Eolas : le tombeur de Microsoft attaque 22 sociétés

Le par  |  11 commentaire(s)
US Patent

Eolas Technology refait parler de lui en portant plainte contre pas moins de 22 sociétés dont Google, Apple, Amazon ou encore Yahoo! pour la violation de deux brevets technologiques. Microsoft avait déjà eu maille à partir à Eolas.

US PatentMardi, Eolas Technology a déposé une plainte auprès d'une cour fédérale du Texas aux États-Unis. Cause du litige : la violation de deux brevets technologiques dont un qui a fait trembler Microsoft par le passé.

Pendant huit ans, Eolas Technology a défendu bec et ongles un brevet ( disponible ici ) relatif à une technologie permettant aux navigateurs Web d'agir pour la première fois en tant que plateformes pour une interaction complète avec les applications embarquées. Une sorte de brevet sur les plugins dont la validité a été chahutée par Microsoft qui utilisait cette technologie dans Internet Explorer.

En 2003, Eolas a obtenu des dommages-intérêts d'un montant de 565 millions de dollars. La procédure judiciaire a alors suivi son cours habituel avec l'appel de Microsoft. Le bureau américain d'enregistrement des brevets ( USPTO ) a reconnu la validité du brevet de Eolas et un nouveau procès aurait dû se tenir en 2007. Microsoft a préféré un arrangement amiable pour un montant non divulgué.

Aujourd'hui, Microsoft n'est plus inquiété par Eolas Technology mais ce même brevet est au cœur d'une rixe avec un total de 22 sociétés. La plainte porte également sur la violation d'un autre brevet ( voir ici ) qui s'inscrit dans la lignée du précédent. Fraîchement publié par l'USPTO ( mardi 6 octobre 2009 ! ), il permet aux sites Web d'ajouter des applications embarquées à leurs services en ligne via l'utilisation de plugins et de la technologie AJAX.

Eolas Technology cherche a mettre un terme à la violation de sa propriété intellectuelle, et on l'imagine obtenir de substantiels dommages-intérêts. Les 22 sociétés accusées d'utiliser sans contrepartie les brevets de Eolas dans leurs sites ou leurs produits ne sont pas des moindres avec pour les plus connues : Adobe, Amazon, Apple, eBay, Google, Playboy, Sun Microsystems, Texas Instruments ou encore Yahoo!.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #530061
Il faut vraiment qu'ils arrêtent avec leurs brevets... C'est d'un ridicule permanent.
Le #530071
carrément, d'ailleurs c'est pas le fait que untel utilise leur brevet, ils veulent juste toucher le pactole avec leur procédure... Du moins çà y ressemble fort.
Le #530131
On pourra pas toucher au principe du brevet, c'est le garant de la protection de l'innovation et de la recherche. Alors oui c'est un peu abusé au bout d'un moment.

Mais si il n'y avait pas cette protection les entreprise n'investiraient pas autant dans la recherche car leur argent serait perdu.

Dans notre monde, c'est pour le moment impossible de faire sans, sauf si chaque entreprise ne cherchait pas à faire du profit sur l'autre
Le #530141
Et comme par hasard la société a laissé plus ou moins utiliser son brevet par des grosses boites pendant des années et se reveille maintenant ... peut etre juste le temps de manger les dommages versés par crosoft
Le #530191
@Ancient: le principe des brevets, c'est pas de breveter une idée, mais l'invention elle même, en informatique ce serait une implémentation (déjà couverte par le droit d'auteur);
il faudrait réformer les brevets sur au moins 2 points
1) un preuve de faisabilité avec un prototype. (inexistante en droit us)
2) ne pas breveter une idée, mais la réalisation de celle ci.

Le #530221
"Eolas Technology cherche a mettre un terme à la violation de sa propriété intellectuelle"

Fondamentalement on s'en branle.

La vraie raison est simplement :
"on l'imagine obtenir de substantiels dommages-intérêts"

Encore pour du pognon...Et qui va l'empocher d'ailleurs ? Sans doute toujours les mêmes taches : les PDG et équivalent... Sans doute pas le petit développeur...
Le #530231
tiseult, c'est toujours étonnant de croiser des gens qui pensent qu'une action en justice pour atteinte à la propriété intellectuelle se déclenche en 15 minutes. Je te laisse le soin de te renseigner sur les étapes et de les pondérer en trimestres.

