ARCEP : pour la santé, le réseau Wi-Fi contrôlé

Le par  |  7 commentaire(s)
antenne wifi

Le doute ne semble plus permis concernant la nocivité des ondes Wi-Fi qui dans nos foyers, dans la rue ou bien dans les cafés nous entourent de plus en plus.

Le doute ne semble plus permis concernant la nocivité des ondes Wi-Fi qui dans nos foyers, dans la rue ou bien dans les cafés nous entourent de plus en plus. L'ARCEP, l'autorité de régulation des télécoms est catégorique : à l'heure actuelle, il n'y pas de danger pour la santé concernant les ondes électromagnétiques du Wi-Fi. Dans le respect des normes s'entend...


La suspicion demeure
Antenne wifiOndes et santé ont fait l'objet de plusieurs annonces ces dernières années dans la presse et sur notre site. Ce qui a souvent donné de nombreux commentaires parfois alarmistes et souvent apaisants.

Le principe de précaution semble en tous cas ne pas s'appliquer en matière de nouvelles technologies puisque les appareils Wi-Fi comme GSM sont de plus en plus nombreux et font désormais partie de notre quotidien, surtout dans les grandes agglomérations.

Les autorités sanitaires, les opérateurs et les associations de consommateurs ont bien réalisé des études sur le sujet pour évaluer le degré de toxicité des ondes dans notre environnement mais rien ne peut encore aujourd'hui faire pencher la balance vers l'un ou l'autre camp, détracteurs des ondes comme fervent défenseurs d'un réseau sans fil généralisé.


La réglementation est respectée
Si pour le GSM (le téléphone portable) les choses ne sont toujours pas claires, du côté du Wi-Fi qui n'oeuvre pas dans les mêmes fréquences, l'ARCEP a voulu s'assurer du respect des normes en vigueur tant l'extension du réseau prend aujourd'hui des dimensions importantes. Une étude approfondie a été confiée et menée par Supélec, l'école supérieure d'électricité. Les mesures et analyses des niveaux des champs électromagnétiques engendrés par les RLAN qui fonctionnent à 2,45 GHz et sur des points d'accès situés dans la capitale n'ont pas révélé de danger manifeste. Au niveau réglementaire, les constructeurs et les installateurs ont bien respecté leurs engagements et ne sont nullement en infraction par rapport aux limites maximales définies (décret n° 2002-775 du 3 mai 2002). Egalement réalisées en simulation, les mesures n'ont révélé aucune toxicité.

Merci l'ARCEP, nous voila rassurés.

Lire le rapport de l'ARCEP.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #164813
L'étude est intéressante, même si elle ne concerne que l'aspect électromagnétique.

"Au niveau réglementaire, les constructeurs et les installateurs ont bien respecté leurs engagements et ne sont nullement en infraction par rapport aux limites maximales définies (décret n° 2002-775 du 3 mai 2002)."

Parcequ'ils ne savent pas ou chercher ! Sur votre photo ce serait pas une 24 dbi par hasard '''

C'est bien beau de faire des études sur le wifi limité volontairement a 100 mW de PIRE pour ne pas concurrencer des réseaux commerciaux a licence... Mais quand vont venir les études sur ces réseaux '''
Le #164831
RDV dans 30 ans pour voir s'ils avaient tout prise en compte dans leurs tests ....

Mais je suis clairement + rassuré par du wifi que par du GSM...me demandez pas pq, sans doute la puissance, le fait de pouvoir l'eteindre (mm si on subit celui des voisins).

Dreamer
Le #164844
mince Dreamer m'a devancé... on s'était dit rendez-vous dans 30 ans... même jour même heure autre wi-fi...
Le #164864
Dans le domaine industriel, surtout quand il y a des multinationales dans le coup, le principe de précaution c'est "on applique pendant 30 ans, puis on compte les malades et les morts et si le pourcentage de pertes ne dépassse pas celui des militaires on adopte définitivement"
Il faudrait peut-être aussi vous inquièter des OGM qu'on vous colle en douce avec la bénédiction de Bruxcelles, il est ou le principe de précautions '
Le #164873
Et pourquoi 30 ans ' Simplement parceque ca laisse le temps aux pov'industriels d'écouler leur cam... Faut bien amortir la R&D et enrichir 30 générations... Sans compter les emplois (argument politique)
Anonyme
Le - Editer #174062
l'arcep pretend :

