Google : recherche en pleine mer ?

Le par  |  7 commentaire(s)
Google logo

Google envisagerait d'installer des centres de données en mer pour réduire les coûts de fonctionnement et apporter une réponse écologique.

Google logoEn février 2007, la firme de Mountain View a déposé auprès de l'USPTO, un brevet rendu public à la fin du mois d'août où l'on peut lire qu'elle envisage d'établir des centres de données en pleine mer. Ces derniers pourraient ainsi être installés dans des navires de marchandises leur offrant une certaine mobilité, utile pour se rapprocher de régions où la construction de data centers sur la terre ferme serait trop onéreuse, et ainsi assurer une vitesse de transmission des données à moindre frais sans le paiement de taxes.


Google offshore
Plus fort encore, l'énergie nécessaire à ces centres de données serait fournie par le mouvement naturel de l'eau (le mouvement des vagues). Pour la production d'électricité il est ainsi fait mention de machines Pelamis. Via des pompes, l'eau aurait d'autres vertus en assurant le refroidissement. Cette question du refroidissement est devenue d'une extrême importance, et Times Online qui rapporte l'existence du brevet de Google, indique qu'en la matière d'autres firmes ne manquent pas d'idées.

Microsoft envisage ainsi un centre de données dans les climats froids de Sibérie, tandis qu'au Japon, Sun Microsystems projette d'envoyer ses machines à la mine (dans une mine de charbon) et de se servir de l'eau souterraine comme liquide de refroidissement.

Rien ne dit que l'idée de Google sur le papier verra le jour mais plusieurs experts sont séduits par une telle solution jugée réellement novatrice. Restera aussi à assurer la transmission des données  depuis ces centres flottants qui se positionneront à 11 km des côtes en espérant que la houle ne soit pas trop forte.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #319671
Ils vont rechauffer l'eau de mer ces neuneux
Le #319761
Feraient mieux d'envisager des centres de données orbitaux : refroidissement naturel, pas de déchets sur Terre et lorsqu'on en veut plus un coup de pied et hop dans l'espace ...
db
Le #319941
"lorsqu'on en veut plus un coup de pied et hop dans l'espace"
--
C'est un probleme qui est en train d'empirer. Il y a de plus en plus de dechets en orbite.
Le #319991
"C'est un probleme qui est en train d'empirer. Il y a de plus en plus de dechets en orbite."

Il suffit de donner un coup de pied en direction du soleil, ou autre...
Si le dechet sort de l'orbite, ce n'est plus un dechet !
Le #320011
Un simple boulon, en orbite, peut faire d'enormes degats.
Le #320031
Ca me fait rire l'argument ecologique.. que ce soit en Sibérie, en pleine mer ou je ne sais ou... le probleme est l'energie dissipée en chaleur, ou qu'il soit, ca engendrera un rechauffement.

Le #320251
Gourmet >Superbe idée, mais je crois que t'as oublié deux trois petit trucs :
- la chaleur dégagé par les lanceurs qui mettent en place les satellites, qui permettent d'envoyer des missions de réparation et tout le matériel et le carburant nécessaire au maintient en activité du satellite (c'est bien beau l'énergie solaire, mais c'est pas ça qui permet de corrigé l'évolution d'un satellite)
- les dégâts subis par le matériel informatique (on envoie pas n'importe quel ordi dans l'espace) entre le lancement et la mise en orbite
- le couts de mise en orbite des satellites et des équipes de maintenance (on ne dépense pas des milliards pour n'économiser que quelques millions surtout si ça réduit de X fois la durée de vie du matériel)


ograweb >Envoyer un satellite en fin de vie vers l'espace coute plus cher en carburant que le rapatrier vers la terre. Sans compter la puissance de calcul qui serait nécessaire pour être sur de ne pas le voir revenir vers nous au bout de quelques années. En plus de ça, le satellite resterait quelques temps à proximité de la terre et rien ne permettrait d'être sur à 100% que le satellite ne verrait pas sa course dévié par des micrométéorites ou un problème interne (fuite dans le réservoir de carburant, panne informatique qui déclenche un moteur, ...) ou qu'il perde des pièces pour la même raison. Pour les satellites critique, il y a aussi le risque de le voir récupéré plus tard par une puissance étrangère.
Quand on voit tout ces risques on comprend pourquoi les institutions comme la Nasa préfèrent provoquer une rentré en atmosphère pour se débarrasser d'un satellite plutôt que de l'envoyer au cœur du soleil.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]