Attaques cyberdjihadistes : une menace réelle à relativiser

Le par  |  3 commentaire(s)
fallaga team

Si plus de 25 000 sites Web ont récemment fait l'objet d'un piratage ou d'attaques en ligne depuis l'attentat perpétré contre Charlie Hebdo, la menace cyberdjihadiste est bien là, mais les experts en sécurité souhaitent relativiser son ampleur.

Depuis les attentats de Charlie Hebdo qui se sont soldés quelques jours à peine après par la mort des auteurs présumés ainsi que d'un preneur d'otage dans un supermarché casher, de nombreux sites français ont été piratés. Des attaques en ligne principalement revendiquées de groupes djihadistes et dont on a rapporté des chiffres impressionnants : plus de 25 000 sites web ont subi des attaques, dont 13 000 revendiqués par ces groupes islamistes.

Je-Suis-Charlie Mais selon certains experts réunis au FIC ( Forum international de la cybersécurité) à Lille, ces groupes ne constituent pas une menace sérieuse.

D'une part ces attaques se voudraient relativement simples à combattre, et les dommages occasionnés sont limités. Il s'agirait ainsi davantage de cybervandalisme, puisque la plupart des actions se limitaient à du défacement ( changement de la page d'accueil), ou des attaques par dénis de services (DDoS), l'objectif étant pour les pirates d'afficher un message et des revendications.

En France, ce sont principalement les sites les plus fragiles, ceux des petites communes qui ont été touchés. Des sites des écoles aux clubs sportifs " Le niveau technique des attaquants est assez faible avec des scans automatiques pour passer en revue les dernières failles " explique ainsi Pierre Samson, directeur des opérations chez Lexsi. "Parmi les centaines de milliers de sites qui existent, il s'en trouve forcément un certain nombre, souvent peu visibles, qui sont vulnérables."

Malgré tout, Guillaume Poupart, directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) partage " Il faut vérifier que ces attaques d'un faible impact opérationnel ne sont pas là pour détourner notre attention d'assauts plus discrets et plus graves, comme des vols de données ou des sabotages de systèmes industriels. Dans un monde hostile comme le domaine informatique, où on a des alliés, mais pas d'amis, aucune menace ne doit être prise à la légère."

En d'autres termes, ces attaques à l'impact modeste sur des milliers de sites pourraient également n'être que le sommet d'un iceberg allant plus profond dans le piratage et le détournement de données sensibles.

Les pirates participant à l'opération OpFrance afficheraient des profils multiples, avec des talents divers, mais sans réelle hiérarchie. La question se pose ainsi de savoir si certains cherchent simplement à prouver leur savoir-faire pour vendre leur talent lors d'opérations plus importantes, ou si cette multiplication des piratages en grande partie permise par l'automatisation des procédures est également une diversion pour quelques attaques plus sensibles.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1830212
La « guerre contre le terrorisme » n'est qu'un instrument diabolique de conquête mondiale. C'est un moyen éfficace pour déstabiliser des pays souverains et imposer un « changement de régime ». John Kerry, le successeur d’Hillary Clinton au département d'Etat, est en liaison directe avec Jabhat Al Nusra, une organisation affiliée Al-Qaïda en Syrie, intégrée par des terroristes et financée par les Etats-Unis et ses alliés.

Pour l’ironie, John Kerry n'est pas seulement complice des meurtres et éxécutions sommaires commises par Jabhat al-Nusra, il est également en violation flagrante de la législation américaine. Dans ce monde à l'envers, où le mensonge règne: les protagonistes de la « guerre contre la terreur » (« War on Terrorism », « War on Terror » ou « Global War on Terror », (GWOT)et la « responsabilité de protéger » les terroristes. C'est un cercle vicieux : Ceux qui mènent la « guerre contre le terrorisme » au nom de la « démocratie » sont ceux qui soutiennent et financent les organisations terroristes, qu’ils ont créé eux-mêmes. C'est le monde à l'envers.

Hillary Clinton, nous avons créer Al qaida en vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/xsghic_2009-hillary-clinton-les-usa-ont-cree-al-qaida-pour-combattre-les-russes_webcam

Réveillez vous il est encore temps !!!
Le #1830277
Pazoo a écrit :

La « guerre contre le terrorisme » n'est qu'un instrument diabolique de conquête mondiale. C'est un moyen éfficace pour déstabiliser des pays souverains et imposer un « changement de régime ». John Kerry, le successeur d’Hillary Clinton au département d'Etat, est en liaison directe avec Jabhat Al Nusra, une organisation affiliée Al-Qaïda en Syrie, intégrée par des terroristes et financée par les Etats-Unis et ses alliés.

Pour l’ironie, John Kerry n'est pas seulement complice des meurtres et éxécutions sommaires commises par Jabhat al-Nusra, il est également en violation flagrante de la législation américaine. Dans ce monde à l'envers, où le mensonge règne: les protagonistes de la « guerre contre la terreur » (« War on Terrorism », « War on Terror » ou « Global War on Terror », (GWOT)et la « responsabilité de protéger » les terroristes. C'est un cercle vicieux : Ceux qui mènent la « guerre contre le terrorisme » au nom de la « démocratie » sont ceux qui soutiennent et financent les organisations terroristes, qu’ils ont créé eux-mêmes. C'est le monde à l'envers.

Hillary Clinton, nous avons créer Al qaida en vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/xsghic_2009-hillary-clinton-les-usa-ont-cree-al-qaida-pour-combattre-les-russes_webcam

Réveillez vous il est encore temps !!!


Que dire ?
Post crédible ?
Si tel est le cas, alors c'est un pavé jeté dans la marre
Le #1830536
Pauvre type qui s'appelle de même si c'est son vrai nom.

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]