides a de beaux jours devant elle.


Marrant. Moi j'ai vu un reportage en caméra cachée dans un entrepôt Amazon il y a quelques mois et ça ressemblait bien à ça...

L'obscurantisme a de beaux jours. Aller jusqu'à nier les problèmes de climat, moi je dis chapeau bas ! Comme quoi les neurones, tout le monde ne s'en sert pas...
Le #1855420
Là on parle de condition de travail au USA, donc, cela semble bizarre que les personnes restent au vu de la pression.
Au USA, il est quand même plus facile de changer de job que par chez nous.

Dans tout travail, il y a des pressions sur les employés. Souvent le fait de petit chefs et sans que les cadres sup soient au courant. Avec le chomage en France et belgique, je ne serais pas étonner que cela soit le cas dans les entrepots amazon en france.

Après, les employés ont besoin de leur salaire, donc supporte des fois au risque de leur santé la pression
Le #1855421
Sicyons a écrit :

tmtisfree a écrit :

Ceux qui connaissent le parcours et les valeurs de Bezos savent qu'il est tout à fait improbable qu'il dirige sa boite de la manière dont cela est rapporté. D'ailleurs on attend toujours les décisions de l'inspection du travail et/ou de la justice ici ou ailleurs concernant ce soit-disant problème si redondant, si grave et si répandu qu'il faille en discourir régulièrement pour tromper les gogos.

Les conditions de travail chez Amazon, c'est comme la majorité des pseudo-problèmes de nos jours (obsolescence programmée, climat, etc) : personne ne les a jamais vu mais tout le monde a un avis dessus.

Goebbels serait fier : la propagande et ses séides a de beaux jours devant elle.


Marrant. Moi j'ai vu un reportage en caméra cachée dans un entrepôt Amazon il y a quelques mois et ça ressemblait bien à ça...

L'obscurantisme a de beaux jours. Aller jusqu'à nier les problèmes de climat, moi je dis chapeau bas ! Comme quoi les neurones, tout le monde ne s'en sert pas...


C'est clair que mélanger les conditions de travail chez Amazon avec les "Climate Change deniers" en saupoudrant le tout d'un point Godwin pour finir, y'a du level niveau débat.
Le #1855424
Avec ces millions/milliards de bénéfices ils pourraient engager encore plus de personnels plutôt que de les torturer !

Heureusement que je fais mes achats sur LDLC...
Le #1855425
Diviser pour mieux régner. Rien de neuf.
Le #1855427
Si je vivais dans un monde de bisounours, je croirais volontiers Jeff Bezos.

Bon, étant donné que je vis dans le monde réel ....
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]