Bouygues et SFR : la fin de l'itinérance pour 2018, la mutualisation prend le relais

Le par  |  5 commentaire(s)
mutualisation bouygues sfr

Bouygues Telecom et SFR viennent de communiquer à l'ARCEP le programme de l'extinction progressive de leur contrat d'itinérance. Une itinérance qui ne sera définitivement plus d'actualité à compter de fin 2018.

Après Free Mobile et Orange, c'est au tour de Bouygues Telecom et SFR de transmettre leur calendrier concernant la fin de l'itinérance auprès de l'ARCEP.

Jusqu'ici, SFR profitait de l'itinérance sur le réseau 4G de Bouygues Telecom sur environ 15 à 20% du territoire français. D'ici 2018, l'itinérance cèdera la place à la mutualisation des réseaux .

Bouygues SFR mutualisation

C'est d'ailleurs également sur ce sujet que les deux opérateurs communiquent, et notamment Bouygues qui évoque son "ambition de couvrir entre 98% et 99% de la population en 4G fin 2018".

Bouygues n'hésite pas non plus à critiquer la situation de Free et Orange, ainsi que l'extension de l'itinérance jusqu'en 2020 : "Dans le même temps, Bouygues Telecom prend acte de l’extension de la durée du contrat d’itinérance 2G/3G entre Orange et Free jusqu’à fin 2020 au lieu de 2018. Cette prolongation, en totale contradiction avec l’avis émis par l’Autorité de la concurrence en mars 2013, ne permet pas de rétablir l’équité dans les conditions de la concurrence."

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1904674
Ça parle d'équité dans les conditions de concurrence, mais ça mutualise pour pouvoir atteindre facilement 98-99% de population couverte en 4G fin 2018... Du coup celui qui est désavantagé maintenant c'est le dernier entrant vu qu'Orange c'est une puissance économique complètement différente

Bref Martin arrête de te plaindre, tu peux carrément déchiré Free si tu y mettais un peu plus de cœur dans le déploiement de réseau.
Le #1904675
MaGts495 a écrit :

Ça parle d'équité dans les conditions de concurrence, mais ça mutualise pour pouvoir atteindre facilement 98-99% de population couverte en 4G fin 2018... Du coup celui qui est désavantagé maintenant c'est le dernier entrant vu qu'Orange c'est une puissance économique complètement différente

Bref Martin arrête de te plaindre, tu peux carrément déchiré Free si tu y mettais un peu plus de cœur dans le déploiement de réseau.


J'ai pas saisi ou tu voulais en venir, mais apparemment quelque chose te chiffonne ?!
Le #1904681
DeepBlueOcean a écrit :

MaGts495 a écrit :

Ça parle d'équité dans les conditions de concurrence, mais ça mutualise pour pouvoir atteindre facilement 98-99% de population couverte en 4G fin 2018... Du coup celui qui est désavantagé maintenant c'est le dernier entrant vu qu'Orange c'est une puissance économique complètement différente

Bref Martin arrête de te plaindre, tu peux carrément déchiré Free si tu y mettais un peu plus de cœur dans le déploiement de réseau.


J'ai pas saisi ou tu voulais en venir, mais apparemment quelque chose te chiffonne ?!


On a 4 opérateurs : Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free Mobile.

SFR et Bouygues ont un accord de mutualisation de leur réseau qui va permettre de couvrir les zones les moins rentables très rapidement, en se partageant les coûts de fibrage d'antennes et de placement d'antennes par 2 minimums, ils vont pouvoir accélérer à grande vitesse. Étant donné que ce sont des opérateurs que je qualifie plutôt de vache à lait, ils ont une puissance financière beaucoup plus important que le nouvel entrant ce qui fait que le déploiement se fera beaucoup plus rapidement (d'ailleurs, on le voit sur l'observatoire de déploiement à chaque début de mois).

Orange, c'est l'ex France Télécom, avec une puissance financière encore supérieur aux 3 autres opérateurs. C'est plus de 80.000 salariés. Ils sont donc capables de rivaliser avec le déploiement accéléré de la mutualisation SFR-Bouygues.

Et puis il reste Free Mobile. Nouvel acteur, un accord d'itinérance qui n'est capable de faire passer que la voix correctement, et qui déploie avec énormément de contrainte dans les zones très dense, saturées par les antennes et des bâtons dans les roues par les robins des toits. Une puissance économique qui n'est clairement pas au niveau des 3 autres (sauf Bouygues où ils s'en approchent si je me souviens bien, mais ici, on parle de mutualisation donc de la puissance financière SFR et Bouygues fusionné).

Du coup, je vois tout cela comme un énorme désavantage pour le dernier entrant concernant le réseau mobile et cela va se ressentir d'ici 2-3 ans. Et je reste également sur mes gardes concernant cette concurrence déloyale qui se met en place de nouveau et qui feraient du mal à Free qui est là pour agiter le marché.

