Etude : toujours pas de lien entre mobile et cancer

Le par  |  2 commentaire(s) Source : JNCI
telephones

Une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute analysant 50 000 cas de tumeurs cérébrales sur 30 ans dans les pays d'Europe du Nord ne trouve pas de lien entre téléphone portable et augmentation du nombre de tumeurs...du moins sur une période de moins de 10 ans d'exposition.

telephonesLes radiofréquences émises par les téléphones portables augmentent-elles le risque d'apparition de tumeurs cérébrales ? Cette question légitime continue de faire l'objet de nombreux débats plus ou moins passionnés, d'autant plus que les études scientifiques vont régulièrement dans un sens ou l'autre et ne permettent pas de trancher véritablement.

Entre menace potentielle pour la santé publique et psychose collective entretenue, il ne reste guère que le principe de précaution pour faire rempart aux faiblesses de notre connaissance sur les effets des ondes électromagnétiques sur la physiologie humaine.

Si un effet thermique est bien reconnu à forte exposition, c'est la question des effets biologiques à faible seuil qui est posée, avec toute la difficulté de leur détection et de leur implication sur des dangers éventuels à long terme, comme l'augmentation de l'apparition de tumeurs après exposition durant de s périodes étendues.


Pas d'augmentation de risque sur 10 ans
L'étude danoise publiée dans le Journal of the National Cancer Institute a tenté de trouver un éventuel effet biologique des radiofréquences en analysant près de 60 000 cas de tumeurs cérébrales diagnostiquées chez des patients entre 20 et 79 ans et sur une période de 30 ans, de 1974 à 2003 dans plusieurs pays d'Europe du Nord.

L'idée était de vérifier s'il existe une augmentation significative des cas de tumeurs cérébrales avant l'apparition des téléphones portables et après, à partir du début des années 1990. Les chercheurs rapportent qu'ils n'ont pas noté de variation sensible du taux d'incidence avant et après l'arrivée des téléphones portables. Si un risque existe vraiment, il est noyé parmi d'autres facteurs durant cette fenêtre d'exposition.

Ces résultats confirment d'autres études suggérant que les mobiles ne génèrent pas directement d'effets à court terme, au moins dans les 5 à 10 ans de première exposition. Et au-delà, sachant que les tumeurs peuvent mettre plus de 20 ans pour évoluer ? le recul n'est toujours pas suffisant pour tirer des conclusions.

Cette étude permet d'étendre de cinq ans l'observation de l'apparition éventuelle de tumeurs chez les utilisateurs de téléphones portables mais ses auteurs n'en recommandent pas moins de la poursuivre dans le temps.

D'autre part, certains éléments, comme la fréquence d'utilisation du téléphone portable et donc le niveau d'exposition aux rayonnements, ne sont pas pris en compte alors qu'ils pourraient peut-être permettre de dégager certaines tendances.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #556181
Deux études récentes ne laissent aucun doute sur l'impact des portables :
-Il accroissent la libération de métaux lourds, dont le mercure présent en bouche sous forme d'obturations dentaires:
http://www.holodent.com/article-24489163.html

- Ils modifient la composition de la salive:
http://www.holodent.com/article-36984946.html

Mais quand on ne veut absolument pas voir…
Le #557081
je crois pas que les dentistes aient connu une recrudescence des cas que tu évoques Vereeck Quant à la modification de la salive...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]