Steve Jobs s'explique sur les erreurs comptables d'Apple

Le par  |  14 commentaire(s)
Steve Jobs en costume

On n'a décidément pas fini d'entendre parler de l'affaire des stock-options, outre-Atlantique : après Dell, dont la cotation en bourse pourrait être suspendue prochainement, c'est au tour d'Apple de reconnaître qu'il s'est laissé aller à quelques errements comptables.

On n'a décidément pas fini d'entendre parler de l'affaire des stock-options, outre-Atlantique : après Dell, dont la cotation en bourse pourrait être suspendue prochainement, c'est au tour d'Apple de reconnaître qu'il s'est laissé aller à quelques errements comptables.


La faute à pas-de-chance '
Steve jobs costumeSeuls les initiés et les spécialistes connaissent son nom, et il aurait certainement préféré rester anonyme encore un peu, mais Fred Anderson est--était--membre du Conseil d'Administration d'Apple, chez qui il avait occupé de 1996 à 2004 les fonctions de Directeur Financier.

C'est sans doute à ce titre qu'il sera entendu par la Justice américaine dans le cadre du scandale naissant des stock-options, ces actions offertes en guise de rémunération annexe à certains cadres des entreprises américaines, et dont les conditions d'acquisition font l'objet d'une enquête de grande ampleur de la part de la Securities and Exchange Commission, l'autorité de régulation boursière américaine.

Pour mieux assurer sa défense, et ne pas nuire plus avant à l'image d'Apple, Fred Anderson a donc quitté son poste au Conseil d'Administration de la firme de Cupertino, tandis que cette dernière reconnaissait, par la voix de son bouillant PDG, Steve Jobs, que le principe d'attribution de stock-options chez Apple n'avait pas toujours fonctionné dans la transparence. Il apparaît ainsi que des stock-options attribuées en quinze occasions entre 1997 et 2002 porteraient des dates d'acquisition antérieures aux dates auxquelles les écritures auraient été approuvées par le Conseil d'Administration de la firme. 1997 se trouve en outre être l'année où Steve Jobs a été rappelé aux manettes d'Apple, sans qu'un quelconque lien puisse être établi entre les deux évènements.

Steve Jobs reconnaît d'ailleurs avoir eu connaissance de ces pratiques doûteuses, sans en avoir bénéficié à titre personnel. Il déclare ainsi : "Je présente mes excuses aux actionnaires et employés d'Apple pour ces problèmes, qui sont survenus alors que j'étais aux commandes. Ces soucis ne sont en aucun cas révélateurs des méthodes d'Apple." Reste à savoir comment le public, et donc les acheteurs (sans parler des futurs actionnaires) interprèteront cette dernière phrase...
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #135088
Pourquoi faut il toujours que tu rendes ridicule les articles que tu écris avec LA phrase de trop qui visiblement d'apres toi est obligé d'etre écrite "Reste à savoir comment le public, et donc les acheteurs (sans parler des futurs actionnaires) interprèteront cette dernière phrase...".

Sincèrement qu'est ce que les acheteurs, donc publics en ont à faire de ce qui se passe chez Cupertino ''' Le public veut de beaux et bons ordinteurs point final. Actuellement ont les a avec Apple, je ne vois pas en quoi les phrases de Steeve Jobs pourraient être interpretées d'une maniere qui ferait que le public ne voudrait plus acheter d'ordinateur Apple .... Ne pouvais tu pas te liimiter à "Reste à savoir comment les futurs actionnaires interprèteront cette dernière phrase..." '

C'est vraiment agacant !

Eban
Le #135089
Cher Eban,

Je comprends ton désarroi, et vais donc m'employer à t'expliquer, en termes simples, pourquoi cette phrase est pleinement justifiée : imagine (non, pas "all the people", on verra cela plus tard...) que tu sois sur le point d'acheter un bien de consommation d'une certaine valeur, fusse un ordinateur à 3.000 euros ou une voiture à 15.000 ; supposons que tu apprennes, par le plus grand des hasards, ou grâce à un magnifique article comme celui que tu critiques avec tant de véhémence, que le fabricant de l'objet que tu convoites connaisse des soucis financiers. Peux-tu honnêtement (et j'insiste sur ce dernier mot) m'assurer que cela n'aura AUCUNE incidence sur ta décision d'achat...' N'y réfléchiras-tu pas à deux fois avant de donner une belle somme à une entreprise qui pourrait bien ne plus exister dans un an, ou perdre son indépendance ' Si ta réponse est positive, j'envie ton courage et ton goût du risque, car personnellement, j'hésiterais.

Et puis, peut-être que le public a simplement envie--et besoin--de savoir ce qui se trame dans les état-majors des principaux fabricants mondiaux d'ordinateurs... Après tout, Apple n'est qu'un nom parmi d'autres sur la liste des entreprises qui se retrouvent dans le collimateur de la justice US.

