Open Source : ClamAV menacé par un brevet de Trend Micro

Le par  |  7 commentaire(s)
ClamAV

Rixe judiciaire entre Trend Micro et Barracuda Networks avec en toile de fond le logiciel antivirus libre et open source, ClamAV, accusé de violer un brevet de l'éditeur japonais.

ClamAVRacheté par la société SourceFire en août 2007, ClamAV est l'un des antivirus libres les plus connus. En son temps, ce rachat avait suscité un petit vent de panique au sein de la communauté open source, mais des craintes à priori non fondées puisque SourceFire a affirmé que ClamAV restera sous licence GPL (moteur et mises à jour de la base de données virales).

La véritable menace pour ClamAV pourrait cependant venir de l'éditeur de solutions de sécurité Trend Micro.


Affaire à suivre avec en jeu la survie de ClamAV
Fournisseur d'équipements de sécurité pour la messagerie électronique et le Web, Barracuda Networks utilise ClamAV dans ses pare-feux en tant qu'antivirus analysant les données en transit. Cette utilisation n'est pas du goût de Trend Micro qui à plusieurs reprises, a menacé Barracuda Networks de poursuites judiciaires aux Etats-Unis et une plainte a fini par être déposée. Pour l'éditeur japonais, l'analyse antivirus au niveau de la passerelle telle qu'opérée par Barracuda Networks enfreint un de ses brevets et il réclame donc le paiement d'un droit de licence.

Dans un communiqué, Barracuda Networks argue que la technique sujette à caution est antérieure au dépôt du brevet, et avance que l'action de Trend Micro prouve que ClamAV et d'autres projets open source sont à la merci des tentatives injustes des détenteurs de brevets commerciaux de nuire à la communauté libre et open source. Ce cri du coeur n'a évidemment pas laissé insensible ladite communauté et le directeur du Software Freedom Law Center* a par exemple déclaré : " Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider tous ceux qui défendent les logiciels libres contre les brevets abusifs. "

* Organisation de promotion et de défense des logiciels libres et open source.
Complément d'information
  • Trend Micro Mobile Security : antivirus pour Android
    L'éditeur d'antivirus adapte ses offres logicielles à la plate-forme Android. Trend Micro Mobile Security apporte une réponse globale à plusieurs types de menaces potentielles pour les smartphones.
  • Antivirus : Trend Micro ne serait pas contre un rachat
    Le rachat de McAfee par Intel marque un temps nouveau dans l'industrie avec la mise en avant de l'aspect sécuritaire. Une aubaine pour les éditeurs d'antivirus qui voient des sociétés prêtes à payer le prix fort pour les acquérir. ...

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #196102
"a par exemple déclaré : " Nous feront"
Nous feront ?


Mouais.. c'est du niveau de cours d'écolé, "rends moi mes billes"..
'fin bon $ bla $ bla..
Le #196103
Moi je vais breveter l'omelette même si beaucoup en fond depuis des siècles, parce que moi je vient de déposer le brevet
Comment on essaye d'utiliser les brevets pour empêcher le libre
N'achetez pas du Trend Micro c'est la meilleure chose à faire
Le #196108
Mouais
moi, je remarque que Trend Micro ne faisait rien tant qu'il n'y avait pas se rachat apparament (enfin c'est ce que j'ai compris de la news)
Donc ca serait plutot, la facon utiliser pour soumettre les fichier a clamAV qui serait en cause.

Comme clamAV ne possede pas de module temps réel. La faute reviendrais uniquement a Barracuda Networks, qui n'est meme pas l'editeur de clamAV.

Pour moi, c'est plus polémique, de la pub, qu'une réel tentative pour bloquer une solution libre qui marche fort bien d'ailleur.
Le #196139
@Jarode : parfaitement, ce qui est attaqué ici (enfin de ce que je lis) n'est pas le logiciel en lui même mais le procédé d'utilisation... Bah s'ils utilisaient vraiment un tel procédé avant la date de dépôt du brevet et qu'ils arrivent à le prouver, ils pourront se protéger derrière un "prior use"...

donc ce n'est pas un réel danger...
Le #196143
rectification : cette protection d'utilisation antérieure n'est pas valable partout. Par exemple aux US, ça n'existe pas mais en France si.
Le #196146
Tout les brevets sont basés sur la base de l'informatique qui n'as jamais été basé sur des brevets, c'est rire du monde les brevets logiciels.
Le #196191
"rectification : cette protection d'utilisation antérieure n'est pas valable partout. Par exemple aux US, ça n'existe pas mais en France si."
--
Le concept de "prior art" existe bien en droit US.
extrait de l'article "prior art" de wikipedia EN:
"The United States uses a first-to-invent system. Invention is generally defined to comprise two steps: conception of the invention and reduction to practice of the invention. When an inventor conceives of an invention and diligently reduces the invention to practice (by filing a patent application, by practicing the invention, etc), the inventor's date of invention will be the date of conception. Thus, provided an inventor is diligent in reducing an application to practice, he or she will be the first inventor and the inventor entitled to a patent, even if another files a patent application (reduces the invention to practice) before the inventor."
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]