Brevets 3G : Qualcomm prise à son propre piège

Le par  |  2 commentaire(s)
broadcom

Conséquence de la querelle entre Qualcomm et Broadcom au sujet de brevets sur les technologies 3G, une agence fédérale américaine vient d'interdire l'importation de puces 3G Qualcomm sur le territoire américain. Le fondeur fait appel de la décision.

BroadcomEn se fondant sur la décision de justice estimant que le fabricant de semiconducteurs Qualcomm avait enfreint un brevet sur les technologies 3G de son concurrent Broadcom, l'organisme américain de régulation du commerce international ITC ( US International Trade Commission ) a annoncé son intention d'interdire l'accès au territoire américain aux téléphones portables contenant des puces Qualcomm concernées par le brevet en question.

Cela pourrait toucher des millions de mobiles destinés aux principaux opérateurs américains, AT&T Wireless, Verizon Wireless et Sprint. Qualcomm a aussitôt fait appel de la décision auprès du gouvernement américain, dont le représentant a maintenant 60 jours pour poser ou pas un veto sur la décision de l' ITC.


Qualcomm conteste

Qualcomm logoLe fondeur indique dans un communiqué que l'interruption d'approvisionnement en puces 3G EV-DO et WCDMA est dangereuse pour l'innovation et l'adoption de masse des terminaux 3G en Amérique du Nord, mais les analystes restent confiants dans une résolution du litige entre les deux protagonistes ou dans le fait que Qualcomm pourrait contourner la décision en produisant des puces ne faisant pas appel à la technologie couverte par le brevet de Broadcom.

Celle-ci concerne la gestion de l'alimentation électrique au sein de la puce. Broadcom estime que son rival utilise sa technologie sans verser de droits de propriété intellectuelle. C'est une petite victoire pour Broadcom, pour laquelle le vice-président du département juridique de Broadcom David Rosmann ne cache pas sa satisfaction : " Qualcomm doit prendre une licence sans quoi cette société ne pourra équiper la prochaine génération de terminaux cellulaires. "


Brevets 3G : lucratifs mais dangereux
La décision de l'ITC ne concerne que les nouveaux modèles fournis après le 7 juin, les livraisons antérieures n'étant pas empêchées, même si elles sont concernées par la violation de brevet. Les stocks auprès des opérateurs ne devraient donc pas en souffrir à court terme.

Les représentants de Qualcomm sont déjà en discussion avec ceux de Broadcom mais refusent le tarif de licence proposé, le jugeant prohibitif. Ils estiment d'autre part que l' ITC a outrepassé ses fonctions, avec un risque d'impact négatif sur les opérateurs mobiles et les consommateurs. La bataille des brevets n'est pas terminée pour autant puisque Broadcom a assigné son adversaire devant une cour de justice californienne pour violation de trois autres brevets concernant des méthodes de transmission de données à haut débit pour appareils mobiles.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #174034
ca fait trois fois que je lis, et j'ai toujours pas compris ... en quoi Qualcomm est-elle prise à son propre piège ?
Le #174047
Parce que Qualcomm tire une grande partie de ses revenus des droits de propriété intellectuelle et a attaqué plusieurs sociétés sur des questions d'utilisation de brevets, parfois sur des bases instables.

C'est un marché très lucratif qui s'arrange souvent plus ou moins à l'amiable entre les sociétés, sauf quand une agence fédérale s'en mêle et prononce une pénalité, ce qui est le cas ici.

Qualcomm étant une puissante entreprise, les plus petits acteurs s'écrasent en général parce qu'ils n'ont pas les moyens financiers pour mener une action juridique à long terme. Dans le procès qui l'opposait à NTP, RIM a préféré céder plus de 600 millions de dollars plutôt que de risquer son avenir économique aux Etats-Unis, alors même que les brevets incriminés sont toujours à l'étude et pourraient être finalement invalidés par l'office américain des brevets USPTO.

Broadcom possède cette fois l'appui de l'ITC pour faire valoir ses droits et se placer en position de force pour la négociation. Le marchandage des brevets et des droits qui vont avec est à double tranchant, c'est là qu'est le piège.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]