Enfin, nombreux sont ceux qui sont à la fois acheteurs et actionnaires de ces mêmes firmes. Crois-tu qu'ils se sentent concernés ' Il me semblait, bien, aussi...
Le #135097
Tant qu'il avait Apple Works de lancé, il aurait pu rediger un courrier d'excuse pour la gestion du wifi dans 10.4.8 ...
Le #135103
haaaaaaaaaaan Eban !
Tu vas t'en remettre ' t'es sur que ça va '
Respire respire tout ira bien . . .
Je crois que c'est toi qui est ridicule la ....
Le #135131
Cher AngeGabriel,

Je ne dis en aucun cas que le public n'a pas envie/besoin de savoir ce qui se passe chez les fabricants, moi même si j'ai lu cet article c'est forcément que son titre m'a interpellé, je dis juste que dans le cas présent, cet article bien précis, je ne vois pas en quoi le fait de savoir qu'il y a des magouilles de stock options chez Apple va me faire hésiter à acheter un produit Apple. Toutes les entrprises internationnales comme Apple, Microsoft etc ... font et ont régulierement des problèmes de magouilles financieres.

Comme je l'ai écris précédemment ton article aurait pu très bien se finir par "Reste à savoir comment les futurs actionnaires interprèteront cette dernière phrase..." car dans le cas présent je ne vois pas en quoi cette histoire peut faire chutter les ventes d'ordinateurs Apple.



Pioluu: Il est vrai qu'avec ta remarque tu remontes le niveau d'intelligence et que tu es loin très loin du ridicule Et que ton post est très constructif tout comme celui de Panurge, tout à fait dans le sujet de l'article. Si mon post destiné à AG ne te plait il serait bien s'essayer d'y répondre avec un minimum de rapport avec l'article, ne crois tu pas '
Le #135151
Cher Eban (on va les marier, ces deux-là, dis donc...),

J'ai cru comprendre en effet que tu reprochais à mon article son manque de concision, surtout vers la fin. Je crois que tu te trompes quant aux attentes du public à l'égard de ce genre d'information, car à chaque scandale financier, outre-Atlantique, c'est la même chanson : le pékin moyen n'était au courant de rien, et se prend un grand coup de pied dans le porte-feuille d'actions... Parfois, même (souvent, en fait), ledit pékin moyen se transforme en pékin moyen ruiné, car il avait placé ses économies en bourse, croyant, à tort, évidemment, que tous les dirigeants de grandes entreprises sont des gens honnêtes...

Un seul mot suffit à résumer ce genre d'affaire : ENRON...

Alors peut-être que vu d'ici (j'ignore où tu te trouves, mais je suppose, peut-être à tort, que tu habites en France), l'affaire paraît anecdotique, ou réchauffée, mais je peux t'assurer qu'aux States, c'est en train de faire du bruit : on parle ici d'amendes qui se chiffrent en dizaines de millions de dollars US, et de peines de prison ferme. Et la liste des boîtes touchées contient des noms comme Dell Computer, Apple, Novell, CableVision, Hewlett-Packard, pour n'en citer que quelques uns...

Selon toi, devrions-nous nous restreindre à évoquer des sujets franco-français ' Parce qu'en France aussi, HP, Apple, Dell, Novell and co vendent leurs produits ; pour CableVision, je te l'accorde, en revanche... Promis, je n'en parlerai plus...
Le #135161
HE !!!! AG tu m'a piqué mon comm avec ENRON !!! (Pour memoire http://www.monde-diplomatique.fr/dossiers/enron/)

Effectivement les temps sont durs pour la nouvelle technologie aux USA.
Les Boards des entreprises High-tech semblent croirent que leur secteur d'activité echappe aux regles en vigueur dans le monde de la finance. Defauts de fabrications, sous-traitance guere reluisante, gestion comptable catastrophique, dirigeants se croyant intouchables, la liste s'allonge et ne semble jamais devoir s'arreter...
Les employés d'Apple doivent etre ravi de voir leur retraite partir en fumée (par le biais des fonds de pensions, comme chez ENRON)
Toutes ces affaires se traduisent souvent par des restructurations pour faire face ... et pas seulement aux USA. Des emplois en moins c'est aussi des clients en moins, une confiance perdue et un desastre en terme d'image. Surtout pour une entreprise comme Apple, qui mise enorment sur son coté alternatif et "djeunz". Bref de beaux brainstorming en perspective a Cuppertino !
Le #135193
AngeGabriel

Franchement ton article c'est du bof quand même... je sais pas fallait le faire en vidéo style scarface avec un Steve Jobs prenant sont rail de Ipod réduit en poussière avec de ce lancé dans sont dernier combat contre l'autorité américaine de régulation boursière...

C'est ca que te reproche Eban tu es trop terre a terre tu ne fait que retranscrire une inquiétude de beaucoup d'actionnaire mais on sans fout de leur vie ils peuvent crever on veut juste acheter un mac


Ps: j'sais mon humour noir est parfois un peux trop noir pour être drôle
Le #135204
Ah que merde j'ai gaffé. Manque de chance ça s'est vu. Faut que m'excuse donc.
db
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]