Raids en Italie : Anonymous réfute tout démantèlement

Le par  |  2 commentaire(s)
Anonymous

Après une trentaine de raids menés en Italie et en Suisse, Anonymous communique pour minimiser l'impact et réfute tout démantèlement.

AnonymousMardi, les autorités italiennes ont annoncé la conduite d'une trentaine de raids policiers en Italie et un en Suisse qui ont abouti à l'arrestation d'une quinzaine de personnes. Parmi elles, un hacker suisse-italien de 26 ans - connu sous le pseudonyme de Phre - est suspecté d'être un membre influent du groupe de cyberhacktivistes Anonymous.

La branche italienne d'Anonymous est soupçonnée d'avoir organisé des attaques par déni de service distribué à l'encontre de plusieurs sites Web gouvernementaux. Parmi les autres victimes présumées, on retrouve aussi le sénat italien, le régulateur national italien des télécoms, la société d'énergie ENI, le diffuseur Mediaset ( propriété de Silvio Berlusconi ).

Phre aurait eu un rôle majeur dans ces diverses attaques et le choix des cibles, puisque c'est à lui qu'aurait incombé la décision finale pour autoriser ou non une cyberattaque. Le plus jeune des interpellés a 15 ans. Il aurait eu pour mission de réaliser des tests d'intrusion afin d'évaluer la sécurité de systèmes avant attaque.

Ces arrestations en amèneront peut-être d'autres, notamment grâce au matériel informatique et documents saisis. Les peines encourues peuvent aller au-delà de cinq ans de prison. Ce n'est pas la première fois que de telles actions sont menées. Des opérations policières ont déjà eu lieu aux USA,  Royaume-Uni et en Espagne.

Dans un communiqué, Anonymous dément les informations de la presse selon lesquelles son réseau en Italie a été entièrement démantelé et que son leader a été arrêté. " C'est impossible. […]  Anonymous n'a pas de leaders, pas de structure. […] Ceux qui ont été arrêtés ne sont pas de dangereux hackers comme les médias les appellent, mais des gens comme vous. Ils ont été arrêtés alors qu'ils protestaient pacifiquement pour leurs et vos droits ".

Les Anonymous italiens promettent des représailles à l'encontre de la police transalpine. On peut en tout cas se demander si de telles opérations policières sont de nature à faire réfléchir à deux fois ceux qui sont tentés de prendre part à des actions de type DDoS sous l'étendard Anonymous.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #803821
Si les personnes arrêtés sont des bons comme les autorités prétendent qu'ils sont on ne devrait rien trouver de compromettant chez eux.
C'est un minimum pour un hacker/cracker de haut vol de chiffrer, d'utiliser des VM chiffrées ainsi que des accès du voisinage (et non le sien).

D'un autre côté promettre des représensailles tout en affirmant que les personnes arrêtées ne font pas partie du groupe c'est quelque peu incohérent.

db
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]