"Au niveau réglementaire, les constructeurs et les installateurs ont bien respecté leurs engagements et ne sont nullement en infraction par rapport aux limites maximales définies (décret n° 2002-775 du 3 mai 2002). "

ce qui est un mensonge grossier , l'article de loi applicable est l'article L32 du code des postes et communication et notamment les principales exigences mentionnées au 12° (transposition en droit francais de la directive dite RTTE)

Toutes les principales exigences doivent être respectées dont : la compatibilité electromagnétique et garantir la santé des personnes.


l'obligation de respect de la compatibilité électromagnétique ne peut se faire que par le respect de la limite de 3V/m correspondant au niveau d'immunité des appareils electroniques a usage medical utilisés a domicile au nombre de 20 millions.

Le depassement de ce niveau peut provoquer des dysfonctionnements provoquant de graves atteintes a la santé et tuer.

le charte de l'environnement oblige a utiliser des moyens de protections proportionnés aux risques.

pretendre que le respect des limites du décret 200-775 (41 a 61V/m qui ne concerne que la prevention du risque thermique ) permet de respecter la loi est donc une tromperie car toute la loi doit être respecté .


l'arcep dissimule des effets des risques, des mesures de precaution a prendre et falsifie le mesurage par la comparaison aux limites thermiques 20 fois supérieures a la limite de 3V/m.


de plus l'arcep dissimule une partie de la reglementation il y a tromperie aggravé articles L213-1 et L213-2 du code de la consommation, ce document comportant des allégations fausses de nature a induire en erreur est en infraction avec l'article L121-1 du code de la cosommation (publicité mensongere)



Article L213-1 du code de la consommation:

Sera puni d'un emprisonnement de deux ans au plus et d'une amende de 37 500 euros au plus ou de l'une de ces deux peines seulement quiconque, qu'il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l'intermédiaire d'un tiers :
1º Soit sur la nature, l'espèce, l'origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ;
2º Soit sur la quantité des choses livrées ou sur leur identité par la livraison d'une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l'objet du contrat ;
3º Soit sur l'aptitude à l'emploi, les risques inhérents à l'utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d'emploi ou les précautions à prendre.

Article L213-2

Les peines prévues à l'article L. 213-1 sont portées au double :
1º Si les délits prévus audit article ont eu pour conséquence de rendre l'utilisation de la marchandise dangereuse pour la santé de l'homme ou de l'animal ;
2º Si le délit ou la tentative de délit prévus à l'article L. 213-1 ont été commis :
a) Soit à l'aide de poids, mesures et autres instruments faux ou inexacts ;
b) Soit à l'aide de manoeuvres ou procédés tendant à fausser les opérations de l'analyse ou du dosage, du pesage ou du mesurage, ou tendant à modifier frauduleusement la composition, le poids ou le volume des marchandises, même avant ces opérations ;
c) Soit enfin à l'aide d'indications frauduleuses tendant à faire croire à une opération antérieure et exacte.



article L212-1 du code de la consommation:

Est interdite toute publicité comportant, sous quelque forme que ce soit, des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur, lorsque celles-ci portent sur un ou plusieurs des éléments ci-après ; existence, nature, composition, qualités substantielles, teneur en principes utiles, espèce, origine, quantité, mode et date de fabrication, propriétés, prix et conditions de vente de biens ou services qui font l'objet de la publicité, conditions de leur utilisation, résultats qui peuvent être attendus de leur utilisation, motifs ou procédés de la vente ou de la prestation de services, portée des engagements pris par l'annonceur, identité, qualités ou aptitudes du fabricant, des revendeurs, des promoteurs ou des prestataires."

article L121-5 du meme code

L'annonceur pour le compte duquel la publicité est diffusée est responsable, à titre principal, de l'infraction commise. Si le contrevenant est une personne morale, la responsabilité incombe à ses dirigeants. La complicité est punissable dans les conditions de droit commun.
Le délit est constitué dès lors que la publicité est faite, reçue ou perçue en France.

l'arcep ne peut degager sa responsabilité sur supelec!
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]