Antennes-relais : les moratoires des mairies rejetés

Le par  |  1 commentaire(s) Source : Les Echos
AntenneRelais

Les moratoires décidés par les mairies contre l'implantation de nouvelles antennes-relais au nom du principe de précaution se voient déboutés par les tribunaux administratifs.

AntenneRelaisLe débat concernant les effets potentiels des radiofréquences émises par les antennes-relais sur la santé humaine s'est durci en 2009, encore plus depuis que certaines décisions judiciaires ont donné raison aux plaignants, généralement au nom du principe de précaution.

L'implantation de nouvelles antennes-relais étant de plus en plus mal vue et faisant l'objet de contestations plus fréquentes, certaines municipalités ont voulu déposer un moratoire sur de nouvelles installations, en attendant d'en savoir plus grâce à de prochaines études ( celle de l' Afsset en particulier ) ou en espérant une modification des conditions de fonctionnement de ces dispositifs, qui en réduirait fortement la puissance d'émission.


Bloqués par les tribunaux administratifs
Cependant, note le journal Les Echos, les moratoires ont tous été rejetés par les tribunaux administratifs saisis par les préfets. Les élus, fortement sollicités par les citoyens inquiets, cherchent des moyens pour calmer les esprits et, qui sait, éviter une nouvelle affaire sanitaire, mais ont peu de marge de manoeuvre.

La fameuse limite d'exposition maximum de 41 volts / mètre est au coeur du débat, les associations ( et désormais certaines mairies, prête à en expérimenter l'idée ) militant pour la faire passer à 0,6 volt / mètre, comme cela existe déjà dans d'autres pays européens.

Et si les municipalités se voient empêchées d'agir au niveau administratif, elles comptent sur l'organisation des citoyens en associations, pouvant porter les affaires au civil, pour refuser les nouvelles implantations. Les affaires de ces derniers mois ont montré que la stratégie est payante, à défaut d'être justifiée par autre chose qu'une angoisse collective, les émissions des antennes-relais n'étant pas reconnues officiellement comme un danger potentiel pour la santé humaine.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #510491
Excellent, bravo à ce monsieur !
Le réseau associatif sera là pour l'aider dans sa contre-attaque.
Il faut absolument forcer les opérateurs français à limiter le champ électrique à 0,6 V/m.
41V/m c'est énooorme !
Alors bien entendu, réduire les champs impose d'installer davantage d'antennes et ça, les opérateurs ne veulent ABSOLUMENT pas car cela grignoterait leur marge et impacterait patati patata leur marge de manoeuvre pour l'évolution des réseaux, la résistance à la concurrence (qui n'existe pas en France), etc, etc.
Et pourtant, déployer un réseau de femtocells intégrées aux Box de particuliers et d'entreprise n'irait pas forcément contre la licence (en terme de qualité, de dimension de déploiement) et serait bien plus électro-compatible (et magnéto [*]) avec l'être humain.

db

[*] On parle toujours du champ électrique mais très rarement du champ magnétique qui lui est associé. Et pourtant, les champs magnétiques sont tout autant sinon plus dangereux pour le vivant.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]