Numérisation : Google imcompris par Mitterrand et Sarkozy

Le par  |  2 commentaire(s)
nicolas_sarkozy

Marissa Mayer de Google semble perplexe face à la relative hostilité soulevée par le projet de numérisation de la société américaine auprès des dirigeants français.

nicolas_sarkozyLe projet de Google continue d'attiser tous les fantasmes et la France semble particulièrement inquiète à son sujet alors que la firme de Mountain View avec sa puissance financière est déjà un candidat sérieux à l'onéreuse numérisation du fonds de la Bibliothèque nationale de France.

Afin de notamment étudier l'opportunité et les modalités d'un éventuel accord avec un opérateur privé pour la numérisation du patrimoine, le ministre de la Culture a mis en place une commission qui doit rendre ses conclusions le 15 décembre prochain. Pour cette commission, Frédéric Mitterrand a souhaité qu'elle " se garde de toute hostilité facile envers l'Amérique ", tout en se montrant vigilante sur " l'indépendance nationale en matière culturelle " et sur le strict " respect des droits d'auteur ".

Google est toujours en piste, mais probablement pas uniquement puisque le ministre a demandé la somme de 753 millions d'euros pour la numérisation dans le cadre du Grand Emprunt. La France reste donc ouverte à la discussion, et n'exclut a priori pas un partenariat public-privé.

Reste les récentes déclarations du président de la République, qui sans jamais nommer Google, a indiqué :

" Il n'est pas question de nous laisser déposséder de notre patrimoine au bénéfice d'un grand opérateur aussi sympathique soit-il, aussi important soit-il, aussi américain soit-il. […] Il n'est pas question que ce que des générations et des générations ont produit en langue française nous nous en laissions déposséder simplement parce qu'on ne serait pas capable de mobiliser l'argent nécessaire pour faire nous-mêmes un travail de numérisation. "

Du côté de Google, on joue l'incompréhension. Interrogée par TF1 News, Marissa Mayer, l'une des dirigeantes les plus en vue de la société américaine, a déclaré :

" Je ne comprends pas ce que nous reproche votre ministre de la Culture. Après tout, conserver le patrimoine, cela fait partie de son boulot ! […] Je me suis directement occupée de Google Books pendant des années et je pense que ce service est très mal compris. Le but de Google Books, c'est de mettre en ligne de l'information imprimée. Contrairement aux pages Web qui apparaissent presque instantanément, les livres mettent des années à être indexés mais ils représentent une richesse importante qui manque aujourd'hui à Internet. C'est pour cette raison que nous avons pris l'initiative de les scanner car cela peut améliorer la recherche. L'avantage de ce travail, c'est justement la conservation du patrimoine. "

Complément d'information
  • Numérisation du patrimoine : avec Google mais différemment
    La commission sur la numérisation du patrimoine écrit a rendu son rapport au ministre de la Culture et de la Communication. Elle préconise la création d'une plate-forme en ligne mixte public-privé et des accords d'un nouveau genre ...
  • Numérisation patrimoine : une commission anti-Google ?
    Le ministre de la Culture a procédé à l'installation d'une commission sur la numérisation des fonds patrimoniaux des bibliothèques. Des conclusions sont attendues à la mi-décembre avec pour principale interrogation le cas Google.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #559091
Moi non plus je ne comprends pas.
La municipalité de Lyon semble avoir compris quant à elle que l'argent était le nerf de la guerre en confiant avec pas mal de réserves sur les droits d'exploitation, la numérisation, gratuite pour elle, de 500 000 oeuvres du fond de sa bibliothèque (soit 1/6ème du fond).
Pourquoi donc, au niveau national, ne conclut-on pas un accord similaire ?
Hum ?
C'est tellement gros qu'on se peut se demander s'il ne s'agirait pas d'actionner la fibre patriotique pour débloquer des fonds ... pour en faire autre chose.
On n'est pas très loin de l'identité nationale non ?
Je n'apprécie pas vraiment le mode de pensée américain mais il faut reconnaître que lorsqu'il y a des pépètes en vue leur aspect binaire est plutôt rassurant car dénué d'arrière-pensée.
Ce qui n'est certainement pas le cas de la France.

db

Le #560361
ca ressemble au temps ou l'europe voulais son propre moteur de recherche... a grand coup de fonds public.
c'est vrai quoi, reinventer la roue avec des fonds public, quelle belle idee !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]