Trop d'e-mails au boulot, par ici la sortie !

Le par  |  13 commentaire(s) Source : AFP
Mail

Pour avoir envoyé trop d'e-mails personnels depuis son lieu de travail, une femme âgée d'une trentenaire d'années a perdu son emploi.

MailL'affaire remonte à l'année 2007.  Alors qu'elle cherchait l'origine d'un virus ayant affecté son système informatique, l'Association de gestion et de comptabilité du Maine-et-Loire a remarqué qu'un nombre non négligeable de courriers électroniques avait été envoyé par l'un de ses employés.

L'assistante de gestion en question, une femme d'une trentaine d'années, avait en effet expédié 156 e-mails personnels en l'espace de deux mois. Estimant qu'une dizaine d'e-mails par jour représentait " une heure de travail négligée ", l'employeur a pris la décision de licencier son assistante en gestion au mois de mai 2007 pour " utilisation abusive d'Internet sur son lieu de travail ".

N'acceptant pas cette décision, l'ex-employée a alors décidé de porter l'affaire devant le conseil des prud'hommes d'Angers pour atteinte à la vie privée. Pour sa défense, elle a également souligné qu'il s'agissait d'une correspondance dont elle avait besoin " avec sa mère après le décès de son compagnon ". Pour son avocate, Me Brigitte Sublard, " elle était en pleine déprime ". Il s'agissait donc d'une " conversation normale entre une fille et sa mère qui ne portait pas atteinte au bon fonctionnement de l'entreprise ", d'autant plus que les e-mails étaient rédigés durant les pauses.

L'audience a eu lieu le 4 juin 2008 et le conseil des prud'hommes d'Angers a rendu son verdict vendredi dernier. Réclamant 26 000 euros pour licenciement abusif, la plaignante a été déboutée. L'employeur n'ayant fait que constater le nombre important d'e-mails et leur caractère personnel d'après le nom du correspondant sans les ouvrir, on ne peut parler d'atteinte à la vie privée. En revanche, même si l'utilisation de la messagerie à titre personnel est tolérable, ce n'est pas le cas pour " la fréquence et le volume des communications " qui sont reprochés à l'ex-employée. Par conséquent, " le licenciement pour motif personnel à caractère disciplinaire est pleinement justifié ".

Pour Me Brigitte Sublard, un avertissement aurait suffi plutôt qu'un licenciement pur et simple. Elle envisage la possibilité de faire appel de cette décision.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #406841
Euh, on est en quelle année là ?
2009 non ?
156 courriels persos en 2 mois c'est RIDICULE !
Il suffit de compter le nombre de courriels reçus des différentes connaissances que l'on possède et qu'on réexpédie sans y réfléchir on est déjà à plusieurs centaines par mois (il suffit de 10 par jour).

Dans le Maine-et-Loire ils sont encore au XIXème siècle on dirait bien !

db
db

Le #406851
Ca ressemble bien davantage à une vengeance personnelle qu'à un licenciement régulier.
db
Le #406871
hum et les fumeurs, ils perdent combien d'heures de travail quand ils s'en grillent une ?

Du même avis, je doute que ce soit vraiment les emails la vraie cause du licenciement.
Le #406901
Et moi je doute que sur une news de trois paragraphes, vous disposiez des éléments suffisants pour juger cette affaire. Laissez donc les prud'hommes faire leur job ;-)

Et puis les fumeurs, s'ils avaient encore droit à une salle pour s'adonner à leur vice, ils prendraient des pauses moins longues !
Anonyme
Le #406911
@Gourmet
Le licenciement est régulier !
Le temps de travail n'est pas du temps personnel.

De plus, l'outil informatique mis à la disposition par l'entreprise (comme tout autre outil) n'a pas a être utilisé pour un usage privé et personnel.

De plus, l'employeur est en droit de contrôler les emails mais aussi leur contenu à condition toutefois qu'ils ne soient pas clairement étiquetés comme "personnel" ou "correspondance privée).

Ceci est valable pour les emails mais aussi pour tout autre document (informatique ou physique)





Anonyme
Le #406941
Euh 156 emails en 2 mois, si on compte 20 jours de travail par mois, ça fait 156 / 40 = 3.9 ... on est loin des 10 dont parle la news.

Et 4 emails par jour... je vois pas en quoi c'est extra-ordinaire :?
Le #406961
Surtout qu'en France il est interdit à l'employeur de comptabiliser de lire ou d'essayer d'identifier ne serait ce qu'un mail de ses employés.
Sauf si charte signée mais même pas sur...
Anonyme
Le #406971
@Re Lacks
Tu écris n'importe quoi !!
Le #406991
oui c'est sûr, mais bon, là autant laisser les prud'hommes juger le dossier.

Ce qui est sûr, c'est que mails + internet + pauses + chache avec les collègues ca peut représenter un temps non négligeable, mais aprés chacun se gère sa life aussi
Le #407011
Ça me fait penser une des caricatures présentes dans "Working with assholes" de Sutton.
Qui n'a jamais été traversé par l'idée que la boite se porterait mieux sans ces caricatures de tire au flanc qui partagent leurs heures de présence en pause clope, puis pause café, puis discussions privées (appel internes ... mais pas que ...) et qui utilisent le peu de temps restant a pester contre la masse de travail qui les submerge.

Et un petit a l'admin du serveur mail qui a balancé une liste nominative avec fréquence. Bravo la déontologie. J'espère qu'il a au moins trouvé ce qui causait un trafic important/suspect parce que 165 mails ... ça pèse pas lourd. La plaignante aurait mieux fait d'utiliser un webmail ...

Je suis du maine et loire et bien au XXI ème s. et chez nous on est "cool" !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]