Broadcom fait un pied de nez à Qualcomm grâce à Verizon

Le par  |  0 commentaire(s)
Logo Broadcom

Alors que les recours pour bloquer la décision par l'ITC d'interdiction d'importation de terminaux mobiles sur le sol américain sont refusés les uns après les autres pour Qualcomm, son concurrent Broadcom vient de signer un accord avec l'opérateur Verizon Wireless.

Logo broadcomLes temps sont durs pour le fondeur américain Qualcomm. Après s'être vu signifier une interdiction d'importation de terminaux mobiles embarquant ses puces aux Etats-Unis, pour cause de violation d'un brevet détenu par son concurrent Broadcom, la société a multiplié les recours et décrit la situation comme pénalisante pour le marché de la téléphonie mobile.

Pour contrer cette accusation et maintenir la pression sur Qualcomm, qui refuse de payer les royalties demandées, Broadcom a proposé plusieurs initiatives montrant sa bonne foi. Tout d'abord, la société a annoncé son intention de ne pas réclamer de droits sur les terminaux destinés aux agences gouvernementales et organisations, leur permettant de passer outre l'interdiction d'import.


Un accord privilégié avec Verizon Wireless
Qualcomm logoDans un second mouvement, Broadcom vient de passer un accord avec l'opérateur Verizon Wireless qui pourra continuer d'obtenir des terminaux en payant un droit pour 6 brevets cruciaux du fondeur au prix de 6 dollars par téléphone, PDA ou carte PC compatibles 1xEV-DO.

En contrepartie, Verizon s'engage à ne pas tenter de contrer la décision de l' ITC ( International Trade Commission ), à l'origine de la sanction à l'encontre de Qualcomm. D'autre part, Broadcom et Verizon vont renforcer leurs partenariats sur de nombreuses solutions sans fil, Bluetooth, GPS, réseaux optiques, xDSL, etc.

Qualcomm joue l'apaisement et salue l'initiative de son adversaire (ce qui l'arrange aussi puisque ce sont des puces Qualcomm qui sont embarquées dans les téléphones), mais signale que les conditions de l'accord sont beaucoup plus favorables que celles que Broadcom tente de lui imposer et que les risques de provoquer un goulot d'étranglement sur le marché de la téléphonie mobile existent toujours.

Son dernier recours repose sur la décision du président Bush, qui peut encore casser la décision de l'ITC. Le gouvernement a jusqu'au 6 août prochain pour évaluer la situation et exprimer son avis. Les manoeuvres de Broadcom visent à réfuter l'argument d'obstruction du marché émis par Qualcomm.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]