Donc j'attends vraiment la suite, mais je sens que quelque chose de louche va se passer dans le paysage des Télécoms
Le #1904684
MaGts495 a écrit :

DeepBlueOcean a écrit :

MaGts495 a écrit :

Ça parle d'équité dans les conditions de concurrence, mais ça mutualise pour pouvoir atteindre facilement 98-99% de population couverte en 4G fin 2018... Du coup celui qui est désavantagé maintenant c'est le dernier entrant vu qu'Orange c'est une puissance économique complètement différente

Bref Martin arrête de te plaindre, tu peux carrément déchiré Free si tu y mettais un peu plus de cœur dans le déploiement de réseau.


J'ai pas saisi ou tu voulais en venir, mais apparemment quelque chose te chiffonne ?!


On a 4 opérateurs : Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free Mobile.

SFR et Bouygues ont un accord de mutualisation de leur réseau qui va permettre de couvrir les zones les moins rentables très rapidement, en se partageant les coûts de fibrage d'antennes et de placement d'antennes par 2 minimums, ils vont pouvoir accélérer à grande vitesse. Étant donné que ce sont des opérateurs que je qualifie plutôt de vache à lait, ils ont une puissance financière beaucoup plus important que le nouvel entrant ce qui fait que le déploiement se fera beaucoup plus rapidement (d'ailleurs, on le voit sur l'observatoire de déploiement à chaque début de mois).

Orange, c'est l'ex France Télécom, avec une puissance financière encore supérieur aux 3 autres opérateurs. C'est plus de 80.000 salariés. Ils sont donc capables de rivaliser avec le déploiement accéléré de la mutualisation SFR-Bouygues.

Et puis il reste Free Mobile. Nouvel acteur, un accord d'itinérance qui n'est capable de faire passer que la voix correctement, et qui déploie avec énormément de contrainte dans les zones très dense, saturées par les antennes et des bâtons dans les roues par les robins des toits. Une puissance économique qui n'est clairement pas au niveau des 3 autres (sauf Bouygues où ils s'en approchent si je me souviens bien, mais ici, on parle de mutualisation donc de la puissance financière SFR et Bouygues fusionné).

Du coup, je vois tout cela comme un énorme désavantage pour le dernier entrant concernant le réseau mobile et cela va se ressentir d'ici 2-3 ans. Et je reste également sur mes gardes concernant cette concurrence déloyale qui se met en place de nouveau et qui feraient du mal à Free qui est là pour agiter le marché.

Donc j'attends vraiment la suite, mais je sens que quelque chose de louche va se passer dans le paysage des Télécoms


C'est bon j'ai capté le truc
Le #1904685
DeepBlueOcean a écrit :

MaGts495 a écrit :

DeepBlueOcean a écrit :

MaGts495 a écrit :

Ça parle d'équité dans les conditions de concurrence, mais ça mutualise pour pouvoir atteindre facilement 98-99% de population couverte en 4G fin 2018... Du coup celui qui est désavantagé maintenant c'est le dernier entrant vu qu'Orange c'est une puissance économique complètement différente

Bref Martin arrête de te plaindre, tu peux carrément déchiré Free si tu y mettais un peu plus de cœur dans le déploiement de réseau.


J'ai pas saisi ou tu voulais en venir, mais apparemment quelque chose te chiffonne ?!


On a 4 opérateurs : Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free Mobile.

SFR et Bouygues ont un accord de mutualisation de leur réseau qui va permettre de couvrir les zones les moins rentables très rapidement, en se partageant les coûts de fibrage d'antennes et de placement d'antennes par 2 minimums, ils vont pouvoir accélérer à grande vitesse. Étant donné que ce sont des opérateurs que je qualifie plutôt de vache à lait, ils ont une puissance financière beaucoup plus important que le nouvel entrant ce qui fait que le déploiement se fera beaucoup plus rapidement (d'ailleurs, on le voit sur l'observatoire de déploiement à chaque début de mois).

Orange, c'est l'ex France Télécom, avec une puissance financière encore supérieur aux 3 autres opérateurs. C'est plus de 80.000 salariés. Ils sont donc capables de rivaliser avec le déploiement accéléré de la mutualisation SFR-Bouygues.

Et puis il reste Free Mobile. Nouvel acteur, un accord d'itinérance qui n'est capable de faire passer que la voix correctement, et qui déploie avec énormément de contrainte dans les zones très dense, saturées par les antennes et des bâtons dans les roues par les robins des toits. Une puissance économique qui n'est clairement pas au niveau des 3 autres (sauf Bouygues où ils s'en approchent si je me souviens bien, mais ici, on parle de mutualisation donc de la puissance financière SFR et Bouygues fusionné).

Du coup, je vois tout cela comme un énorme désavantage pour le dernier entrant concernant le réseau mobile et cela va se ressentir d'ici 2-3 ans. Et je reste également sur mes gardes concernant cette concurrence déloyale qui se met en place de nouveau et qui feraient du mal à Free qui est là pour agiter le marché.

Donc j'attends vraiment la suite, mais je sens que quelque chose de louche va se passer dans le paysage des Télécoms


C'est bon j'ai capté le truc


Désolé pour le long discours xD
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]