Baisse de la puissance des antennes-relais : ingérable ?

Le par  |  3 commentaire(s) Source : AFP
AntenneRelais

La baisse de la puissance des antennes-relais, réclamée par les associations et remise au goût du jour lors du Grenelle des ondes du mois de mai, pourrait coûter très cher à mettre en place, selon une étude du cabinet Sia Conseil.

AntenneRelaisDans la très vaste question du danger potentiel des radiofréquences sur la santé humaine, les antennes-relais occupent une place importante et cristallisent de plus en plus les inquiétudes qui y sont liées.

Les demandes de démantèlement se sont multipliées cette année et le principe de précaution, à défaut de disposer d'arguments scientifiques étayés et acceptés, est régulièrement mis en avant avec de plus en plus de succès aux yeux de la justice.

Le Grenelle des ondes qui s'est déroulé au mois de mai, n'a pas permis de beaucoup faire avancer la question mais il n'a pas écarté l'idée maîtresse des associations prônant une baisse des niveaux d'exposition des antennes-relais à 0,6 volt / mètre, comme cela est mis en place dans certains pays européens.

La question fait débat, d'abord au niveau de son utilité, puisque le danger des radiofréquences émises par les antennes-relais n'est toujours pas reconnu au niveau international et que son application reposerait avant tout sur le principe de précaution, ensuite au niveau des conséquences économiques et financières qu'elle impliquerait.


Etude alarmiste ou vrais obstacles économiques ?
Sia Conseil logoEt sur ce dernier point, le cabinet Sia Conseil vient de publier une étude tentant de chiffrer le coût de la baisse des seuils d'exposition des antennes-relais au plan national. Prenant bien garde de rester sur une position neutre et d'annoncer ne s'intéresser qu'aux détails économiques, la publication dresse pourtant un tableau assez sombre concernant la faisabilité de cette proposition.

Pour Sia Conseil, les investissements des opérateurs devraient de l'ordre de 3,6 milliards d'euros pour obtenir un seuil d'exposition de 0,6 volt / mètre au niveau de la rue, ou de 7 milliards d'euros si le seuil était imposé au niveau de l'antenne.

D'autre part, les coûts supplémentaires de maintenance et d'exploitation entrent dans une fourchette de 800 millions à 1,6 milliard d'euros, en nécessitant 3 à 7 ans de chantier pour convertir les antennes-relais, avec des problèmes techniques importants à surmonter puisqu'il faudra ajouter des sites ( deux à trois fois plus ), en revalider les caractéristiques et obtenir les autorisations nécessaires.

L'étude souligne que ces coûts devraient se répercuter au niveau des utilisateurs par une augmentation de la facture mobile de 9 à 17% mais aussi que la qualité du service risque d'en souffrir, avec un élargissement des zones blanches et un impact sur la productivité des entreprises par une baisse significative de la qualité des services voix et data, voire la disparition de certains usages en mobilité.


Un vrai problème pour un quatrième opérateur
Enfin, mais l'argument n'est pas nouveau, c'est une remise en cause du déploiement d'un quatrième opérateur qui est annoncée si l'abaissement des seuils d'exposition des antennes-relais était décidé puisqu'il ne pourrait pas garantir une couverture de 25% de la population en l'espace de deux ans, comme prévu dans les conditions d'obtention de sa licence 3G.

Face au principe de précaution mis en avant par les associations, c'est donc très clairement le facteur économico-technique qui lui est confronté ici, avec des conséquences très directes sur le dynamisme du pays. Il va devenir très urgent de surmonter les situations de blocage où chacun reste sur ses positions et de définir un compromis acceptable.

Rappelons que de nombreuses communes se disent prêtes à participer à des expérimentations pour des antennes-relais avec seuils d'exposition à 0,6 volt / mètre tandis que les manoeuvres administratives se poursuivent pour ralentir l'installation de nouveaux sites.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #530951
Pure connerie que cette idée partisane aux nombreux effets paradoxaux, on n'a pas fini d'en rire... J'imagine la tête de nos fameux électrosensibles s'il fallait doubler le nombre d'antennes, fussent-elles moins puissantes !

Dommage que le fameux "principe de précaution" soit utilisé à tort et à travers (et falsifié ) par n'importe qui. Mais dans un pays où celui qui gueule le plus fort est celui qui a raison...

L'interdiction des portables à nos gamins intoxiqués du portable est par contre logique, encore qu'il soit navrant d'en passer par une loi alors que tous les établissements scolaires auraient dû l'interdire dans leur règlement intérieur depuis longtemps.
Le #530981
"La baisse de la puissance des antennes-relais réclamée par les associations et remise"

en général on écrit "il est" pas "il et" faites un peu gaffe aux fautes!!!
Le #531031
En général, oui, mais pas dans cette phrase puisque le verbe est " pourrait coûter ", un peu plus loin.

Je rajoute des virgules pour plus de clarté.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]