Bien sûr il faut avoir également lu l'article pour mieux comprendre qu'il n'y a QUE 2 années écoulées entre la reconnaissance du brevet par Microsoft et l'attaque des 22. Autre point, le délai de validation d'un brevet peut être très long, la date de "publication" n'est en rien une indication pertinente : il faut connaitre la date de dépôt (18 mois en moyenne en France).

Les brevets logiciels sont une mauvaise idée car à mi chemin entre les 3 exceptions : la théorie scientifique, le modèle mathématique et le design. A noter cependant que le design, le logiciel (binaire/script/source) et le format de donnée (tous 3 en tant que produits commercialisés) sont protégés par la propriété intellectuelle.

* partiellement grillé par turfuin ça m'apprendra à faire l'escargot *
Le #530321
KerTiam, tu m'enleveras pas de l'idée que si le juge avait donné une tappe dans le dos a Eolas en disant vous avez raison , microsoft n'utilisera plus votre propriété intellectuelle mais vous ne toucherez pas de dommages et interets(ou minimes), Eolas ne serait pas revenu à la charge.
De plus bien qu'il faille plusieurs annees pour monter un dossier, Eolas a conçu cette technologie "il y a 15 ans", a affirmé le patron de l'entreprise basée dans l'Illinois, Michael Doyle.

Donc une techno vieille de 15 ans que google et autre n'utilisent que depuis 2-3 ans ?
Le #530551
tiseult, je ne connais pas ton métier je ne suis pas sûr qu'on se comprenne, mais ...

Imaginons une PME qui protège régulièrement le produit ses recherches : design, formulation, appellation commerciale.

Imaginons que cette entreprise gambade dans le même pré que BASF, DOW, ENI, TOTAL, SHELL, DUPONT, HUTCHINSON ( que des nains de jardins de la chimie ) et qu'il faut moins de 6 mois à ces sus-dits nains pour développer un produit similaire sur les caractéristiques techniques chimiques et design alors qu'il a fallu plus de 5 ans pour le développement.

Être pionnier ça à un cout matériel et humain, c'est stratégique, si un concurrent/confrère veut en utiliser les fruits, il doit compenser l'investissement initial. Il est logique de demander un %age du profit réalisé, et chez DUPONT on va assez vite atteindre la 10aine de millions de dollars US.

Une petite structure ne pourra jamais affronter en simultané tous les entreprises qu'elle soupçonne de piller sa propriété intellectuelle. Être débouté d'une action contre 6 géants de la chimie et c'est le risque de faillite (et quand on voit la puissance de lobby déployé par TOTAL dans l'affaire de l'Erika ça fait réfléchir). Chaque chose en son temps.

Elle tentera d'abord des négociations et tractations, puis ira en justice. La justice suit son cours et enfin on arrive a un compromis. En cas de victoire, c'est le top départ pour aller récupérer son du chez les autres pilleurs.

J'ai été long, mais comprends que je défend le principe de propriété industrielle (pas le brevet logiciel), une entreprise qui poursuit un géant c'est un sale pari qui peut te couter une faillite, il faut vraiment être sur de soi et avoir épuisé la voie diplomatique.

C'est dommage que pour pas mal de monde il s'agit d'un coup de poker, une réaction de jalousie impulsive, une volonté de médiatisation. Tout le monde n'est pas mu par l'avidité qui incite a cacher des brevets pendant une normalisation et les sortir de l'ombre une fois la première stabilisation commerciale de produit conforme ( c'est souvent une affaire de géant : rambus, nvidia, intel, apple ).
Le #530691
Franchement, je tire mon chapeau à ces petites boîtes qui se lancent dans une sacrée aventure en s'attaquant à des géants comme ça et à leurs armées d'avocats.

Sans toutes ces petites boîtes qui ont sué sang et eau, après avoir pris un gros risque financier initial, pour développer et exploiter une idée, les Microsoft et consorts ne seraient pas ce qu'ils sont : il ne faut pas oublier que ces entreprises se sont souvent contentées de racheter des petites entreprises dans le simple but de s'approprier leur technologie et leurs brevets. Ces PME et la reconnaissance de leur travail sont essentielles, et il est normal qu'elle se battent pour ne pas se faire piller.
Après tout, les géants de l'informatique ne le font-ils pas eux-mêmes? Pourquoi ce qui serait bon pour eux ne le serait-il pas pour les PME?

Par ailleurs, je suis beaucoup plus à l'aise avec le concept des brevets logiciels qu'avec l'hérédité du droit d'auteur ou que, surtout, les brevets sur les végétaux, les animaux et la nature en général que peuvent déposer les Monsanto et compagnie, ce qui est autrement plus préoccupant du point de vue des droits humains...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]