L'Europe approuve à nouveau l'union de Sony et de BMG

Le par  |  0 commentaire(s)
Sony BMG logo

La Commission européenne vient de donner son accord concernant l'union de Sony Corp et de Bertelsmann AG, trois ans après que les deux compagnies ont annoncé leur accord.

Sony bmg logoBruxelles a annoncé cette semaine son verdict à propos de cette alliance : le groupe Sony - BMG ne sera pas en position de monopole. Les régulateurs européens ont donc confirmé un premier avis qui avait déjà entériné ce rachat, mais qui avait fait l'objet d'un réexamen, toujours pour des raisons liées à d'éventuels abus de position dominante.

La Commission européenne estime que cet accord, qui a constitué la seconde plus grande maison de disques au monde, " ne devrait pas créer ou renforcer une position dominante ou collectivement dominante sur les marchés de la musique " en Europe.

Ce qui donne donc tout loisir au japonais Sony et à l'allemand Bertelsmann de s'allier, une décision qui avait été annoncée en 2004. Les régulateurs européens ont par ailleurs tenu à fermement défendre le fait que leur premier avis était correct et qu'ils avaient de nombreux éléments pouvant démontrer que les deux compagnies n'auraient pas une influence nuisible pour le marché de la musique, même si le nombre de majors passe de cinq à quatre.

Drapeau europe ue" Sony BMG et ses maisons-mères sont ravis que la Commission ait une fois de plus approuvé la formation de Sony BMG ", a déclaré Liz Young, directrice de la communication mondiale du groupe, selon des propos rapportés par AP. D'après Neelie Kroes, commissaire à la Concurrence, cette enquête est une des plus poussées qu'ait eu à mener Bruxelles et montre qu'il n'y a pas lieu d'avoir des inquiétudes de la part de la concurrence.

Pour rappel, Bertelsmann AG détient le groupe BMG, lui-même propriétaire des labels bien connus que sont Columbia, Epic, Arista et Jive. Du côté d'Impala, organisation de labels indépendants à l'origine de ce second examen, on ne se réjouit pas vraiment de cette nouvelle et on demande à ce que soit étudiée la façon dont les régulateurs européens sont arrivés à ces conclusions.

Impala conclut : " La Commission européenne a ignoré le simple fait que quatre compagnies contrôlent 95 % de la musique que la majorité des citoyens peut écouter à la radio dans le monde. Quel type de message ce verdict renvoie aux citoyens européens ? "
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]