41 mois de prison pour un botnet malveillant

Le par  |  4 commentaire(s) Source : Sophos
Réseau botnets

Pour s'être constitué un botnet au nez et la barbe du numéro un mondial des articles de papeterie, Robert Matthew Bentley a écopé aux Etats-Unis d'une peine de 41 mois de prison. Via son botnet, il a installé des logiciels publicitaires sur des machines localisées en Europe.

Réseau botnetsDes victimes en Europe, un procès aux Etats-Unis, le cybercrime ne connaît décidément par les frontières géographiques et il aura fallu une coopération internationale des autorités pour parvenir à confondre un pirate informatique. La police de Londres, le bureau national d'investigation en Finlande, les services secrets aux Etats-Unis et d'autres agences gouvernementales ont dû ainsi s'y coller pour des faits remontant à 2006.

A cette époque, Robert Matthew Bentley connu sous le pseudonyme de LSDigital, a piraté depuis son camp de base en Floride, le réseau informatique du groupe Newell Rubbermaid afin de corrompre plusieurs machines situées en Europe de cette entreprise US. Bentley s'est ainsi constitué un réseau d'ordinateurs zombies qui a généré un tel trafic que Newell Rubbermaid a été dans l'obligation de suspendre momentanément la publication de son site Web officiel. Le botnet a servi à distribuer à travers le Vieux Continent des logiciels publicitaires très intrusifs avec le lancement de fenêtres pop-ups, et difficiles à supprimer pour les utilisateurs qui en ont été les victimes.


Botnet lucratif
Pour chaque installation desdits logiciels, Bentley a reçu une rétribution de la part d'une société néerlandaise, DollarRevenue. En décembre 2007, cette société a été condamnée en Europe à une amende de 1 million d'euros pour ses activités illicites. Il avait alors été établi que pour chaque installation de l'un de ses adwares, un pirate était payé 0,15 dollar pour une installation en Europe, et 0,25 dollar pour une installation sur un PC aux Etats-Unis.

Bentley qui risquait jusqu'à 10 ans de prison a vu sa peine diminuée au jeu du plaider-coupable. Il en a finalement été quitte mercredi pour 41 mois et une amende de 65 000 dollars. LSDigital n'aurait toutefois pas agit seul, mais ses complices courent toujours.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #253051
Euh... Petite suggestion pour donner à sa peine un peu plus de "piquant"...

Serait-il possible de le faire cohabiter avec deux codétenus gays avec lesquels la nature aurait été particulièrement généreuse ?

Je suis une partisane de la double peine pour ce genre d'emmerdeur !


Le #253121
ca sent le vecu ... enfin sans la création de botnet en masse.
Le #253301
Le vécu non, mes machines n'ont jamais été contaminées par quoi que ce soit.

Mais bon, quand je vois les clients qui nous appellent en urgence pour stopper une contamination massive de leur réseau ça donne des idées de peine supplémentaire pour ce genre d'individu.
Le #253511
Natacha, ça fait autant de prestations que ta société facture. Il ne faut pas scier la branche sur laquelle on est assis, envoie lui plutôt des oranges !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]